BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

Caractéristiques d’un adulte HPI par un zèbre détecté adulte !

Caractéristiques d'un adulte HPI par un zèbre détecté adulte

Caractéristiques de surdoués par un petit zèbre en herbe !

Détectée HPI tard, à 30 ans, je suis un adulte surdoué qui s’est construit pendant l’enfance et l’adolescence sans savoir que j’étais Haut Potentiel.

Zèbre inconnu, quand j’ai su, j’ai lu le livre « trop intelligent pour être heureux« . Je me suis beaucoup retrouvée dans ce livre. J’ai aimé la vision de la douance faite par Jeanne Siaud-Facchin. Même si beaucoup dénonce l’effet barnum et la mode du HPI (surdoué, zèbre, haut potentiel) moi je m’y suis retrouvée te ça m’a aidé à me découvrir.
J’ai beaucoup pleuré en le lisant et il a aussi était une vraie libération…
Depuis, beaucoup de choses se sont passées dans ma vie. J’ai passé le Wais, j’ai découvert que j’étais HPI et j‘ai écrit mon propre livre : Suivez le Zèbre.

J’ai appréhender cette particularité qu’est la nôtre. J’ai trouvé la paix et la sérénité, ce que je pensais inimaginable…

Zèbre, surdoué, HPI la réponse de toute une vie ?

Découvrir qu’on est zèbre quand on est adulte, c’est souvent une énorme prise de conscience et une grosse remise en question ! Une étape qui bouleverse notre vie parce qu’on comprend enfin qui on est vraiment.

Je vais citer directement Jeanne Siaud-Facchin et son livre « Trop Intelligent pour être heureux » :

  • Être surdoué c’est d’abord et avant tout une façon d’être intelligent, un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une activation de ressources cognitives dont les bases cérébrales diffèrent et dont l’organisation montrent des singularités inattendues.
  • il ne s’agit pas d’être quantitativement plus intelligent, mais de disposer d’une intelligence qualitativement différente. Ce n’est vraiment pas la même chose.
  • Être surdoué associe un très haut niveau de ressources intellectuellesune intelligence hors normesd’immenses capacités de compréhensiond’analyse, de mémorisation ET une sensibilitéune émotivitéune réceptivité affectiveune perception des cinq sensune clairvoyance dont l’ampleur et l’intensité envahissent le champ de la pensée. Les deux facettes sont TOUJOURS intriquées.
  • Être surdoué c’est une façon d’être au monde qui colore l’ensemble de la personnalité.
  • Être surdoué, c’est l’émotion au bord des lèvres, toujours, et la pensée aux frontières de l’infini, tout le temps.

J’ai vraiment adoré le livre de Jeanne Siaud-Facchin. Je trouve sa définition de la douance très juste, humaine, bienveillante, compréhensive… Je crois que c’est ce livre qui m’a donné envie d’écrire le mien. C’est souvent en lisant les témoignages d’autres adultes zèbres qu’on découvre qu’on l’est soi-même.

Mais je me suis dit qu’un peu de second degré, parce que oui, on peut en avoir, nous ferait du bien. Même si honnêtement, je pense ce que je décris ci-dessous ! Je ressens vraiment les choses comme ça.

Alors après 30 années passées sans savoir que j’étais zèbre, je vous propose un petit bilan de cette expérience !

Les caractéristiques du HPI zèbre selon Mel !

Rappel, ceci n’est pas une définition scientifique ou psychologique ! Ceci est mon expérience d’archéologue de la vie ! 

Selon mon expérience personnelle et avec un brin de second degré je pense que je suis zèbre parce que  :

– Parfois, je peux faire preuve d’intolérance envers les autres. Je ne supporte pas les gens qui font des choses bêtes, tout simplement parce que je ne comprends pas pourquoi ils agissent de la sorte. Celui qui se gare sur la place handicapée alors qu’il n’est pas handicapé ou qui jette son mégot de cigarette par terre…

Ce genre d’actions m’incite fortement à la violence. Je ne comprends pas qu’on puisse autant manquer de respect aux autres. C’est quand même pas compliqué de se garer ailleurs et de marcher 300 mètres ! Quand aux mégots, la nature n’est pas une poubelle et un mégot par terre ou dans les égouts c’est 500 litres d’eau polluée… (pour rappel, un être vivant ne peut pas survivre s’il est privé d’eau…)

Quand je dis que ça m’incite à la violence, ce n’est pas un euphémisme. C’est comme si mon cerveau partait en sucette. Je ne comprends pas, et comme je ressens tout très fort avec beaucoup d’intensité, ça me fait vraiment péter un câble ! Je suis capable de penser toute la journée au gars qui s’est garé sur la place handicapée ou qui a balancé son mégot par la fenêtre… 

Tout simplement parce que quand je ne comprends pas ça peut vite tourner à l’obsession. J’essaye de m’appliquer une règle simple :

« NE FAIS PAS AUX AUTRES CE QUE TU N’AIMERAIS PAS QUE L’ON TE FASSE » !

Lorsqu’on respecte cette règle, la vie devient beaucoup plus facile…

Ne fais aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse

– Si vous étiez handicapé, vous aimeriez avoir 200 mètres à vous taper en béquilles ou en fauteuil parce qu’un connard s’est garé à votre place ? Non ! 

– C’est comme les gens qui essayent de gruger dans la file d’attente. Vous êtes vraiment à 2 minutes près dans votre vie ? Si oui, il fallait arriver 2 minutes avant !

C’est super évident, mais ce qui est évident pour nous, pour moi, ne l’est visiblement pas pour d’autres.

Respect, bienveillance, justice, confiance !

Bref, le manque de respect au quotidien, c’est très compliqué ! 

D’ailleurs, quand on est Haut Potentiel, on n’a pas la même notion de respect que ce que nous impose les normes, les règles ou l’autorité. Je m’explique.

Si une loi ou une règle nous semble stupide, on ne va pas la suivre. Non pas parce qu’on est irrespectueux mais tout simplement parce que c’est une loi qui n’a ni queue ni tête, une sorte de non sens complet… Et si on est très à cheval sur la notion de respect, on est encore plus accroché à la logique et à ce qui fait sens !

Je crois d’ailleurs que c’est une de nos principales qualités et caractéristiquesFaire sens !

Je répète, Faire sens !

Si on nous demande de respecter quelque chose qui nous semble stupide malheureusement on ne le respectera pas. 

Je ne comprends pas que l’on nous demande de respecter les personnes plus âgées. Déjà enfant, pour moi c’était un non sens. En quoi une personne, parce qu’elle est plus vieille, serait-elle plus sage, plus bienveillante ou plus courageuse qu’une autre ? Je vais respecter une personne parce qu’elle est respectable, pas parce qu’elle est plus vieille. Par contre, dans le bus, je laisserai toujours ma place à une personne âgée, parce que ça c’est logique. Vous avez cerné la nuance ?

Fondamentalement ce qui nous anime c’est le respect, la justice et la confiance et de donner du sens à ce qu’on est et à ce qu’on fait !

La justice pas dans le sens, le système de justice, mais celle dans le sens, faire des choses justes en lesquelles on croit ! La justice au sens de bien, d’équitable, d’honnête ! Pour moi, la justice dans le monde actuellement, c’est du grand n’importe quoi… On vit dans un monde de sauvages !

La justice actuelle est le parfait exemple que la justice n’existe pas.

Je n’ai aucune confiance en la justice dans notre monde actuel parce qu’elle est régit…par des êtres humains. Je n’ai aucune confiance en l’être humain…

Ce qui me mène à un autre point, super important quand on est haut potentiel, surdoué, zèbre, c‘est la confiance… 

Le zèbre et les autres, la relation avec un haut potentiel !

Avoir confiance en l’autre, accorder sa confiance et être capable de recevoir la confiance de l’autre… – La confiance, chez moi, c’est peut-être le plus compliqué. Alors oui tous les spécialistes du développement personnel nous le diront, pour avoir confiance  en l’autre, il faut avoir confiance en soi ! Oui, oui on sait ça, mais encore une fois, vu le monde dans lequel on vit, des fois ça ne suffit pas !

Je suis persuadée que quand on est haut potentiel, on a une relation aux autres qui est particulière

– On a beau nous dire qu’on nous nous et qu’on est quelqu’un de génial, on a peur que la personne qui nous le dit change d’avis subitement et nous abandonne du jour au lendemain ! Oui, oui, même si on vient de me dire qu’on m’aime et que je suis géniale, je redemande à la personne de me le dire mais juste pour être sûre…

– Le contact physique : je ne supporte pas qu’une personne que je n’aime pas m’approche de près ou de loin et surtout me touche ! Angoisse totale… Merci de garder une distance minimale entre toi et moi pour que je sois bien-sûr qu’on est aucun contact ! Rien que de passer plus de trois minutes en sa présence, ça me met mal à l’aise, alors si en plus cette personne me met la main sur l’épaule, le bras ou dans le dos, c’est l’angoisse totale. Toi, je ne t’aime pas, merci de respecter les gestes barrières. Je n’arrive pas à m’empêcher d‘être désagréable avec les gens que je n’apprécie pas. Je ne sais pas faire semblant. Le ton de ma voix change, je deviens sèche et dure. Impossible de faire semblant.

– A l’inverse, j’adore prendre les gens que j’aime dans mes bras, je suis super tactile avec eux. 

Toucher les gens physiquement, c’est créer une connexion avec eux et garder les autres à distance, c’est me préserver.

Même si ça m’agace au plus haut point, je trouve tout le temps une explication à la bêtise des gens ; ce qui fait que j’ai beaucoup de mal à être rancunière et à leur en vouloir. Je suis quelqu’un d’entier et même si moi je ne sais pas tricher, j’accepte que les autres puissent déraper. Je vois toujours le meilleur chez l’être humain. Je lui trouve toujours des excuses. Trop d’empathie.

– Je suis super autonome et indépendante. Je pourrais me suffire à moi-même tellement je suis bien quand je suis toute seule. Mais, au bout de deux jours, je commence à me faire sacrément ch*** et je commence à en vouloir à tous mes potes de ne pas me donner de nouvelles ! Bon aujourd’hui j’ai compris que si je voulais des nouvelles j’avais qu’à en demander et en donner et que si je voulais passer un peu de temps seule, j’avais qu’à le dire. Oui finalement, ça semble simple…

 

Le zèbre au travail : l’art de l’adulte surdoué de se compliquer la vie !

J’ai découvert que j’étais un adulte zèbre, entre autre, à force de me sentir décalée au travail

– Vous êtes en réunion, votre boss vous demande pourquoi ce truc ne marche pas, pour vous c’est une évidence et vous ne savez même pas pourquoi ! C’est évident mais quand vous essayez de l’expliquer personne ne vous comprend et du coup on prend la solution de Bob, parce que lui il est là depuis longtemps. Et vous, vous n’êtes pas là depuis longtemps…

Et puis vous ne supportez pas l’autorité et vous êtes beaucoup trop disruptif pour la boite dans laquelle vous bossez ! Et vu que vous captez tout 10 fois plus vite que tout le monde, tout le monde vous trouve hautain, pas sympa et con !

C’est souvent ça être un profil à haut potentiel en entrepriseOn nous adore ou on nous détesteHeureusement ça, après on arrive à le gérer et à s’améliorer !

De toute façon dans 3 mois vous allez quitter cette boite parce que vous comprenez pas qu’on ne vous comprenne pas et quand ça vous arrive, ça vous gave et vous préférez partir ! Je faisais ça aussi avant, mais ça c’était avant ! À cette époque, je ne pouvais pas m’empêcher de dire ce que je pensais et je n’avais pas la bonne manière pour le faire. On ne peut pas se permettre de tout dire dans le milieu professionnel. Cela peut parfois créer des moments gênants et nous mettre en porte à faux. J’ai grandi maintenant. J’essaie d’être plus souple.

– Donc vous vous en foutez qu’on ne ne vous écoute pas… Sauf qu’en fait non, pas du tout, vous ne vous en foutez pas qu’on ne vous écoute pas ! Vous n’arrivez pas à passer au dessus et ça tourne en boucle dans votre tête pendant des jours… 

– Parce que tout tourne tout le temps en boucle dans nos têtes ! Parfois j’ai l’impression que je ne déconnecte jamais ! J’ai comme une sorte de petit vélo qui tourne, tourne, tourne dans ma tête sans s’arrêter… C’est chiant et épuisant !

Adulte surdoué, objectif de vie : changer le monde !

Oui, réfléchir beaucoup, vite et tout le teeeeeeemps c’est juste super fatigant ! Maintenant, j’ai mes remèdes ! Accepter et Apprendre à lâcher prise déjà… >> article ici ! 

–  J’aime prendre du temps pour moi ! Faire un stop, une parenthèse dans ma vie qui tourne toujours à 100000 à l’heure ! Regarder la nature, un coucher de soleil, la lune, un hérisson qui traverse la route…

– Parce que je suis hypersensible, devant une petite famille de porcinets j’ai la larme à l’oeil et devant nos étoiles contraires, c’est carrément les grandes eaux ! Je pleure devant tout et n’importe quoi. Tout me touche ! Les films, les reportages, les catastrophes naturelles et écologiques… Malgré tout, je suis une grande idéaliste et je crois dur comme fer que l’on peut changer le monde et le rendre plus beau.

Ce qui est plutôt cool, c’est que, si vous aussi vous vous reconnaissez dans ces caractéristiques de zèbre, on va pouvoir changer le monde ensemble et aussi aider les autres à nous aider à changer le monde ! Vous ne vous reconnaissez pas dans ces caractéristiques ? Vous allez quand même pouvoir changer le monde et devenir celle / celui que vous voulez ! 

Tous égaux dans la différence !

Ben oui, rien que ça, évidemment, CHANGER LE MONDE … Pas de petites ambitions : les petits ruisseaux font les grandes rivières

Ce n’est pas parce qu’on a une façon de penser et d’appréhender le monde qui est différente qu’on va tout réussir et qu’on est capable d’inventer des algorithmes qui transforment des pizzas en chou-fleurs ! Peut-être que certains Hauts Potentiels feront ça… Et c’est tant mieux ! Il faut se décomplexer avec la notion de douance.

Je remercie tous les jours Einstein et Agatha Christie d’avoir été des profils à Haut Potentiel…  Il y a aussi des personnes qui ne sont pas HPI et qui feront de grandes et belles choses et c’est aussi tant mieux… Nous n’avons pas le monopole de l’esprit Monsieur !

Là vous vous dîtes que j’essaye un peu de vous embrouiller !  Que zèbre ou pas zèbre, on a tous le même potentiel… Eh bien oui, je vous confirme que c’est exactement ce que je suis en train de vous dire !

Tous le même potentiel mais pas dans les mêmes choses.

Il est impossible de faire monter un poisson rouge à un arbre comme il est impossible de faire vivre un chimpanzé dans un bocal…

Haut potentiel ou non, nous n’avons pas tous les mêmes aptitudes. 

Un haut potentiel n’est pas doué en tout !

C’est clair que si vous n’aimez pas les échecs et que vous faites une partie avec un haut potentiel fan des échecs, vous allez juste vous faire déboiter ! Par contre si vous chantez super bien, que vous avez une voix de ouf et que vous faites un karaoké avec moi, il y a de grandes chances que je sois ridicule à côté de vous, et ma vitesse de compréhension ne me servira à rien ! Au mieux, je lirai les paroles plus vite que vous sur l’écran.

J’ai choisi d’étudier les Lettres Modernes à la Fac. Le latin était au programme pendant les trois années de licence. J’étais nulle. Je ne comprenais pas pourquoi on étudiait ça. Résultat, je ne bossais pas et je n’avais jamais la moyenne. A l’époque, je souhaitais être prof de français et je ne comprenais vraiment pas pourquoi il fallait connaître le latin pour être un bon prof ! Maintenant je sais qu’une grande partie de la langue française est un héritage du latin et pour comprendre la signification des mots il faut souvent revenir à leur origine. Parfois, on manque juste un peu de maturité et d’expérience.

J’ai redoublé deux fois aussi… J’ai un parcours très atypique. J’ai fait une première S, puis une première ES, et j’ai fini en Master de Lettres avant de me réorienter en école de commerce. J’ai redoublé ma deuxième année de fac en Lettres Modernes. Même le fait d’être zèbre ne me permet pas d’avoir un savoir absolu et de réussir lorsque je ne fais absolument rien… J’ai quand même fini par être prof (ma vocation) mais en école de commerce !

Tout ça pour vous expliquer qu’il y a plein de personnes qui ne sont pas zèbre et qui doivent certainement être très douée en latin, en chant, moi non.

Que vous soyez zèbre ou non, ça ne change pas vos capacités à faire ce que vous voulez et à devenir qui vous voulez et surtout à être heureux !

Pour aller plus loin, lire aussi

Tu as aimé l’article ? Hésites pas à le partager 😊

  1. oui, c’est vraiment bien dit, et merci de l’avoir dit. J’ai découvert ma surdouance un peu fortuitement, un enchaînement de faits à l’âge de 59 ans, l’année dernière. Ce fut à la fois un choc, et un soulagement, de mettre un terme précis sur ce que nous sommes réellement. Certes, j’étais conscient de capacités hors normes, d’être en décalage constant avec les autres. Et puis, j’ai ce sentiment de flotter en permanence par rapport au temps, d’être à la fois dans le passé, le présent, l’avenir. Un immense besoin, un désir de communiquer avec d’autres personnes qui seraient dans ce même état. Encore merci et bien à vous.

    1. Merci Phil pour votre commentaire !

      Aaaaaaah ce fameux décalage, c’est souvent ce qui nous met la puce à l’oreille ! 😉
      Merci à vous et à très bientôt.

      Mél

  2. Merci Mel! J’ai 38 ans et je viens de découvrir que je suis HP. Oui, je confirme, c’est un choc, un soulagement, une surprise sans en être une, car finalement au fond de moi je le savais…bref, une montagne d’émotions difficile à gérer pour moi…Tout s’explique, tout s’éclaire, je ne suis pas bourrée de défauts finalement! Je ne suis plus seule!!!Mes réactions jugées d’excessives, ma façon de voir le monde différemment, de le ressentir, n’étaient pas ni une comédie, ni une folie, mais juste moi, ma façon d’être. Et ce fameux décalage permanent, ce sentiment de n’être jamais comprise et appréciée, d’être « étourdie »….Je me suis toujours appliquée à être ce que mon entourage attendait de moi, mais tout au fond ma petite voix me criait « non, ce n’est pas toi! Dis ce que tu penses! Arrête de faire ce que les autres veulent de toi, mais sois vraiment toi! ». Encore secouée par l’annonce de ma douance, je vais m’appliquer à ne plus avoir peur de ce que je suis, de ce qui je suis. Je suis zèbre et tout s’explique enfin. Un grand merci à vous! Juste un petit mot sur l’étymologie de votre prénom, une idée que j’apprécie: tout vient de l’obscurité, sans obscurité il n’ y a pas de lumière! Votre prénom explique votre optimisme et éclaire celles et ceux qui comme moi sont restés trop longtemps dans l’obscurité de l’incompréhension de soi. MERCI MELANIE.

    1. Merci Sylvie ! 😀
      J’ai adoré lire votre commentaire ça me fait super plaisir !!!
      J’espère à très bientôt et je vous souhaite une belle continuation dans votre nouvelle vie de zèbre 😉

    2. Bonjour et surtout merci Je me retrouve à quelques exceptions près liées sans doute à mon histoire personnelle Et je travaille avec un médecin qui me répète sans arrêt que je suis un zèbre

  3. Bonjour MEL
    Merci pour votre humour …..cela fait tellement de bien!
    Je suis une zèbre ayant « réussi » une carrière à l ‘éducation nationale (j ‘ai adoré être en classes préparatoires lettres sup et 1eres sup! ……..Hé oui!..).J ‘ai beaucoup aimé votre remarque sur le latin: moi non plus je ne suis pas amoureuse du latin …et j ‘adore les talents des autres : je crois que c ‘est un signe caractéristique du zèbre , non?
    Bonne continuation!

  4. Bonjour

    Votre article est vraiment très intéressant et plein d’humour 😉
    J’ai découvert hier les caractéristiques des hauts potentiels et depuis je ne peux arrêter d’y penser jai du regarder la moitié des vidéos d’Internet sur le sujet. En effet je me reconnais enormement dans TOUTES ces caractéristiques et cela expliquerait bcp de choses et pourtant je ne peut pas croire que mon QI soit plus haut que la moyenne. (Je me dis aussi que je m’identifie mais que ces caractéristiques sont peut être communes à tout le monde. Je pense réfléchir comme ça donc il m’est compliqué de savoir si tout le monde pense et réagit de cette manière ou non)
    Savez vous comment on peut vérifier de manière sure si on est un zèbre? Qu’en pensez vous?
    Merci de votre attention 😊

    1. Bonjour Aurianne ! Je ris en lisant votre commentaire.
      Souvent quand on lit les caractéristiques des zèbres quand on ne sait pas qu’on l’est, on a un peu tous cet EUREKA ! Mais, c’est MOI ! 😉
      Je fais partie de ceux qui ont voulu se « rassurer » en passant le test du WAIS (IV pour la version) Mais il n’y a pas que le résultat du QI. Il y a aussi la gestion des émotions, l’approche que l’on a du monde, notre façon de penser, d’interpréter, de prioriser… C’est vraiment un tout. J’ai eu de la chance de tomber sur un psy génial, très doux, Haut potentiel lui-même, très rassurant, ce qui a fait que même si mon test a été une épreuve car j’avais eu un grave accident de scooter quelques semaines auparavant, je suis allée au bout et même en ayant le cerveau un peu dans le brouillard, j’ai su que je faisais bien partie de cette drôle d’espèce !
      Après, ça a juste mis un éclairage sur des choses que je ne comprenais pas dans ma façon de réagir, d’être ! Je me trouvais super bizarre parce que parfois les autres me faisaient me sentir bizarre. Aujourd’hui j’ai juste compris pourquoi mais fondamentalement, je n’ai pas changé, j’ai juste moins peur de ma différence, je l’accepte et je fais en sorte que ceux qui m’entourent me trouve comme eux, juste singulière et authentique 🙂
      Quand on y regarde de plus près, on a tous quelque chose qui nous rend différent ! Mais surtout, nous sommes énormément de zèbres dans la nature, ce qui fait que finalement, on n’est loin d’être si différent puisqu’à nous tous on représente déjà quelques millions en France si on prend la tentative de statistique des spécialistes (2 à 3%).
      Pour conclure, je pense que c’est à chacun de choisir s’il souhaite passer le test ou non ! Sachant que le test n’est pas non plus le st graal de la découverte des zèbres… Mais ça donne une idée sur la façon de réfléchir, les associations d’idées, la vitesse de réflexion etc…
      J’espère que j’ai pu vous aider ! 😀
      A très bientôt
      Mel

  5. Bonjour Mel,

    Quel plaisir de te lire ! Je me retrouve tellement dans ton blog 🙂 J’ai 25 ans et j’ai découvert il y a quelques mois que je suis aussi une petite zèbre. J’ai encore un peu de mal à l’accepter mais c’est aussi un énorme soulagement ! J’ai l’impression d’avoir enfin trouvé la clé pour me connaître et mieux vivre avec moi même, mon hypersensibilité et mon petit hamster qui tourne dans ma tête. Heureusement j’ai aussi trouvé ma super psy qui m’aide a mieux comprendre ma zébritude. Je voulais te remercier pour tes partages d’expériences et ton optimisme ! C’est tellement agréable de lire tes articles, tes petites bouffées de bonheur et de vérités.

    Merci Mel et Belle journée 🙂,

  6. Bonjour et bonne continuation ! Merci pour ta fraîcheur.
    Quarante années à tourner dans le désert….et il me semble entrevoir un le début d’un sentier…un chemin ?…une voie ? Qu’importe la destination si on s’emmerde sur le trajet, tu auras contribué à lui donner des couleurs.
    Cordialement
    Lesel

  7. Hello,
    Bon je sais pas officiellement si je suis zebre ou pas mais je me reconnais dans beaucoup de points (mais je suis cerveau droit et hypersensible ce qui ne fait pas forcement de moi un zebre mais qui explique pas mal de choses). Je tombe sur ton blog au hasard de google en cherchant des infos zebres et je decouvrir que nous sommes toutes les deux en NZ 😉 Je suis basee a Auckland pour le moment (boulot) mais ca m’interesserait vraiment de discuter avec toi si tu passes par la (je serais aussi en road trip dans tous le pays en octobre/novembre).
    Let me know
    Gwladys

  8. Bonjour, je me reconnais un peu beaucoup dans ta description ainsi que ma fille ainée, nous n’avons pas été dépistées ni l’une ni l’autre, mais suite à des expériences de vie un peu difficiles, je me suis retrouvée chez un psychanaliste qui m’a suggéré d’aller voir ce qu’était un zèbre sur internet, je me suis doutée qu’il avait une autre espèce que la sympathique bestiole à rayure qui portait cette appellation, j’étais loin d’imaginer que je pouvait en faire partie et donc que j’étais pas aussi anormale qu’on m’a poussé à le croire ! Merci pour ce témoignage, j’espère un jour rencontrer ou pouvoir communiquer avec d’autre personnes ayant ce fonctionnement pour me sentir moins seule au monde !

  9. Je trouve qu’aucun terme n’est vraiment approprié : zèbre, haut potentiel, surdoué … Moi je me décrirais comme étant une belle personne et une personne colorée . Alors cette photo de zèbre multicolore …. elle me plait bien ….

  10. Salut MEL,
    J’ai l’impression que tu parlais de moi quand tu listais et illustrais les caractéristiques des surdoués ! Et ça fait du bien de se dire qu’il y a des gens qui nous ressemblent qu’ils soient HP ou pas d’ailleurs.
    Cela fait déja plusieurs semaines que je ne décroche pas de ce sujet et pour tout avouer, ça commence à me courir sur le haricot ! J’ai l’impression de tourner en rond… Classique dirait certains…
    Bon, un moment il va falloir que je fasse ce test pour en avoir le coeur net mais j’ai tellement pas envie et puis est-ce que c’est ça que l’on recherche ? Se faire adosser une étiquette, appartenir à un groupe pour avoir la légitimité d’exister pleinement comme on est ? Mouais, je ne suis pas sûr… Et puis aujourd’hui on va dire que l’on est HP, dans 20 ans on va nous dire : « Ah non, en fait c’était pas ça…, Ah et au fait, le test du QI c’était bidon, on s’est trompé… » Super,. On essaie de se trouver une identité dans une société qui décide elle-même des étiquettes qu’elle distribue… Je m’égare !! Désolé, je voulais juste dire que ton post m’a fait sourire et me confirme bien que l’objectif de notre vie de HP ou pas est de : CHANGER LE MONDE !!! Bonne continuation

  11. anne cozeret

    bonjour
    merci pour votre témoignage optimiste, chaleureux et intelligent….
    mère d’un zèbre diagnostiqué tardivement , je viens d’apprendre que j’étais moi même une vieille zèbre!!!! je suis dans la période un peu confuse, partagée entre déni (je me trouve plutôt bête parfois, avec souvent une logique différente) et soulagement de pouvoir mettre une raison sur hypersensibilité et émotions difficilement gérables.
    Ces 2 aspects m’ont amenée à entamer une thérapie, le diagnostique a été évoqué par la psychologue assez rapidement.
    Et maintenant? que faire? le problème reste entier…. un cerveau en roue libre, des émotions qui rendent ma vie inconfortable
    comment vivre cette particularité, cette différence positivement?

  12. Bonjour Mélanie, merci beaucoup pour ce blog !

    Je suis scotchée… Il y a tellement de choses qui me parlent dans ton article…

    Je n’ai fait aucun diagnostic mais j’essaie de me renseigner sur des tas de sujets surtout psychologiques et les émotions c’est toute ma vie !

    Oh et ton passage sur le respect m’a complètement estomaquée ! Je n’aurai pas pu en donner une meilleure définition, merci de partager ta vision des choses, (même si dans le fond on le sait) ça fait du bien de voir qu’on n’est pas seuls à penser et ressentir les choses de cette manière !

    Bonne continuation à toi joyeuse zèbre 😘

  13. Salut 🙇 ravie de te rencontrer quelle soulagement je ne suis plus seule tu es là aussi je viens d’être diagnostiquée ça fait malade non ? Zèbre et j’ai 40 ans youpie c’est la fête 🎉 je me réjouis de lire passe une belle vie
    😘Isabelle

  14. Bonjour, comment effectuer le diagnostic ? Le début de votre article c’est tout moi : remettre en cause ce qui n’est pas logique, l’hyper émotivité, le respect des règles de bases, parfois l’énervement pour ceux qui ne respectent rien, la vision à long terme (je calcul tout)…
    Je me sent parfois en décalage avec les autres, je me pose trop de questions : sur la vie, l’univers, l’histoire de l’humanité, en gros je suis assailli de questions et de questionnements couplé à une émotivité au sommet.
    J’ai appris la programmation informatique tout seul, je dévore des tonnes d’articles, livres et conférences de sciences physique (je suis passionné de relativité général, de physique quantique, des théories en général et des démonstrations mathématiques) … Je suis en train d’apprendre l’allemand, j’ingurgite tout un tas d’articles et livres d’histoire, notamment la Grèce antique.
    Je dois toujours apprendre, mais je n’arrive finalement pas à apprécier comme il se doit la simplicité, parfois c’est compliqué de se poser …
    Je ne laisse rien transparaitre, je me suis forgé une carapace, presque personne ne sait ce que je ressent.
    J’aimerai sortir de cette pseudo solitude, peut être qu’un diagnostic viendrait confirmer noir sur blanc me doutes….
    Une piste ?

    1. Bonjour Sébastien,

      On peut se faire « détecter » (drôle de mot) notamment avec l’aide d’un psychologue spécialiste de la douance.
      Je vous conseille d’en trouver un près de chez vous et de prendre rendez-vous. 😉

      Mél

  15. Bonjour Mel,
    Je suis bouleversée à la lecture de votre témoignage parce que j’ai l’impression d’etre Face à un miroir.
    Je me suis toujours sentie différente, hyper émotive, hypersensible hyper susceptible ne supportant pas l’injustIce etc . J’ai un travail psy à faire pour avoir confirmation dont je suis à peu près sûre. Je me sens si bien sur cette nouvelle planète que je viens de découvrir.A 57 ans que faire de cette nouvelle ….découverte ?
    Je vais vous suivre je ne sais comment …En tout cas , vous lire m’a fait du bien . Merci.

  16. Aha easy peasy Japan easy

    Hpi c’est vraiment vivre une vie à part. Hyperhestesie, les sens développés à l’extrême, des émotions qui font le yoyo. Un monde du travail où tu es un allien pour eux et pour nous ce sont des quiches. Et pour être serein dans nos têtes faut se lever tôt, on gamberge salement.

    En tout cas ça fait plaisir de voir que tu es heureuse et que tu prends le meilleur de la vie. Belle inspiration.

  17. Bonjour,
    Je suis psychologue, j’ai deux master, deux DU, et de nombreuses autres formations à mon actif. En d’autres mots, je me suis construite une vie où ma sensibilité, mon envie de changer le monde, mon instinct, ma capacité d’analyse et ma réflection sont des atouts. Je ne me suis donc jamais posé de question. Je pensais juste avoir été une enfant et une adolescente difficile qui avait besoin de trouver sa voie et de prendre confiance en elle pour fonctionner. Sauf qu’aujourd’hui je plaque tout pour passer un concours de la fonction publique dans quelques mois. Je plaque tout parce que ce futur travail à plus de sens à mes yeux, mais je plaque tout aussi car les limites de mon métier actuel m’énervent, car j’ai besoin d’agir à un autre niveau, car j’ai le sentiment d’avoir appris assez sur un métier qui ne me « nourrit » pas assez…
    Alors je me pose des questions, sur moi, sur mon fonctionnement et sur le pourquoi d’une telle reconversion. Bien sûr, ce n’est pas la première fois que j’ai des doutes sur le sujet mais avant ça me permettait de m’expliquer, et m’excuser, ma scolarité difficile. Maintenant je me rends compte que cette réponse qui me fait si peur explique peut-être mes choix passés mais aussi actuels et futurs. Bref, j’ai lu votre article en passant du rire aux larmes, ce qui ne m’a absolument pas rassuré d’ailleurs ! Donc merci pour ce blog plein d’humour et d’authenticité! C’est pour le moment, totalement flippant pour moi mais ça fait aussi beaucoup de bien! 😉

  18. Bonjour Mel,

    Un vrai paradoxe.
    La justice, cette justice, si terrible et si injuste.
    Je me retrouve dans bcp de choses que vous citez, voir presque tout 😂.
    J’ai arrêté mes études très tôt car elles ne pouvaient déboucher sur rien qui arrivait à me satisfaire, alors j’ai tout laissé pour ne pas subir le choix imposé de mes parents (l’electro Mécanique, alors que j’adorais la biologie, les animaux etc.).
    Et surtout je ressentais toutes les difficultés que les parents éprouvaient à me discerner. Ils attendaient tellement de moi, car ils voyaient qlq chose mais j’etais Tétanisé par la peur de l’echec.

    Choisir, choisir et être confronté à une arborescence de questions, de possibilités, de scénarios, toutes ces questions, toutes ces réponses qui amènent encore des questions.
    Ma peur d’entreprendre car je suis très exigent surtout sur moi et ce besoin de précision presque maladif !
    Les autres que je peux comprendre/ressentir si rapidement, ne pas blesser les autres car je ressents leur peine, leur douleur.
    Maintenant j’ai appris à vivre avec mes doutes, ces douleurs, l’incompréhension des autres.
    J’ai toujours besoins d’apprendre par moi même.
    Ce mimétisme en société pour ne pas trop me montrer et pourtant cette envie irrépressible de leur expliquer que je comprends, au moment de d’expliquer c’est le drame 😂.
    Ce côté décalé pour faire rire les autres et cette sensibilité à fleur de peau, au point de ne pouvoir s’empêcher De dire les choses.
    Je me sabote tellement parfois enfin pas vraiment moi, mais mes réflexions, ces réflexions sans fin qui m’empêchent parfois de dormir ou de vivre.
    Commencer dix choses pour ne pas s’ennuyer.
    Alors le lâcher prise, car le control et l’exigence aussi envers les autres est compliqué, il faut qu’ils comprennent aussi vite mais ce n’est que rarement le cas, car le raisonnement est parfois (souvent) sinueux.
    Et évidement étant dans l’émotion, je déballe en vrac.
    Je ne sais pas si je suis HP tardif ou pas mais j’ai un peu respiré et je me sens plus libre pour qlq instants.
    J’ai 39 ans ma femme et ma fille sont HP et vos mots me réconfortent et me font peur.
    Je risquerais de me découvrir.

    Merci

    1. Bonjour Michael,

      Incroyable comme l’on peut se ressembler entre HP. J’ai l’impression que c’est moi qui ai écrit tout cela.

      Incroyable, effrayant et révélateur à la fois.

      Bonne route

      Xtf

  19. Bonjour . Tout d’abord . Merci pour ce message . Ça fait du bien de comprendre et de savoir que d’autres personnes sont dans le même cas que moi … ce n’est pas toujours évident de gérer ce genre de ressentis . J’ai quelques soupçons sur ce fait aussi , depuis que ma fille a été décelée hp. Mais j’ai toujours des doutes . Dans mon travail , je pense que ma quelqu’un a compris avant moi … et s’adapte , c’est tellement rare …. elle doit faire partie du club aussi … je me sens un peu moins seule. Ce que vous avez écrit m’a beaucoup fait sourire , j’ai l’impression de me voir dans un miroir …. merci à vous pour votre bonne humeur !!

  20. Hello Mel !
    Article très intéressant et rempli de bonnes intentions: OUF !
    Je dois t’avouer que je viens de rentrer d’un week-end passé avec des amis d’amis qui se proclamaient avoir été diagnostiqués comme étant « Zèbre », et ces personnes étaient franchement désagréables: elles ne parlaient qu’entre elles, se pensaient clairement comme supérieures (et ne le cachaient pas …) et faisaient toujours la gueule.
    Alors moi je m’en fiche que l’on soit Zèbre, Chien, Hippopotame ou autre, je pense qu’il ne faut surtout pas prendre la grosse tête quelle que soit sa situation, même si nous sommes diagnostiqués comme étant soit disant « HP », ce qui me semble par ailleurs un peu trop étandu. Aujourd’hui tout le monde se dit HP, tout le monde dit être incompris, tout le monde fait primer sa « petite personne » si spéciale. Et c’est bien dommage.

    J’aurais aimé que ce genre de définition (Zèbre) ne sorte jamais, j’aimerais que plutôt que de dire « Vous êtes un Zèbre » ou je ne sais quoi, l’on dise « Vous êtes un humain, et vous trouverez d’autres humains comme vous que vous aimerez et qui vous aimeront, ils seront peut-être semblables, peut-être différents, peut-être plus intelligents, peut-être moins, ou plus émotif, ou moins, etc ».
    Construire ce genre de classification qui prône le fait que vous soyez plus « intelligents », plus « émotionnels » et moins « compris » est dangereux et n’arrange franchement rien à votre situation.

    Soyez donc Zèbre, mais n’oubliez surtout pas d’être Humain avant tout.

    1. Bonjour Chapou !
      Merci pour votre commentaire 🙂
      Bien suuuuuuuuuuuur qu’on doit rester humain ! D’ailleurs jamais ici je ne dirai que les zèbres sont des humains supérieurs ahahahaha, je prône le respect et la tolérance et je suis complètement anti-communautaire !
      J’ai des amis zèbres, non-zèbres et bien évidemment je les aime avant tout parce que ce sont de super belles personnes ! Je vis avec une personne non-zèbre. Les gens qui sont zèbres et qui s’en vantent ou qui restent qu’entre eux ont souvent peur des autres… Il faut tous, zèbres ou non zèbres, qu’on arrive à dépasser nos peurs pour pouvoir accepter la différence, être tolérants, respectueux, bienveillants…

      Je suis tout à fait d’accord avec votre conclusion, être Humain avant tout ! (Mais le bon côté de l’être humain 😉 )
      A très bientôt,

      Mel

  21. Entre les rires et les larmes, je découvre un peu pus qui je suis aujourd’hui. c’est complètement déconcertant! bouleversant! J’aurai pu écrire mot pour mot tes lignes (y comprit plus belle la vie assumé). Merci

  22. Bonjour Mel..
    Quel bonheur de te lire. De me reconnaître. Peut-être (enfin) la voie vers le respect de ma différence. Aujourd’hui, 53 ans. L’idée de HP flotte depuis quelques mois au hasard de conversations. Alors je me plonge dans mon histoire, ses joies et ses tourments, particulièrement dans la sphère professionnelle. À la lecture de ton texte si joyeux, je constate que tous les signes étaient là. Sans initiation, sans modèle, sans accompagnement, c’était juste impossible de les reconnaître.

    Enfant, j’ai été cassée par les adultes, Pas question que je sois meilleure, ou même bonne à quelque chose. Il ne fallait surtout pas que je me «vante» d’une quelconque réussite, même si, dans les faits, je survolais mes camarades. Au lycée, je n’ai eu de cesse de m’intégrer, de me fondre, de faire comme tout le monde… c’est passer par toutes sortes d’excès sur lesquels j’ai longtemps surfé.

    Trente ans, quatre enfants, trois maris et un chaos boulot plus tard, à l’occasion des questionnements de la ménopause et d’un ras-le-bol pour les raisons que tu évoques (respect, sens, etc.), j’ai choisi de me poser, d’écouter et de me découvrir. En me reconnaissant, j’ose m’autoriser à m’aimer telle que je suis. Bien sûr je pleure en écrivant. C’est très émotif tout ça ! mais tellement positif.

    Merci Mel.

    1. Merci à toi 😀
      Quand on comprend qu’on est zèbre, cette sensation de liberté, et de libération, c’est juste dingue !
      On peut enfin être soi-même, sans jugement, sans se cacher… C’est magique !
      Bonne continuation et à très bientôt,

      Mél

  23. Bonjour Mélanie,
    J’ai adoré lire votre article…cette impression qu’on lisait dans mon esprit et qu’on me décrivait ! Moi qui depuis petite a toujours essayé de m’analyser, de comprendre mon hyperemotivité, mon manque de confiance, pourquoi je cherchais à être la personne parfaite aux yeux des gens qui m’entouraient…et vous comme ça vous me donner la réponse après 37ans et tout semble s’éclairer !
    Je n’ai pas été diagnostiquée, à vrai dire je n’ y avais même jamais réellement pensé (même si J ai toujours trouvé que j’avais une certaine logique..), et depuis qq mois je me pose des questions sur mon garçon de 5ans. De ce fait, je lis beaucoup de choses sur les zèbres et j’ai fait le rapprochement avec moi petite! Il a un premier rdv avec une neuropsy la semaine prochaine !
    Et quel soulagement pour moi de me dire que c’est normal de vouloir changer de boulot dans 3 mois alors que je suis en cdi depuis 8 mois. Je comprends pourquoi l’hiver dernier J ai refusé un cdi après 3 mois car je sentais que j’allais être mal…et je comprends pourquoi la période où je me suis sentie le mieux dans ma vie professionnelle, c’est quand J ai été à mon compte pendant 10 ans! Avec malgré tout cette envie de changer! Je comprends tellement tout maintenant ! Je pourrais vous écrire un roman là maintenant sur ma vie mais je risque de vous ennuyer ainsi que vos lecteurs!!😂
    Merci pour votre article!…Je vais de ce pas aider mon garçon à atteindre les étoiles!
    Anne

    1. Bonjour Anne,

      Merci à vous 😀
      N’ayez pas peur d’écrire un roman, vous ne nous embêtez pas 😉
      Le blog est là pour ça !
      A très bientôt.
      Mel

  24. Bonjour Mel, un enooooorme merci pour si bien nous décrire et mettre des mots sur nos si belles différences, qui nous coûtent parfois si cher envers nous mêmê tant qu’on les ignore. Ici, diagnostic il y a quatre jours. 47 années passées à me demander pourquoi je me sentais différent, pourquoi je me sentais moins, pourquoi je me sentais trop compliqué, trop voulant aller au foooooond des choses.

    Maintenant je vais pouvoir continuer ma route, sur ce chemin qui reste le même mais qui sera pourtant tellement différent.

    J’adore l’analogie du vélo qui ne cesse de tourner. Pour ma part, pour de temps en temps le mettre au garage, je me suis mis au vrai vélo, et c’est durant certains folles petites compétitions amateurs (cyclo-cross) qu’en fait j’arrive à le mettre au repos, tellement le focus est placé sur l’habilité sportive, paradoxal tout de même ! Mais ça aussi c’est nous, le paradoxe en personne.

    Encore merci et au plaisir de te lire, de vous lire tous. Je t’ai dėjà dit merci au fait ? 🙂

    1. Ahahahaha Merci Xtf ! Pour moi aussi le sport est un échappatoire (la course à pied) 😉
      Merci pour ton commentaire et ta bonne humeur 🙂
      Mel

  25. Murielle Wisniewski

    Bonjour à Tous,
    Quel bonheur de vous lire et d’enfin me dire que je ne suis pas un OVNI, une inadaptée au monde dans lequel je vis!
    j’ai 55 ans et suite à un licenciement aussi soudain que brutal (arguant de mon soit disant manque de diplomatie, de ma difficulté à m’adapter dans une structure établie – qui selon moi dysfonctionnait à tous niveaux-, etc.) j’ai rencontré une psy géniale et bienveillante. Et me voilà donc zèbre! De l’obscurité à la lumière…tout s’explique enfin, je ne suis pas un monstre!
    Ma perception des situations, des personnes, des réactions, cette sensibilité à fleur de peau, ces écarts d’humeur, cette rapidité à trouver les solutions sans s’attarder plus que nécessaire sur le problème, mon incompréhension envers les autres qui ne voyaient pas les mêmes évidences que moi et mes difficultés à les leur expliquer, mon exigence, mon besoin de perfection… allez stop! je me retrouve en chacun de vous, et mon soulagement est indescriptible.
    Merci pour votre bonne humeur, pour votre humour qui va ensoleiller mon après-midi.

    1. Bonjour Murielle, Merci à vous de me lire 😉
      C’est évidemment une force d’être différent, dès qu’on a su dompter ce don, c’est que du bonheur 😀
      A très bientôt,
      Mél

  26. Salut Mel,
    Mon père et ma soeur on été diagnostiqué zèbres, j’ai lu Trop intelligent pour être heureux par curiosité et envie de mieux les comprendre, et là quel choc… C’est tout moi. Merci beaucoup pour ton blog, après l’aspect théorique, ça fait du bien de lire des témoignages qui te prouvent que tu n’es pas seul.e au monde !
    J’ai énormément de question d’un point de vue social et du fonctionnement au quotidien des HP : quel rapport à la sexualité ? Aux drogues ? A la drague ? Perso la weed m’aide à calmer mes pensées et à enfin me concentrer sur le moment présent et j’aimerais bien savoir si c’est le cas d’autres zèbres… Enfin bref, j’espère trouver des réponses à ses questions un jour ou l’autre mais j’ai toute la vie !
    (Hésitez pas à répondre au commentaire de façon anonyme)

  27. Bonjour Mel,

    Merci pour cet article écrit de manière familière mais qui de ce fait, m’a d’autant plus parlé !
    J’ai 29 ans, j’ai découvert que j’étais surdouée il y a presque deux mois à force de chercher ce qui ne va pas chez moi, en lisant beaucoup, beaucoup notamment des livres de développement personnel. Je m’intéresse au haut potentiel depuis deux ans environ sans jamais me dire une seule fois que je pourrais être surdouée. Idée farfelue ! Mais au final…

    Presque 30 ans de vie passée dans l’incompréhension des autres face à mes réactions. Depuis le collège on me compare aux autistes de série TV, du style Monk. L’autisme, asperger, etc. J’ai beaucoup étudié tout cela mais je savais que ce n’était pas ça.
    Après presque deux mois je suis un peu moins en colère mais toujours aussi secouée, j’ai lu le livre de Jeanne en quelques heures, j’en ai pleuré. Quel soulagement ! Et surtout, je suis rassurée d’avoir enfin mis le doigt sur ce que je suis, ma différence, le pourquoi du comment, et je suis pas seule, et ça, c’est très important.

    Ton article m’a beaucoup plu, je suis tombée dessus après avoir lu le livre de Jeanne, j’étais au bureau, je venais de causer une scène face à une situation qui pour moi était dépourvue de sens, je répétais « ça n’a aucun sens » à haute voix, mes collègues restaient interloquées, puis j’ai lu le livre en format PDF afin qu’on ne me grille pas, et là tout a pris sens, jusqu’à la scène causée quelques heures auparavant pour une injustice dont j’ai été témoin et qui m’a pris aux tripes.. une de plus !

    En bref, je me remets doucement de cette découverte et ne cesse de lire plus d’articles et livres sur nous autres êtres à rayures.

    Au plaisir d’échanger via mail un de ces 4 !

    Belle journée,

    Meg

  28. frederic sanchez

    Salut MEL,
    Je te félicite pour cette description d’un adulte à HP, Tu as su employer les bons mots pour faire comprendre aux personnes dans le doute de se reconnaître et peut-être se remettre en question….
    Pour ma part j’ai 34 ans depuis avant-hier, je me reconnais également dans cette belle description du zèbre que tu as faite, mais j’ai quand même la peur du doute qui est là au fond de mon estomac…
    Je suis également suivi par un psychologue avec lequel je n’ai pas parlé de ce sujet….je n’ose pas.
    Comment s’y prendre en douceur ? je veux dire sans que personne ne puisse porter un jugement sur ce qu’on pense être ou pas? Par où commencer, comment en être sûr ?
    Merci beaucoup pour ton aide, et n’hésite pas à me contacter en MP si tu le souhaite.

  29. Wow Bonjour,
    Je viens de prendre une énorme claque à la fois en parcourant votre blog et aussi en lisant les commentaires laissés.
    J’ai l’impression de lire un peu de ma vie dans chaque témoignage alors qu’en 21 ans je n’ai jamais réussi à mettre des mots sur tout ça.
    Je me suis toujours dis que j’étais juste un peu folle et que je pensais trop.
    Mais en lisant vos articles je me rends compte qu’il y’a une réelle explication à tout ça;
    Depuis que je suis enfant je dévore des tonnes de livres, d’article scientifique, de journaux sur un millions de sujets différents; je ne comprends pas que les autres ne soient pas plus curieux, plus vifs et j’ai souvent du mal à supporter les gens pour cela, je suis perfectionniste et jamais satisfaite persuadée que je suis nulle et que si je réussi c’est un coup de chance; je me pose pleins de questions sur la vie, l’univers, le fonctionnement de nos cerveaux tout ça tourne en permanence dans ma tête. Comme si mon cerveau ne pouvait jamais être sur off.
    Mais tout ça je n’en parle jamais je suis aussi très douée pour cacher mes émotions et mes sentiments si bien que mes proches pensent que je suis insensible.
    Enfin merci en tout cas,
    Je vais lire un peu plus sur le sujet je crois et pourquoi pas me faire tester.

  30. Moi je me dis que c’est pas possible que je sois surdouée,j’ai même pas eu le brevet,j’ai jamais étais teste,mais c’est foy comme cette article me parle…et ces truc sur les « zèbres »… Je pensr que c’est pire que vous,je suis singles, a l’école je dessinais seul dans mon coin,et j’ai aussi jamais eu d’amis comme vous,mais je comprenais pas les autre c’est tout mais maintenant je fait plus rien.d’ailleurs je sais meme pas ce que je fait sur cette article…j’ai JAMAiS réussie rien dans ma vie,c’est impossible que je sois surdouée, un surdoué pour moi c’est une personne bonne en Maths ou au moins qu’a décrocher quelque chose ! Moi je restais seul éloigné a l’école et je parlais bien sr pas aux gens.

    Bref sinon sympa l’article

    1. Bonjour Laura, tu sais que y a beaucoup de surdoués qui n’ont jamais eu de bonnes notes en Maths et qui sont très solitaires 😉
      Essaye de continuer tes recherches, si jamais tu te retrouves dans d’autres articles ou chez d’autres blogueurs surdoués 🙂

  31. Hello Mel,

    Super tes articles tout comme toi et le reste de la tribu je suis une zèbre 🦓 découverte sur le tard. Super tu me dira oui mais maintenant ça change quoi ? J’ai lu les ouvrages de Jeanne Siaud Facchin ( j’ai tout de même du relire des fois deux fois le paragraphe puisque je partais dans mes pensées en même temps que je lisais ) J’ai lu les ouvrage de Christel Petitcollin également ( ça c’est mon mots également , je dois le placer constamment , sûrement ce besoin vital d’égalité et de respect ) . Aujourd’hui à mes tout juste 35 ans c’est la grosse remise en question professionnelle ! Je suis architecte de direction de travaux mon cerveau m’a donné la chance d’evoluer sur de gros et beaux chantier mais ce milieu est tellement machiste et corrompu que m’a soif de justice m’en ont totalement dégoûté. A moi de prendre maintenant le temps nécessaire pour réfléchir et trouver une autre solution, un autre chemin parce que faire évoluer les mentalités même à la force d’abnégation je n’en ai plus la force .
    Puis pour faciliter les choses j’ai grandi dans une famille totalement dysfonctionnelle ce qui n’aide en rien le jeune zèbre et encore moins ça vie d’adulte. Donc une capacité phénoménale de s’adapter à toute sorte de situation, d’environnement et d’entourage ma gentillesse et bienveillance naturel m’ont fait expérimenter de mauvais lien. Malgré ces quelques obstacles sur mon chemin je reste positive et pleine d’espoir. Puisque maintenant j’ai compris je ne me perdrais plus la dedans . Je vais m’entraîner ces prochains temps à ne cultiver que des relations bienveillantes. Une autre chose que j’ai dire c’est que nous les zèbres on nous conseille souvent de taire notre mental trop envahissant avec des techniques de relaxation, de méditation mais pour ma part ce n’est pas ce qui me convient. Quand je dois purger un trop plein d’expérience et d’injustice ( dans mon domaine pro j’en ai expérimenté de toute les couleurs, de l’harcelement Sexuelle, du mobbing, de la compétition mal saine etc etc ) Je pars un moment à l’aventure dans un lieu que je ne connais pas et c’est par ce biais que je me restore, nouveau lieu, nouvelle culture, nouvelle rencontre, nouvelle connaissance. Le problème avec ce genre d’aventure c’est que mon cœur grossit tellement à chaque fois que j’ai peur qu’il explose puis les retours ici en Suisse sont de plus en plus difficile. Voilà c’était juste un petit témoignage d’une zèbre et de son parcours .
    Merci pour ton blog à bientôt.

    1. Bonjour Alexandra,

      J’habite également en Suisse et souhaiterais faire la connaissance de gens qui se reconnaissent dans les descriptions du « zèbre ».

      Me sentant complètement démuni dans une société qui n’a, à mes yeux, aucun sens, j’admets que rencontrer des gens qui (peut-être) ont la même façon de percevoir le monde m’aiderait grandement dans ma quête d’une éventuelle sérénité retrouvée.

      Au plaisir,

      Laurent

  32. bonjour Mel,
    je découvre ton site en cherchant des photos de zèbres……… car j’ai découvert que j’étais haut potentiel que l’automne dernier…… j’ai 57 ans alors tu vois c’est encore plus tard…… mais ça m’a fait un bien fou de savoir ça. c’est comme si d’un coup, tous les problèmes de communications, de réflexions sur ce monde, comme l’impression de ne rien y comprendre et que je n’ai pas les codes…, et bien tout devenait clair. cela m’a beaucoup apaisée, moi qui est toujours été une angoissée de service, avec cette impression de ne jamais faire comme il faut, ne jamais être à la bonne place…
    Oui, j’ai des sautes d’humeurs, je passe du calme à la tempête pour des choses qui peuvent paraitre pour d’autres insignifiantes, pour des réflexions qui pour les autres sont anodines, mais qui me paraissent grave …… et j’ai ruminé des histoires pendant longtemps s’en arrivé à m’en défaire……
    Oui j’ai une grande tendance à serrer les gens dans mes bras, et là aussi je me cogne sur l’incompréhension…
    j’ai un grand sens de la justice, dans le sens justesse, respect; je ne comprend pas la hierarchie…
    etc……
    je suis plutôt très créatrice; des fringues, des meubles, tout ce que j’ai besoin, j’aime réfléchir et trouve la solution pour l’inventer.
    je vis absolument seule, dans la nature et cela ne me dérange plus. Au contraire j’y puise le calme et la paix, et là où je suis personne ne viens plus me critiquer.
    du coup je m’ouvre plus aux autres, dans l’acceptation et le partage (enfin autant que c’est possible, ça dépend des gens)
    j’ai commencé la méditation depuis 10 ans, et cela m’a beaucoup apporté. Aujourd’hui c’est le lâcher prise qui m’a fait sortir de l’angoisse. même si , de temps en temps ça me reprends, je me recentre, en mon cœur, et ça s’en va… Cela m’a réconfortée, même si ça ne change apparemment rien, ça change qu’on se sent mieux. Je suis comme une orange dans un sac de pomme…… Je n’ai plus besoin d’essayer désespérément de devenir une pomme, car je suis une orange. On est tous des fruits, mais pas les mêmes. Voilà.
    en plus j’ai découvert que j’étais aussi synesthète…
    bon je m’arrête là, sinon, je pourrais écrire encore longtemps…… (hi hi hi)

    merci, merci à toi.
    pleins de bizes douces
    à bientôt ?
    véronique

  33. Bonjour
    Quand j’ai évoqué une possibilité de haut potentiel à la psychologue avec laquelle je pratique une approche psychocorporelle, pour des troubles variés, elle m’a dit que tout ce qu’elle savait de moi devenait cohérent et que tout était clair pour elle.
    Je suis hypersensible et angoissée depuis toujours et ai développé des TCA depuis l’adolescence. J’ai certainement passé des tests en milieu hospitalier (lors d’une hospitalisation pour anorexie) sans que mes parents en reçoivent les résultats. En sixième, les professeurs signalaient à mes parents que je fournissais un travail digne de la 3ème, de récents tests psychotechniques m’ont aussi mis la puce à l’oreille mais je n’ai jamais officialisé ma « zébritude ». Je me reconnais entièrement dans ce que vous écrivez. J’étais une excellente élève dans une extrême souffrance. Mon parcours professionnel fut très varié et très pointu mais très chaotique et très éprouvant (harcèlement moral, burn out). Je me posais trop de questions, je travaillais trop , trop dans les détails, trop lentement, trop de manière approfondie, trop vite…..enfin je pense que vous comprenez.. Je me sens hors de la matrice mais ma fragilité m’empêche de faire des choses suffisamment importante pour faire avancer la société (je déteste le racisme, le non respect de l’environnement et des animaux, le non-intérêt à l’Univers qui nous entoure…) et ça aussi ça me mine.
    Je suis en train de lire des témoignages pour qu’en retour je discerne au mieux les caractéristiques qui sont propres au haut potentiel et celles qui seraient plus personnelles afin de m’accepter .
    J’ai envie de passer les tests car j’ai besoin d’une reconnaissance institutionnelle car je me sens coupable d’avoir tout raté et d’être au chômage. Bref merci pour cet article et à tous ceux qui ont témoigné .

    1. Bonjour Joëlle, Merci pour votre article.
      Ouiiii je vous invite à passer les tests 😉 Moi ça a vraiment changé ma vie et ma façon de vivre !
      J’ai posté un article hier : https://suivezlezebre.com/comment-savoir-si-on-est-zebre
      ça vous aidera peut-être pour la suite ? Hésitez pas à trouver un psy avec lequel ou laquelle vous vous sentez bien et en confiance !
      Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année.
      Mel

  34. Bonjour 😊
    Je m’appelle Éric et j’ai 19 ans, je voudrais ton avis parce que je ne sais pas encore exactement si je suis HP ou seulement hypersensible. Je sais absolument que je ressens les émotions plus fortement que les autres de mon âge, je le sais parce qu’une seule critique ou une seule phrase m’affecte beaucoup. Je suis souvent décalé par rapport à mes amis, genre ils rient tous sur quelque chose qui ne me fait pas souvent rire et ce qui me fait rire, ils ne le trouvent pas drôle. Quand ils harcèlent par exemple une personne, je suis le seul qui trouve que leurs comportements sont bêtes et pitoyables. Je pense aussi souvent à des concepts philosophiques parce que j’en suis tellement fasciné et quand j’en parle avec mon entourage, ils s’ennuient tous et pensent que je me comporte comme ils le disent à « un homme de 50 ans ». Je peux encore en citer beaucoup mais je pense que je vais m’arrêter là.
    Je sais que aussi que je devrais faire des tests pour vérifier si j’en suis mais je vis dans un pays où les psychologues etc sont très peu nombreux. Et pour info mon nom n’est pas vraiment Éric, c’est juste un pseudo, je suis embêté à l’idée de t’imaginer prononcer mon nom bizarrement mdr.

    J’attends ta réponse avec impatience,

    « Éric »,

    1. Bonjour Eric.
      Je ne suis pas psychologue, je ne peux donc pas te dire si tu es surdoué ou pas ! Seul un psy spécialisé dans la douance peut le faire.
      Bon courage 😉
      Mel

  35. chloé charron

    Bonjour Mel, ton post remplit mon coeur de bonheur, un grand merci, cela fait du bien de se sentir comprise….. et le tout avec une pointe d’humour! M E R C I
    signée une zèbre dans la savane…

  36. Fouquet Marjorie

    Bonjour Mélanie, J’ai 43 ans. Je sors d’une séance de coaching professionnel pour la nouvelle activité que je viens de démarrer. Au bout de quelques minutes de discussion, le coach me dit : « Que tu veuilles l’entendre ou pas, tu es zèbre. Tu devrais lire des choses à ce sujet. » Donc, je lui dit que non, que je ne veux pas l’entendre en effet et que j’en ai marre qu’on me parle de ça car aujourd’hui, c’est un sujet à la mode : soit tout le monde se prétend zèbre, soit a un enfant à HPI… Quelle blague ! Je lui réponds avec humour : « Si tu me connaissais, tu verrais bien que je ne suis pas très futée;) mais j’ai sans doute un fort quotient émotionnel et après ? ». C’est la 3e personne qui me le dit en une semaine dont deux copines psy… C’est vrai que je suis à fond tout le temps mais qu’est-ce que ça prouve ? Mais là, je découvre ton blog (merci Google et le SEO) et je suis en larmes, en train de rire aussi à travers mes larmes… Je sais que c’est con et en plus, j’ai plein de boulot. Voilà Mélanie, je sais que ce n’est pas bon signe de pleurer devant ton article mais je ne veux pas changer de statut. Je veux juste être heureuse et ne dit-on pas « Bienheureux les simples d’esprit » ?. Je suis dans le déni le plus total et je ne sais pas si je dois poursuivre ma route ou m’intéresser encore plus à tes écrits sur le sujet ?… c’est malin, ça mouline dans ma tête maintenant :). Si je ne lis que ça sur le sujet en tous cas : merci Mélanie : tes mots ont été un bonheur et une belle claque. Tout ça mélangé, comme d’habitude je dirais, au niveau de mes émotions. Rien de nouveau sous le soleil et pas de quoi en faire tout un plat en somme :). Belle route à toi qui a l’air d’un zèbre assumé, heureux et épanoui. Marjo

  37. Christophe LORMANT

    Hello j’ai découvert tout cela à 45 ans principalement parce que j’ai une intuition hors du commun à laquelle j’ai appris à me fier en toute circonstance, espère d’étoile guide, avec une lucidité poussée à l’extrême qui me permet de passer les obstacles sans gros problème, juste en recul, patience et persévérance

  38. Bonjour Mel !
    (C’est drôle, c’est aussi mon surnom, ahah)
    Petite question (et sorry si ça a déjà été dit, posé, expliqué, etc pas encore eu le temps de lire ton blog ou lire les commentaires) : comment as-tu su que tu étais surdoué ? Quel a été le déclic ?
    Je me reconnais beaucoup dans tout ce que tu dis, mais honnêtement, je ne pense pas l’être et parce que pour le moment je vis ma vie comme je l’entends et je vois une sophrologue-hypnothérapeute pour ne pas devenir mon propre obstacle… Mais je suis curieuse de savoir quand même et puis j’ai une amie qui est surement HP et qui ose pas franchir le pas (et pour le coup, elle est à 100% dans les caractéristiques que tu as données, là où je ne me reconnais qu’à 98% (bon allez 95%)). BREF, tout ça pour ça !

    Bonne journée!

    Mélie 🙂

  39. Laura.hoareau

    Salut!
    Oui en effet je me reconnais!!!
    Depuis qu’on a évoqué la possibilité que je soit adulte haut potentiel il y a qq semaines…ma vie a pris un tournant!
    Tellement plus de perspectives, j’ai pu faire une scolarité exemplaire mais j’ai toujours été en souffrance dans mon travail et mes relations amoureuses!
    J’ai enfin compris pourquoi et oui ça m’a soulagée.
    Merci pour le partage de ton expérience.
    Je n’ai pas eu de diagnostic, je n’ai pas fait de tests mais on me dis que ce n’est pas remboursé… comment pourrais-je faire des tests? À un tarif moindre 😜
    Merci 🙏🏻
    Laura

    1. Bonjour Laura,
      Je ne suis pas encore calée sur les réseau de douance pour te répondre… Hormis MENSA et les psychologues spécialisés, je ne connais pas d’autres moyens d’être détecté.
      Bon courage pour la suite 🙂
      Mel

  40. Ca ce pignole fort ici XD
    « Diantre ! J’ai un cerveau exceptionnel et j’ai mis 34 ans le savoir » ; Ce melon au jambon de zebre
    je dois être zèbre aussi vu que suis le meilleur, un zèbre bien monté

    1. Bigre, Alban, mais qu’est-ce que c’est que ce commentaire ! Un zèbre bien monté ? Bon si c’est de l’humour, évite ce genre de blague parce que zèbre ou non, c’est juste une blague pourrie et personne dans le monde ne veut entendre ce genre de truc, surtout sur un blog de zèbre lesbienne, j’en ai les yeux qui pleurent… Si c’est pas de l’humour alors je crois qu’il faut aller consulter ! Quant à l’expression ça se pignole fort… No comment…
      Mel

  41. Bonjour Mel,
    Déjà : merci pour ce blog et tout ces articles !
    Je viens de découvrir, il y a maintenant 3 semaines, que j’étais Zèbre moi aussi… une surprise sans l’être, jusque là rien de très original (Zèbre mais avec des troubles dyspraxiques « compensés » par la douance quand même, d’ou le fait d’avoir été détecté sur le tard)
    Il serait trop long de tout expliquer là maintenant, mais malgré ce « diagnostic » je ne peux m’empêcher de me sentir nul, pas assez bien, ou trop ceci pas assez cela, je fais pleins de boulettes au travail, parce que je vais trop vite et probablement que je m’ennuie dans ce que je fais, on rajoute à cela le fait d’etre en total décalage avec mes collègues + un en particulier qui me supporte pas : le cocktail est détonnant
    Et la question existentielle par rapport à tout ça : c’est normal de vivre ça quand on est zèbre ?
    Merci de m’avoir lu
    Alexandre

  42. Olivier hertout

    Bonjour Mel,
    Je viens de lire avec une grande attention votre article. Toutes ce que vous cité, me font toujours le même effet. Je ne sais pas si je suis un zèbre, peut être que je ne veut pas le savoir. Tout à commencé en 2008 avec mon fils, il avait 12 ans. A l’école ça se passait très mal, plus personne ne le supportait, ses camarades, ses prof et même le CPE. Croyant bien faire l’infirmière du collège a alerté les service sociaux, pour maltraitance. Cette enquête a duré quatre mois et n’a abouti à rien. Cet à la remise de leurs conclusions, qu’une éducatrice spécialisé nous a conseillé de lui faire passer un test de QI, ce que nous avons fait. En vu de ses résultats atypiques, 120 en verbalisation et le reste au raz des pâquerettes, et malgré les explications de la psy, j’ai voulu comprendre, tout comprendre. A l’époque j’ai dû acheté tous les livres qui expliquaient en long en large et en travers le fonctionnement de ces enfants, afin d’aider mon fils. J’ai commencé avec Jean Charles Terrassier, poursuivi avec Jeanne Siau Facchin, olivier Révol, et bien d’autres qui contredisaient cette théorie sur les EIP, Comme vous l’expliqué très bien Mel, en lisant ces livres, beaucoup de souvenirs ressurgissent, c’est un électro-choc émotionnel. Ce que j’ai fini par comprendre à propos de ce bombardement émotionnel intensif que subissent les EIP, relève plus de l’acceptation du monde injuste qui les entourent.
    On peut aider mais pas sauver. Ça peut paraitre égoïste, mais parfois sauver c’est voler la responsabilité de l’autre, surtout si il ne comprend pas ou ne veut pas comprendre. C’est ce que je partage aujourd’hui avec mon fils, les émotions l’envahissent toujours il arrive mieux à les canaliser. Depuis quatre ans il a des amis qui le comprennent et l’accepte. Par contre dans le milieu du travail ça reste encore difficile, surtout avec les « chefaillons ».
    Si je peut me permettre de proposer un livre qui m’a beaucoup aidé, « La voie des émotions » c’est un dialogue entre le Dailai lama et Paul Ekman.
    En tout cas merci beaucoup Mel, et les autres de faire ce blogue. Aujourd’hui grâce à ça on est moins seul.
    Bien à vous,
    Olivier

  43. Bonjour,
    Je suis tombée sur votre article et je suis étonnée de me reconnaitre autant dans ce que vous décrivez. Et les l’exemple de respecter la personne parce qu’elle est vieille c’est tellement ça lol, je n’ai pas fais de test encore mais je me reconnais tellement, ce décalage avec les autres, cette hyper sensibilité qui me fais passer pour une hystérique, j’ai un enorme probleme avec l’injustice pour moi c’est tellement incomprehensible . Bonne journée
    Florence

  44. Simpa… belle article Mel! J’ai souri quand j’ai lu (là je sais clairement que mon cerveau me ment !!!). J’ai lu pas mal de truc sur la douance, le zèbre… chacun, chacune a je crois c’est petit details, particularités qui font sourire, Je vois aussi que tu as une relation avec le chou-fleurs, moi c’est avec l’artichaut. De ce que j’ai compris de la douane, du zèbre (peu importe le terme tant qu’il ne classifie pas) et de ma propre vision des choses, je crois que nous naissons avec une histoire, une quête et d’innumerable chemins a comprendre, évaluer, de la vient peut être la notion de décalage. C’est un chemin qui se révèle peu a peu. Ce qui est impressionnant dans tout cela c’est que chaque être humain est son propre chemin.

  45. Bonjour,
    il y a tellement de choses qui me parlent… que ce soit dans l’article, ou dans certains commentaires…. Il y a des souvenirs qui me remontent a la surface. Durant tout mon primaire, mon collège, j’ai été exclue, voire brimée. J’étais bonne a l’école mais je n’étais pas la seule. Ce qui me différenciait des autres enfants (puis ados) qui étaient bons à l’école, c’était que je n’étais pas comprise des autres et je ne comprenais pas pourquoi. Pourquoi j’étais différente. J’étais sensible ,trop sensible… et déjà a l’époque je tenais un « journal » ou je couchais sur le papier toutes mes réflexions sur le monde , mes doutes existentiels, qui ne concernaient pas ma petite personne mais bien l’humanité toute entière. J’écrivais déjà que je voyais que l’humanité allait dans le mur à 11 ans, et cela m’angoissait terriblement. Je n’ai jamais quitté cette angoisse et ce mal-être général. J’ai toujours eu la sensation d’urgence , qu’il faut que j’agisse, pour changer le monde…

    J’ai redoublé moi aussi, en école d’ingénieur. Je n’allais quasiment pas en cours… ça m’ennuyait… Mais mes parents m’ont toujours tellement poussée a ne pas abandonner , (même si quelque chose en me plait plus… ) que je me suis toujours sentie obligée d’aller au bout, coûte que coûte… C’est comme cela que j’ai fini ma prépa alors que je voulais la quitter, fini mon école d’ingé , et fini ma thèse dans la douleur… Mais arrivée sur le marché de l’emploi, il m’a fallu changer de voie par rapport a ma thèse. Je ne pouvais plus voir en peinture tout ce qui concernait le domaine dans lequel j’ai passé ma thèse. Et puis je me suis ennuyée, encore et encore… Tant et si bien que je me dis que c’est moi qui doit avoir un problème. Je suis incapable de rester a un poste, je dois avoir des problèmes de concentration et décidément, je n’ai pas la ténacité que mes parents voulaient absolument m’inculquer.

    Je me suis battue avec mes supérieurs aussi . J’ai été en perpétuelle quête de justice , pour tout et tout le monde ( on m’a déjà surnommée Che Guevara au travail… ) . En perpétuelle indignation… et violente dans mes réactions…
    Aujourd’hui, je suis perdue… je sais qu’il faut que je fasse autre chose, que je dois trouver un métier qui ait du sens… mais j’ai du mal a déterminer quelle serait la bonne voie, celle qui me conviendrait, et ou je ne m’ennuierais pas en moins d’un an…

    Et puis il y a une amie a moi, qui a été détectée zèbre il y a quelques temps. Elle a passé un test de QI. Et a pensé a moi, parce qu’elle a pensé que je pouvais moi aussi en être un et m’en a parlé. Mais je ne peux pas me résoudre a aller passer ce fichu test…. Je suis partagée , à la fois je me reconnais dans presque toutes les caractéristiques ( j’ai lu Trop intelligent pour être heureux) mais en même temps je me dit que non , je ne suis pas intelligente, il y a des gens beaucoup plus rapides que moi sur certains sujets… j’ai peur en fait… j’ai peur d’être ridicule à aller me présenter à un psy en lui disant que je soupçonne peut être d’être intelligente… je sais que je suis en plein dans le syndrome de l’imposteur et je l’ai toujours été mais je n’arrive pas à m’en détacher…
    J’écris ce commentaire un peu pour moi, mais aussi peut-être pour trouver ce courage d’affronter les choses, pour enfin savoir…. est-ce que je suis différente , ou juste névrosée, folle, idéaliste, parfois dépressive et incapable de gérer mes émotions (j’ai consulte une psy quand ça n’allait vraiment pas a cause de mon boulot , elle a vu que j’étais hypersensible, mais que en gros ça venait de l’enfance, on m’a pas appris à gérer mes émotions… quand je lui ai parle de mon mal-être et angoisse générale, elle a presque rigolé et m’a dit qu’il faut pas prendre tant à cœur le destin du monde entier… limite, faut arrêter de regarder les infos )
    Bref, je m’arrête là… désolée pour la longueur de ce commentaire…
    en tout cas merci pour ce blog.

  46. T’es complètement tchtarbée, comme beaucoup d’articles que j’ai pu lire sur ce thème et souvent écrit par d’autres HP, j’ai adoré 🙂
    Même dans l’écriture, on voit que « nous » sommes des gens que ça va très vite dans la tête (#Ribbery) et que même un clavier et des compétences dactylographique de haut niveau ne suffisent pas à écrire aussi vite que circulent nos pensées (sans code de la route vraisemblablement).
    Perso j’ai compris y a quelques jours que j’étais probablement HP, j’ai passé pas moins de 15h sur internet (et j’y suis encore visiblement) pour essayer de « comprendre » et sûrement d’accepter que je suis HP. Parce que comme beaucoup, lorsqu’un ami HP m’a dit que j’étais sûrement HP, je lui ai simplement répondu « mouais, je sais pas… ». C’est tellement bizarre de s’auto-proclamer HP, on y croit pas et par excès d’humilité et de doute (vu qu’on passe sa putain de vie d’HP à se remettre en question), ben j’ai pas creusé ce « diagnostic amical et spontanée ».
    Ce que je ne savais pas c’est qu’être surdoué c’est « ressentir » le monde carrément différemment de la plupart des autres gens.
    Bref, j’ai chialé (comme beaucoup) en apprenant au bout de 28 ans que je ne suis clairement pas « comme tout le monde ». Je sais que tout le monde est différent mais être HP, c’est un sacré bordel quand même.
    J’ai revu toute mon enfance et mon passé à l’aune de cette découverte et hoooo magiiieee, comme tout est beaucoup plus « logique ». Mes relations aux autres, mes choix de vie, etc.

    Comme Sophie juste au dessus, j’écris un peu ce commentaire pour moi aussi. Un besoin impérieux de poser les choses, de sortir toutes ses pensées de ma tête et les coucher sur le papier pour y mettre un peu d’ordre et les « officialiser »

    Je te remercie d’ailleurs pour ce blog avec des articles très amusants et intéressants où je me reconnais dans pas mal de choses comme les autres zèbres.

    Là j’écris et je me demande encore si je suis vraiment HP.
    Puis là je me dis « mais hoo t’es con ou t’es con ? Bien sûr que t’es HP, sinon comment expliquer que tu sois autant en décalage avec les autres, la société et ces règles à la con ? »

    Je suis aussi heureux de voir que je ne suis pas seul et que la majorité de mes meilleurs amis sont ausi HP et qu’on se comprend entre nous. Mes parents aussi et mes frères aussi.
    Bref j’ai une chance inouïe de m’être intuitivement entouré d’ami Zèbre sans m’en rendre compte.

    Pour beaucoup de surdoué, le découvrir sur le tard est toujours un peu « bouleversant » mais je sais que c’est pour le mieux.
    Je m’autorise enfin et encore plus qu’avant à être moi même, qu’importe ce que pensent les autres. Je suis différent et je refuse d’être comme tout le monde. On m’a souvent pris pour un fou, positivement ou négativement et je comprends enfin pourquoi.
    Je ne suis pas fou. Juste différent.
    La chance d’être différent et de savoir d’où vient cette différence.
    Je ne me cacherai plus jamais pour me fondre dans la masse ou dans les moules de notre société.
    Qu’on me comprenne, tant mieux ; qu’on ne me comprenne pas, tant mieux aussi.

    Ce mode de fonctionnement est un cadeau, un cadeau qu’il faut apprivoiser pour vivre mieux avec.
    Et puutaiiinnnn quand on comprend POURQUOI on a été et est comme ça, qu’est ce que ça fait du BIEN whooooo.
    Tout devient enfin plus clair ! Et nous savons comme les zèbres ont besoin de sens pour vivre.
    C’est comme si un fardeau qui avait pesé sur moi pendant 28 ans venait enfin de s’envoler.
    J’ai fait du développement personnel pendant des années et ÉNORMÉMENT depuis 3 ans depuis que je travaille dans cette ville de malade mental qu’est Paris et bien que j’ai beaucoup appris dans ce domaine, je n’ai jamais eu de révélation aussi OUF sur moi même.

    Cette découverte donne du sens à une Gigantesque partie de ma vie et m’ouvre les portes d’un futur plus simple, moins anxiogène, plus mieux, plus heureux car je comprends enfin intimement comment je fonctionne. C’est aussi une paix profonde avec moi même.

    Bref (pour la 3eme fois oui), je vous embrasse tous très fort chers amis zébrés. Vous n’êtes pas seul.
    Prenez soin de vous et si vous le pouvez, rendez le monde meilleur à votre façon. C’est un don, ne passons pas à côté.

    Pour ma part je suis déjà en train de questionner mes meilleurs amis pour qu’ils réalisent qu’ils sont probablement comme moi. Car ce n’est pas un hasard si je me sens aussi connecté à eux.

  47. Comment dire…. en pleure et frustration je me suis mise devant mon écran ce matin, histoire de trouver des solution, de faire de futures expériences ou pas…, d’avoir des témoignages de personne « bizarres  » comme moi ! Et là ! je tombe sur vous ! Caractéristiques d’un adulte surdoué par un zèbre détecté sur le tard !
    Caractéristiques de surdoués par un petit zèbre adulte en herbe ! titre qui m’interpelle ! et là… je reste complétement scotcher aux phrases, aux mots utilisés… Serais ce possible qu’une personne écrive,. ce que je pense et ressent, depuis ma naissance avec un humour tellement ironique et certainement compris que par un zèbre ! Là, maintenant,, instinctivement mes yeux continus de pleurer maiiiis je rigole, je rigole…. Je pleure avec une satisfaction incroyable. Rire ! l’antidépresseur naturel ! cela faisait si longtemps. Un déclic ! si j’étais « normal » en bonne santé et tous les autres malades ! si j;inversé le rationnel du commun des mortels et mettant à profit cette évidence. Je suis un zèbre ! dois je en être fière ? dois je continuer et accepter définitivement ma différence ? Dois je trouver « MA » force au détriment des réactions de tout ces moutons blancs ? sachant que, être le mouton noir a toujours était une préférence difficile à vivre mais si évidente pour moi ! En tous les cas, je ne peux dire que « MERCI » à vous. Il parait que rire est le propre de l;homme… Et vous m;avez fait rire… ma bouche s’est exprimée, mes muscles se sont débridés vers le haut,et j;ai pleurer de rire. Vos explication m’apportant réconfort et une prise de conscience de mon état d;être, avec humour. Voila comment une lueur d;espoir pour cette journée est arrivée. Je suis un zèbre, MERCI

  48. Vous lire m’effraie.
    43 ans que je me sens à côté de la plaque !
    Et ce serait ça ? Alors que depuis toujours je me sens en dessous de tout, écrasée par cette intelligence des autres qui rend tous les moments de leur vie si évidents !
    Incapable d’enregistrer ces notions basiques, lisses et abstraites.
    Je suis enseignante, maintenant formatrice en pleine psychothérapie depuis 6 ans….toujours à me dire que je vais changer de métier, que l’inertie de mon milieu professionnel m’étouffe.
    Maman de 3 enfants si différents aussi…

    Je ne m’en remets pas.

    Ce serait ça…

    Un conseil peut-être ??

    1. Bonjour Inga69,
      Je vous comprends et j’ai moi même eu la confirmation du haut potentiel à 48 ans, il y a 6 mois.
      J’avais quelques doutes depuis 3 ans, lu quelques livres à ce sujet, et c’est la psychothérapeute qui me suivait depuis 1 an (pour des difficultés professionnelles) qui m’en a parlé, et m’a conseillé d’avoir voir un psy spécialisé dans ce domaine pour avoir confirmation (ce que j’ai fait). Or vous voyez un psy depuis 6 ans ; lui en avez-vous parlé ? seul un psy pourra vous confirmer et vous faire passer des tests (QI et autres).
      Cela vous permettra d’avoir au moins des explications – pour vous et votre entourage,

  49. Bonjour,

    Tout comme Inga69, j’ai 38 ans et toujours eu l’impression de passer à côté des choses. Que ce soit des blagues qui font rire tout le groupe sauf moi car je n’en ai pas compris l’humour, ou une difficulté à me faire entendre moi-même. J’ai toujours eu ce rôle d’enfants, d’adolescent et d’adulte introvertis, qui n’ose ouvrir la bouche par peur du ridicule et qui préfère s’isoler dans son monde imaginaire. L’âge fait qu’aujourd’hui j’ai plus d’assurance et je me permets donc de m’imposer quand je le peux, mais j’ai toujours l’impression de mettre un masque, de devoir me forcer à faire semblant. C’est ça, faire semblant d’être quelqu’un d’autre, pour plaire aux autres, pour me sociabiliser. J’ai très peu de dons, malheureusement. J’ai toujours admiré les gens qui dessinent, peignent, ou composent de la musique, les créatifs en somme. Personnellement, j’écris et mets sur papier tout ce qui traverse ma débordante (parfois trop) imagination. Je ne me sens pas à ma place dans cette société qui m’ennuie et cela depuis longtemps. Mon rêve serait de devenir indépendant, de pouvoir vivre de mes rêves, de mes écrits, mais ce n’est pas facile en tant que père. Il faut travailler, continuer à faire semblant. J’aimerais passer un test afin de valider ce que j’ai toujours ressenti. Mais je ne sais pas vers quoi, ni qui me tourner. Dans tous les cas, votre blog et votre message positif à quelque chose de rassurant. Merci pour votre témoignage !

  50. Le latin, c’est super utile pour l’étymologie des mots de la langue française, comme le grecque ancien…
    Sinon, Merci pour le partage. 🙂

  51. Merci Mel pour ce blog, j’avoue avoir recopié la partie sur le zèbre au travail ; c’est tellement vrai…. et j’aimerai tellement pouvoir montrer ce texte aux futurs recruteurs (et oui je suis au chômage), mais bon ça, faut même pas y penser !!!
    Vous parlez d’une détection tardive….hé,hé, et bien moi à 48 ans ! et c’était il y a 6 mois. Cela ne résout pas les problème mais j’ai enfin une explication au fait de m’être toujours sentie extra-terrestre dans ce monde, et je pense être passée pour une vraie débile dans bien des cas !…. alors que pour moi, c’était eux les débiles !! Je n’ai pas encore trouvé comment être malgré tout sereine et heureuse avec ça, mais j’y travaille…..

  52. Laila Christine

    Bonjour,

    Petite introduction de mon être:
    Je suis une autodidacte autonome
    Souvent entendu atipyque , pas ma façon d êtres dans mon enfance
    Entendu comme qualificatif bête très gentil, donc naïf , à mes yeux c’était un canif en pleine Cœur.

    Mes un avantage, ces d être plus sage
    Car la sagesse, a toujours été mon live de chevet,

    Mon seul devoir, la ou je me sentais bien
    Ces la ou je passé je transmettre les valeurs de mon cœur , car à par pour mon être, je ne fessait pas de mal
    Ces plutôt pas mal

    Pour une bête, leurs différences ces que l animal ne fait pas de mal à sont congénère, et s’en avoir l’aire ces une bouffée d oxygène, qui a un rôle principal
    Pour vivre en bonne santé.

    J ai toujours parler avec des métaphores
    Pour éviter de désigner, qui que ce soit
    Mes plutôt trouver, pour chacun de nous la vêtu de pensée, a aider avec un nombre d’un ensemble commun que l humains.

    Nous sommes considérés, dans la marges, quand nous pensons différemment, pourtant nous sommes tous constitués tous de la même
    Nature ,

    Énergie conçu d atome, molécule
    Particules , subatomique d’un pouvoir si peu exploité les énergies positives

    Qui bien évidemment sont la puissance
    de nos compétences, que l’on devrait transmettre à tous être qui n arrive pas encore à faire activité, en imaginant
    Qu’elle ne peut être plus active

    Vue qu’elle n est pas courante, une erreur de calcul, car ces ridicule
    De pas l utilisé dans note quotient

    Je suis pas une lumière, bien au contraire
    Je suis une bougie, qui fond au file du temps, mes peu importe le temps et de pouvoir voir claire , souvent dans l oscurite nous pouvons voir une simple et
    Eteincel pour apercevoir l essentiel

    Que de pas percuter, un objet qui pourrait nous blesser, imaginer vous le pouvoir incroyable de nos compétences
    Et pouvoir, signaler aux autres éviter le danger.

    La nature Humaines, oublie trop souvent
    Que le premier devoir, que nous devons nous transmettre, ces que aucuns êtres doit souffrir

    Dames nature , ce chargé déjà de le faire
    Nôtres rôle , étant humains ces d offrir aux autres un coup de mains.

    Quand vous raisonnerez de c était façons
    Ont vous dit tes trop gentille, cette formule, veut dire trop bête , ou que l’on vient d’une autre planète

    Une insulte, à votre intelligence
    Car , l intelligence n’est pas que de connaître la racine carré, ou pitagore

    Mes d adorerez les êtres, d avoir une fenêtre sur le monde , et la racine de notre être, ces d aimer le bien-être
    Pour tous , un monde en bonne santé

    Ces d êtres visionnaires, de pensée aux autres ces pensées a soit , vue que l égoïstes et plus fréquents

    Alors je suis une égoïste dans tous ma puissance, j’ai pris conscience si jeune
    Que je suis jamais satisfaite.

    Vue que le monde tourne mal
    Ces a mes yeux pas normal, ces pas pour autant que je ferais du mal

    Je suis une bête, qui me tiens à deux pattes est refuse de voir d autres
    Genoux, sauf si ces pour faire une prière
    Que la paix soit sur le monde .

    Mes vue les religions, fond des guerres pourtant qui parle d amour , m’en bête
    Sa salit les écrire, ils vos mieux êtres athées, et s attesté de faire du bien

    Pour vous dire la nature Humaines
    N’a touj pas compris l essence de la vie
    Et du respect d’un devoir à savoir appliquer dans tous les instants d’une vie

    Ces difficiles d apprendre, dès que nous sommes enfants, et n arrive pas à comprendre la première leçon à appliquer

    Mes peu importe, je vous adresse à vous tous , grâce à vos compétences à chacun
    Pouvais m aidée, à trouver ensemble

    Grace , au grand s’en et surtout au bon sens , d aidée notre société dans l évolution,

    Car il est possible de croire à l la intelligence humaine de rassembler ces connaissances pour trouver des solutions,

    Pour l évolution humaine, nous vivons
    Des instants, historiques que ce confinement,

    Lier à un virus, profitons pour trouver
    Aussi un remède pour que chacun ramène, le
    Bon sens que le n peu aussi offrir dans ces instants présent

    Pour un corps parfait, nous avons besoin d’une tête, des membres et bien évidemment nous sommes la colonne vertébrale,

    Ensemble pensons à faire travailler nos ménage pour la vêtu la plus sacré la bienveillance une chance pour autrui construire cette parcelle

    Je suis rien mes je suis un grain de sable
    Qui croire aux êtres magnifiques et vous êtes ces êtres

  53. Laila Boucherit

    Bonjour,

    Je ne doit pas être un zèbre, ces doit une erreur devoir pensée que je fessait partie
    Des hp , ces sûrement cas je suis seulement atypique, dans ma quête
    D aides les autres.

    Nous pouvons simplement, aimer les humains pour une raison simple, d’une
    Façon de pensée, aux êtres que l’on rencontre, d avoir de la bienveillance

    N ait pas une intelligence, seulement un devoir de croire que l’on peut aidée a notre façon, surtouts à notre échelle

    Et surtout sa change rien d être ou pas intelligent, car même une bête a une autre forme d intelligence,

    De vouloir faire du bien , ces surtout une
    Façon de voir notre monde , que nous sommes capables, d agir pour rien seulement , nous le fessons pas pour
    Que l’on soit aimer , cas ont fait à des inconnus que l’on verra jamais

    Seulement, une envie de bien faire et d’aides ce qui nous semble dans l’instant où nous agissons, voir dans l attitude
    Des autres une transformation positive

    Sa me suffit en pleinement , ont m avait dit dans un stage, d’une formation que j était et au fond, ces surtout que je refuse d être comme les autres a penser à moi

    Pas mon égaux , car nous sommes tous égaux, si l intelligence ces de vouloir
    Et surtout de ressentir, le mal être des autres , ces que mon passé a sûrement

    Fait de moi , une personne plus sensible
    A toute détresse, si j était si intelligente
    Je serais pas aussi bête , d être toucher

    Pour des détails, que mon être et mon esprit soit toucher en pleins fouets
    Défendre ou prendre la parole, n’ait que un gestes normal

  54. Bonjour à tous et à toutes, bonjour à toutes et à tous ( c’est selon)

    50 balais c’est l’âge du capitaine!
    Je comprends sur le tard ce qui me caractérise HPI ??
    Mais aussi . Apolitique, Athée, Abruti (ou pas tout à fait!).
    Non pas un chiffre QI …. (les risque est trop grand de bloquer sur une échelle de valeur et s’enfermer dans une case). Je ne souhaite pas faire de test. Rester libre.
    Non pas un HAUT Potentiel Intellectuel…..et des Capacités physiques? . Seulement des capacités physiques et intellectuelles.
    Ni plus , ni moins.

    Je constate sur le tard ce que j’ai fait et ce que je fait de tout çà.
    Si on n’était pas des problèmes mais des solutions:
    Capacités de réflexion, d’analyse qui aide à la prise décision. (Faut faire seulement le tris ! Ecrire , écrire. ( un peu comme si on descendais de son vélo pour se regarder pédaler)..

    Je navigue dans mon boulot entre des postes à responsabilités et des fonctions d’opérateur (directeur adjoint, formateur, conseiller municipal, chef de chantier, menuisier /charpentier) . La tête et les mains.
    Je me débrouille pour faire comprendre non pas qui je suis, mais la plus value que je peux apporter à un projet.
    Je me présente souvent comme un emmerdeur, pouvant servir de garde fou mais qui apporte de la fluidité dans un système, dans un travail d’équipe. Le plus délicat dans l’exercice étant de ne pas être perçu comme un concurrent…mais comme un allier.
    L’empathie ( bel atout). Elle permet d’anticiper les coups bas,; mais aussi d’aider , d’accompagner mon voisin(e) , (voisin)e à faire émerger son Potentiel pour aller le plus loin possible.
    Faire l’ascension d’une montagne encordée avec une ou plusieurs personnes. Amener toute la cordée au sommet en faisant émerger les Potentiels,… les Capacités physiques et Intellectuelles de chaque membre pour que tout le monde arrive au sommet (la moitié du chemin), et redescende sain et sauf.

    Si on était des solutions.

    Partir du principe que l’on ne sera pas compris . (Qu’est ce qu l’on ferait si on inverser les rôles). Donnons nos capacités au voisin et prenons les siennes.
    Mais aussi sortir de ces schémas trop classique de NiVEAU. Ni en haut , ni en bas. Seulement des capacités physiques et intellectuelles. NI PLUS, NI MOINS.

    Faire fructifier tout çà.
    Pour ma part depuis 2 ans je me suis au vol libre et là tous les jours dans la théorie (aérologie, météorologie, géographie, mécanique de vol, le matériel, réglementation, espaces aériens, pilotage, et……mental!). Avec tout çà un peu de capacité physique et voilà du grain à moudre et de quoi prendre de la hauteur !!

    Au passage un bon bouquin  » Changer d’altitude » de Bertrand Piccard ( ce n’est pas celui des surgelés !!).

    Je dit souvent que j’ouvre des portes ( entre qui veut) et/ ou je donne des clefs ( les gens s’en servent quand il s veulent).

    Bye. Pierrot.

  55. Encore moi !

    Petite info supplémentaire.
    Je dit de plus en plus.
    Si je devais me définir :
    Un nom, un prénom ….que je n’ai pas choisi !
    Une date de naissance ….que je n’ai pas choisi !
    Ce que je fait de ma vie ……alors là je peut choisir, …..quel Potentiel ! ( Le passé c’est des acquis à faire fructifier).
    Autre aparté : pour le nom et le prénom que l’on choisit pas. C’est un autre paramètre à prendre en compte car en plus d’être HPI, on a (chacun)e , sa propre HISTOIRE . ( Avec une tête comme çà, on devrait s’en sortir! ).
    Bye . Pierrot.

  56. J’ai pleuré tout le long de ton article ou presque. J’ai l’impression de lire ce que je n’ai pas écrit mais dont je pourrai être l’auteur. Bon à part que maître gums et plus belle la vie voilà quoi.. Et qu’il y a des fautes d’orthographe qui m’ont agressée. Euh, je suis perdue. C’est par où qu’on se fait diagnostiquer ? Merci pour ton article. Enchantée, ah et moi c’est Gaëlle. De même !

  57. Merci Mel… j ai appris par mon entourage que j etais zèbre il y a 3 ans… ces personnes qui m ont diagnostiquée ne connaissaient pourtant ni mon passé ni ma vie personnelle… je me suis donc plus intéressée à cela et, effectivement j ai pu me l avouer : j en fais partie… j’essaie au quotidien de gommer les travers de cet animal indomptable qui cherche sa place mais même dans mon couple aujourd’hui je souffre de cet écart qui se creuse avec l autre… cet autre qui a du mal à suivre et à accepter mes réactions et mode de fonctionnement. J en suis arrivée à me poser la question de me séparer pour trouver liberté et sérénité. Avec 5 jeunes enfants et un emploi de chirurgien visceral temps plein… pas simple! En tout cas merci pour votre texte… je pense que nous pourrions beaucoup partager!

  58. Bonjours, j’ai lu ton article et je l’ai trouvé très intéressant, je me suis reconnu en beaucoup de choses. Je voulais te demander si le fait de savoir que tu étais un zèbre t’avais aidé, ou de manière plus générale si il est préférable pour un bon développement de le savoir. Parce que il y a quelques années j’ai fait un bilan neuropsy (je crois que ça s’écrit comme ça) parce que je me sentais complètement en decalage avec les gens de mon âge (j’ai 16 ans), et la psy que je suis allé voir nous a dit au tout début que si elle estimait qu’il n’était pas nécessaire voir dangereux pour moi de me dire que j’étais zèbre ou quoi que ce soit elle ne me le dirait pas. Après avoir fait le bilan elle m’a dit que j’étais un tout petit peu au dessus de la moyenne mais pas au point d’être surdoué, ce qui était selon elle mieux car le contraire aurait été sur à gérer. Mais encore à ce jour je n’ai pas pu voir les résultats de mes propres yeux car elle n’a pas voulu nous les montrer, et plus le temps passe et plus je me pose des questions. Bref je me demande s’il serait nécessaire que j’obtienne ces résultats ou si comme la psychologue l’a dit, ça me fairait plus de mal qu’autre chose.

    1. Bonjour Luzzu,
      Bizarre que le psychologue ne t’ai pas transmis ton bilan… C’est assez étonnant car tu passes le test justement pour avoir ce bilan et débriefé avec ton psy. C’est censé t’aider à avancer pas te faire peur…
      Pour ma part oui ça m’a beaucoup aidé, notamment à comprendre mon fonctionnement et certaines de mes réactions.
      Bonne fin de journée
      Mel

  59. Bonjour,
    Quel est l’intérêt de chercher à savoir si l’on est effectivement « zèbre » ou pas quand on est adulte ? Cela ne risque-t-il pas de nous enfermer (inconsciemment) dans une catégorie ?
    Peut-être que ne pas le faire quand on semble en avoir les caractéristiques générales peut venir d’une méfiance envers le manque de recul que l’on a en lisant des articles sur Internet (si j’ai mal à la tête, je m’autodiagnostiquerait un cancer généralisé avec Internet) ou même d’une certaine peur (de l’être effectivement ou de ne pas être étiqueté comme tel) inconsciente.

    Enfin bref, je me pose des questions, mais sans voir ce que des réponses « officielles » m’apporteraient…

    En tout cas, merci pour votre billet 😉

    1. Bonjour Pierre.
      Il n’y a pas d’intérêt à proprement parlé si ce n’est apprendre à mieux se connaître et comprendre son fonctionnement. C’est une démarche qui est entièrement personnelle.
      Chacun voit midi à sa porte.
      Bonne journée,
      Mel

  60. Pierre Villeneuve

    Salut Pierre,
    En réponse à ta question sur le fait de savoir si on est « zèbre »ou pas quand on est adulte? Je répondrai à ta question par un début de réponse et par deux autres questions.
    Bien souvent quand on (se) pose une question, c’est que l’on a une réponse……mais on cherche une confirmation !? …….
    ….ou bien QI or not QI !?
    Du coup: Quelles questions tu te pose sur la différence, ta différence et quelles réponses tu as apporté, jusqu’à présent, dans ton quotidien.
    Bon courage. Pierrot !

  61. Bonjour,
    Je viens de parcourir cet article, car mon fils a été diagnostiqué Zèbre. Bon il faut que je vous dise qu’on s’est beaucoup fâché, il est parti o, et je l’ai poussé à partir chez son père. En fait j’avais besoin d’air. Il a 22ans. Hyper sensible, et tellement timide que même aller chercher une baguette est impossible. Bref j’ai mal supporté le fait qu’il s’enferme dans sa chambre au point de ne pas partager mes repas., au point de ne plus se voir, car il « vivait » la nuit !. Donc voilà parti chez son père et plus aucune nouvelle.Je suis tombé malade, aucun mot de sa part. Me suis fracturé le poignet, aucune mot, j’ai chopé le Covid, …. aucune inquiétude de sa part. Voilà je suis en maque de reconnaissance et d’affection totale. Il ne m’appelle pas car il a peur de se faire engueuler??? Ben j’ai aucune raison puisqu’on vit plus sous le même toit! ( et je lui ai dit, écrit. On communique par SMS! j’ai horreur de ça mais c’est mieux que rien!)
    Bon du coup apparemment il a était diagnostiqué ZEBRE. OK, mais quand je vous lit, je vois pas de différence. Un zèbre c’est une personne qui réfléchit justement, c’est pas un mouton! Et en fait je me reconnait dans ce que vous dites, ainsi que beaucoup de mes amis!! Donc je vois pas ce qu’il y a de différent.
    questions: c’est quoi être surdoué?? pour c’est einstein , Curie, Zuckerberg, jobs, …
    En suite je pense que je sui zèbre parceque:
    -Je supporte pas les gens bêtes. Ok mais qui les supportent? On a tous envie de bousiller leur voiture, Et moi je l’ai fait! la bêtise m’insupporte , mais voilà il faut faire avec! c’est ça vivre en société, collectivité.
    – Le respect. Ben oui comme tout le monde le respect n’est pas un droit, ça se gagne. Mais es-tu respectueuse envers tes parents?
    – La confiance: Vatse sujet, de prime je fais confiance , mais malheureusement rares sont les personnes qui gardent ma confiance. Et que dire de l’hypocrisie, ça m’horripile, mais être adulte c’est aussi passer par là! Ah oui, je déteste faire la bise à tout le monde. Vive le C19 !! J’ai appris à mentir parcequ’on a pas le droit de tout dire. Devenir adulte c’est aussi apprendre à se taire et à sourire.
    -L’autonomie. Moi j’ai était autonome à 19ans. J’ai trouvé un job et suis parti. Mon fils 22ans ets toujours chez papa, je lui verse d el’argent tous les mois. Il trouve ça normal. Et suis pas certane que cela change. Il sait se faire à manger donc il va chez Mc Do, 22 € le repas !! Sacré budget quand on est dépendant!!
    – le monde du travail: Faut bien se dire qu’on ne vous attend pas. Sa place il faut la gagner, la chercher , et ETRE PATIENT, un jour on se tourne vers vous!! Alors pas tout de suite, mais vous êtes d’une génération qui a toujours tout eu de suite. Vous savez pas qu’il faut gravir les étapes, comme tout le monde. Plus rapidement puisque vous des surdoué. Mais oui au début vous êtes le p’tit dernier de l’entreprise qui se la pête , avec ses super idée irréalisable car trop chère ou trop contraignantes. Car faire partie d’une entreprise c’est aussi en savoir ses limites!!

    ALORS Zèbre ou jeune adulte qui a besoin de faire sa propre expérience, comme tout le monde?
    Parceque vous décrivez c’est très commun.

    1. Bonjour, 🙂
      Je vous conseille de lire plusieurs articles du blog, notamment ceux sur les caractéristiques, la psychologie… Mais aussi d’autres blogs.
      La différence entre un zèbre et un jeune adulte c’est surtout une perception et une approche du Monde très particulière.
      Je vous conseille de lire aussi l’article sur les zèbres laminaires et complexes
      https://suivezlezebre.com/zebre-profil-laminaire-complexe
      ça vous aidera à y voir plus clair.
      Bon courage avec votre fils
      Mel

  62. Bonjour,
    Ça fait une petite semaine que je m’intéresse au sujet. (conférence, lecture…)
    Une question à laquelle je n’arrive pas à répondre.
    Mais c’est quoi la norme ?
    Vous vous rejoignez (ah au faite, gros soucis d’orthographe) à peu prêt sur les mêmes choses concernant les « zèbres » mais un « normo pensant », il pense comment ?
    Je n’ai pas la réponse pour comparer.
    Je pense que vous comprenez ou je veux en venir…
    Merci

  63. Hélène Bonnefoy

    ++++++++++!!!
    Merci pour ce résumé-cadeau !
    Vous me faites sourire avec tendresse : « Découverte sur le tard à 30 ans…… » = découverte sur le tard à 69 ans😆😊🙏. il y a 5 ans. D’un coup ma vie s’est transformée. Syndrome de l’imposteur, nouveau regard sur toute la vie à l’aune de mon atypisme, remonter mon niveau d’estime le plus discrètement possible, regarder la vie de ma mère (déportée d’Ukraine vers l’Allemagne) à travers le filtre de la douance, n’avoir pas pu échanger malheureusement avant son départ vers des champs plus paisibles, rééquilibrer mes perceptions, admettre que je vois clair et que j’anticipe avec fulgurance, accepter que mes hyper ( sensibilité, esthésie, mémoires, intérêts, curiosités, précision, compréhension ,…) ne sont pas l’expression d’un désordre psychique, d’une maladie nerveuse ou d’une « tare »😆 mais une belle opportunité. je ne regrette rien. Juste un peu de nostalgie devant le constat que je sais que je savais!!! Et que le faux self m’à amenée à passer entre le mur et le papier peint pendant 69ans! J,ai fait des trucs dingues dans ma vie. J.ai à moi seule ou quasiment, mis en scène des opéras baroques, dirigé des orchestres et ensembles instrumentaux, confectionné toute seule les costumes pour 50 acteurs: réalisés d.apres les patrons du 17ème siècle anglais, patron récupérés au musée de Londres, pleuré sur la tombe de Henry Purcell à Westminster Abbey, constaté qu’il était tout près de celle de Newton et donc que c’est bien normal que ces deux êtres aient pu se rapprocher enfin et relier leur brillance pour faire sens et émotion…………je suis émue par l’emotion!!! Et quand c’est le cas, je bascule dans l’humour qui allège mais que tout le monde ne comprend pas toujours! Ça aussi j’ai appris à ne pas lâcher mes scuds humoristiques sans contrôle, je choisis mes cibles affectueusement. ……Merci pour ces publications qui m’accompagnent toujours et me rassuren. J’ai entre 5 et 20 ans pour toujours je pense! Le confinement m’a conduite vers d3 webinaires qui m’ont beaucoup appris. notamment avec Nathalie Alsteen « Émotifs talentueux » et Défi 6 jours, Quantum Way avec Joe Dispenza et beaucoup d’autres’qui m’ont aidée à ne pas glisser à cause de l’entretien du stress par les informations délirantes et contradictoires, par le non-sens, les abus des communiquant, les prises de pouvoir par le verbe haut! La suffisance déplacée, la souffrance pressentie et les violences au sein des foyers, les dégâts et la culpabilité des familles qui ne pouvaient voir leur parents mourants définitivement isolés et leur tenir la main…….les désordres psychiques engendrés par la situation, l’aggressivite exacerbée par l’angoisse and so on….
    je vous remercie pour notre vitrine de zèbres de tous poils ( y compris des insupportables à mes yeux!,) vitrine décorée par nos âmes exigeantes mises à nue dans ces moments de partage bénéfiques et chal’heureux. très bonne journée à mes comparses bienveillants.

  64. Vous êtes incroyable, comment peut-on être aussi incohérente et aussi sûr de soi au point de se comparer à Einstein. Vous êtes loin de son génie je vous rassure.

    Vous dites comprendre 10x plus vite que vos collègues, seriez-vous en mesure si cela est trop compliqué pour votre cerveau, de vous remettre en question ne serait ce qu’un instant. Désolé d’anéantir vos espoirs mais redoubler presque trois fois au lycée (qui je le rappelle à un niveau plus que décadent même en filière S) montre déjà que votre cerveau est loin d’avoir une intuition scientifique au-dessus de la moyenne.

    De plus, je vous ferais remarquer que pas UNE SEUL FOIS dans toute votre histoire, même pas échantillon de REMISE EN QUESTION n’a été aperçu. Si personne ne vous comprend ne serait ce pas parce que votre éloquence oral pourrais être meilleur ? (faire comprendre des concepts complexes est tout sauf facile ce n’est pas une honte à avoir). Penseriez-vous pas que si vous étiez si intelligente que vous le prétendez, ce serait vous le patron, celle qui sort de Centrale ou Polytechnique, plutôt que de chialer comme une merde en critiquant vos pauvres collègues qui n’ont rien demander à personne..

    Vous êtes remplie de haine et de ressentiment, vous voulez changer le monde mais vous n’avez aucune idées des enjeux de notre époque, transformer des pizzas en chou-fleurs (c’est vraiment ça pour vous être ingénieur, vous travaillez dans quel domaine si c’est pas indiscret ?) – cela montre déjà dans quel monde naïf vous vivez, tout est noir ou blanc, NOUS supérieurs NOUS les zèbres, alors allons changer ce monde du MAL, en monde du BIEN. Mais quelle suffisance…

    Bien-sûr, vous tombez dans le nihilisme total, vous voulez changer le monde dans lequel nous vivons et vous pleurer devant des porcinets, dites cela à Poutine ou aux lobbys de l’or noir qu’on rigole un peu.

    Bref, vous ne savez pas de quoi vous parlez, aucun respect des gens simples, et même des génies, même les chercheurs/enseignants qui sortent de Centrale Paris que je côtoie en tant que simple élève me paresse 10x fois modeste que vous.

    Dernière chose, tout le monde peut changer, sans rancune !

    1. Bonjour Florian,
      J’espère que vous allez bien ? Vous me semblez un peu tendu dans votre commentaire ?
      Je pense que vous devriez relire cet article avec un peu de second degré, parce que c’est ce qu’il contient, de l’humour ! Visiblement nous ne partageons pas tous le même…
      Je n’aurais jamais la prétention de me comparer à Einstein ni à qui que ce soit puisque je défends la valeur unique de chaque être humain.
      Je n’ai pas redoublé trois fois le lycée, vous devriez relire. Quant à mon métier, je suis professeure en MASTER et je n’ai rien à vous prouver.
      Et oui, je crois que c’est vous qui faites erreur en jugeant une personne sur un seul article cher Monsieur.
      La remise en question c’est mon quotidien et jamais je ne me permettrais ce que vous êtes en train de faire sur mon blog : juger, dénigrer, critiquer… pour quelle raison et dans quel but ?
      Si ce que j’écris ne vous plaît pas, je ne vous retiens pas.

      Très bonne fin de journée.
      Mel

  65. c’est drôle de se dire zèbre, non? qui sont les étalons dans l’histoire? où est le lion? … je me retrouve dans bien des caractéristiques, et j’admire le fait d’acclamer qu’on change le monde ensemble sur un ton d’humour, étant donné que le problème de ce monde c’est bien la nature de l’homme . ironique vous ne trouvez pas? en tout cas, ce n’est pas pour faire ma rabat-joie, je pense aussi que le monde devrait changer ….sauf que les moeurs ne le permettent pas. Cependant, merci à vous de garder la meilleure volonté du monde pour cela.

  66. Puisque personne ne comprend mon fonctionnement hormis les zèbres, je me permets ce petit message. J’ai toujours été différente et je l’ai toujours su. Par chance, parents psy, j’ai rapidement fait du développement personnel: je voulais pouvoir me maîtriser (impossible). Quand j’ai rencontré mon mari, j’ai pété les plombs… et une gentille psy (vraiment chouette, mais normo-pensante) m’a diagnostiqué une dépression moyenne. 10 ans plus tard, à cause d’un symptôme de sevrage persistant, j’ai arrêté les antidépresseurs…et je me retrouve face à mon hyper-émotivité (qui était bien maîtrisée par le médicament), en plein confinement, avec mes adorables enfants en bas âges… J’ai fait un syndrome post-traumatique… Je suis donc retournée voir une psy (une autre) pour comprendre, gérer, me calmer… et là, à la fin de la séance, elle me dit: « C’est normal avec ce que vous êtes… » Moi: ??? Et voilà comment j’ai appris que j’étais aussi HP.
    Je ne l’accepte pas, mais ça explique tellement de choses, toute ma vie colle avec cette explication.
    Mais encore et toujours, ce terme HP, douance, zèbre, rien ne colle. Je préfère la définition de Mme Petitcollin, « hyper-efficience du cerveau droit ». D’ailleurs, il semblerait que c’est également une caractéristique des enfants, qui sont des êtres purement émotionnels.

  67. Bonjour Mel
    Quelle fraîcheur! Ça fait du bien, dans ce monde de brutes qui ne comprennent rien 😉.
    Trêve de plaisanterie, j’ai moi-même été détectée vers 35 ans à la suite d’un burn-out parental. Et c’est vrai que connaître mon profil a été une révolution. Malgré tout, je n’ai pas encore le réflexe de me référer à cette zébritude quand un problème se pose… C’est ainsi que je suis tombée sur ce magnifique site trufé d’infos et de témoignages. Merci de faire avancer le smilblick!
    Cuídate !

  68. Armelle QUEGUINER PIRIOU

    Détectée tard… à 30 ans 🙂 Moi à 56 ans 🙂 , il y a moins d’1 an Alors j’ai le choix entre 2 façons de pense :
    – Trop tard, cela a gâché ma vie
    – Mieux vaut tard que jamais, il faut en profiter au maximum de cette clé qui me déculpabilise et explique tellement de choses (OK, pas tout etc. etc)
    J’ai choisi la solution 2, même si les jours où je n’ai plus d’énergie après 50 et quelques années de suradaptation, c’est un peu moins clair dans ma tête .
    Comme quoi, comme disait Einstein, toute est toujours très relatif 🙂 🙂 MERCI pour le blog, la page Facebook et LE LIVRE, en tous cas, et cela est absolu 🙂

  69. Bonjour
    super pour cet article
    je suis en région parisienne: je souhaiterais passer un test: auriez vous un cabinet de psy à me conseiller
    merci

  70. Merci Mel pour ce commentaire… Je m y retrouve complètement. J ai découvert que j’étais zèbre l an dernier, à 36 ans. Cela m a permis de comprendre mes échecs, mes interrogations, mes soucis au travail… Merci

  71. Marie Duffieux-M'Bahia

    Bonjour Mel,
    Merci pour ce texte. J’ai découvert que j’étais HP l’an dernier à 52 ans! Que de réponses me parvienne depuis! Que de ressemblances avec vous lorsque je lis votre texte! C’est très rassurant.
    J’ai repris les études deux fois après mon bac : une première fois à 35 ans en école de commerce, et une seconde fois à 52 ans pour un Master. Comme vous, je me suis énervée en cours avec un refus de travailler lorsque je ne comprenais pas la finalité de certaines démarches d’apprentissage :-). Le comble fût atteint lors de la réception de mes premières notes : impossible pour moi d’avoir obtenu des notes entre 14 et 16 puisque je n’avais pas assez travaillé!!! Etc, etc….
    Très cordialement,
    Marie

  72. Merci pour ce texte ! Je m y reconnais tellement et j adore le ton avec lequel tu dis les choses 🙂 j ai 52 ans et viens de découvrir que je suis zèbre..

  73. Bonjour,

    J’avoue, je ne sais pas quoi penser de tout ce que j’ai pu lire sur ce blog, très intéressant. Je me reconnais dans énormément de traits de caractères et je me suis toujours en décalage dans ma vie actuelle. Ce qui m’a le plus surpris dans cet article, c’est la partie sur le relationnel : je suis une personne extrêmement tactile avec mon entourage, qui a peur de perdre leur estime du jour au lendemain et à l’inverse, je ne supporte pas que quelqu’un que je n’apprécie pas m’approche et je déteste faire la bise. Ce n’est pas la seule chose qui m’a parlé. Je peux ruminer une journée entière sur un comportement qui n’a aucun sens à mes yeux. La vision décrite du respect fait totalement sens à mes yeux. J’aime être seule au point d’en oublier les gens puis je m’ennuie et je me plains de pas avoir de nouvelles mais je n’en donne pas toujours. Je ne dis pas toujours ce que je pense au boulot, mais je change sans arrêt de métier. Et mes emplois… c’est toujours une énorme source de stress pour moi.
    En me promenant sur d’autres articles, j’ai noté énormément d’autres points communs comme l’hyper empathie, la passion et la procrastination, la créativité, le côté multi-taches et la difficulté à mettre mon cerveau en mode off. Bon, j’ai une notion de justice qui est souvent neutre, à chercher le terrain d’entente pour ma part. Et pourtant, je ne suis pas zèbre. Je ne crois pas. Désolée pour ce post pavé qui ne sert pas à grand chose si ce n’est parler un peu d’un ressenti qui me questionne.
    Merci à toi en tout cas de t’exprimer si bien sur ce sujet. J’aime comprendre les gens, lire des articles sur les différentes vies, les différents ressentis des uns et des autres. Ton blog est très intéressant à lire ! Bonne continuation !

  74. Bonjour Mel
    Merci pour ce blog. Cela fait quelques heures que j’ai découvert que je suis, d’après quelques tests fait sur internet, un adulte à haut potentiel. Dans votre description personnelle des caractéristiques je me retrouve tellement! J’ai 48 ans et face aux problèmes que j’ai eu avec mon moi et la société, j’ai fait un gros travail sur moi-même pour évoluer et d’une certaine façon « survivre ». Je me rends compte que j’ai travaillé sur toutes les caractéristiques que vous énoncées. Les plus dures pour moi restant, la confiance et le cerveau en ébullition. Mais que de souffrances. si j’avais compris plutôt et accompagné d’un professionnel j’aurai pu m’éviter bien des peines, peut-être. Oui les « si » et les « peut-être ». Je tente à penser que c’était le chemin que je devais suivre, mon chemin de vie, puisqu’il est différent pour chacun de nous. Je pense faire le test WAIS, c’est encore une question de coût. En pleine reconversion j’ai décidé à 45 ans de faire ce j’ai toujours voulu faire, être comédien-chanteur, et de ne plus faire ce que la société veut que je fasse, être un bon petit soldat, qui fait un métier « normal » qui rapporte de l’argent. J’ai tout quitté pour m’installer à Paris en 2016, finir ma formation d’acteur et commencer à créer un réseau et trouver du travail. Cela a été mon plus gros travail de lâcher prise. Je me sens libre, heureux et vivant, même si c’est dur et qu’il y a des jours sans.
    Ce petit partage de moi pour vous remercier de votre partage et de votre travail sur ce blog. MERCI

  75. Bonsoir, je viens de lire cet article. C’est bizarre quand je lis les « caractéristique » d’un zèbre je m’y retrouve, mais je ne vois pas ce qu’il y a de … spécial. Pour moi, tout le monde fait comme ça, et si on fait ou on est pas comme ça je ne vois pas comment on fait ou on est. Des personnes qui ne sont pas pour l’équité ou qui n’ont pas d’empathie par exemple, pour moi ils ont un souci. Comment on ne peut pas aspirer à ces notions? Avec les autres je me sens seule, même entourée, j’ai dû mal à aller vers les autres, surtout s’ils sont en groupe, bonjour l’angoisse (ou bonsoir aussi)! J’ai l’impression que je vais me faire bouffer, je suis comme le lapin pris dans les phares d’une voiture. Je me demande pourquoi je fonctionne comme ça, pourquoi je suis ici sur cette planète avec des gens que je ne comprends pas bien et vice-versa. Quel est mon but? Pourquoi mon cerveau fonctionne comme ça? J’ai passé ce fameux test, mais je l’ai trouvé sacrément bizarre et discutable. Je n’étais pas d’accord avec les réponses, elles manquent de précisions pour moi. Et qu’est ce qu’il était ennuyeux ce test alors! Et j’ai pas eu une psychologue qui tenait à m’accompagner dans ce chemin là. Des fois comme ça, pour me rassurer (ou m’endormir), je me dis que Einstein aussi devait avoir dû mal dans les rapports avec les autres, il devait aussi se sentir seul. Bref, je pense que j’irai jeter un coup d’oeil dans ton livre. Merci =)

  76. Bonjour Mel,
    Merci pour ce superbe article ! 😀
    Je me reconnais dans tellement de points… c’est incroyable ! J’ai particulièrement apprécié le passage sur le respect des personnes âgées… c’est exactement ce que je ressens ! Je ne respecte que les personnes respectables, et cela n’a rien à voir avec leur âge.
    Bref, merci pour tout. C’est un plaisir à lire !
    – Paul

  77. Bonjour,
    récemment diagnostiquée HP, je me reconnais dans beaucoup de point notamment sur le relatif au touché. Beaucoup de point que vous citez me correspondent beaucoup mais j’ai encore beaucoup de mal à accepter tout ça. C’est vraiment une situation déconcertante.
    La manière d’écrire votre article m’a vraiment plus et bizarrement j’ai eu l’impression de lire la petite voix dans ma tête.
    Bref, merci pour ce joli article, je ne manquerais pas de lire les autres. Peut être que ça m’aidera à accepter tout ça…

    Merci, Emiko

  78. Wah…. Merci !
    Je ne suis pas diagnostiquée, mais avec de fortes suspicions on va dire !
    Mais clairement je me suis reconnue sur tous les points !
    Sauf que quand je me mets en colère, ou que je suis trop fatiguée, ou triste, ou heureuse : je pleure ! C’est ma soupape aux émotions fortes (donc autant dire que je pleure très souvent!)

    Merci encore 🙂

  79. bonjour
    je viens d être diagnostiqué zèbre à 55 ans mais je n’arrive pas à admettre cet état et j’en devient presque malade j’ai loupé ma vie
    de plus j’analyse l’avenir et j’en ai peur.
    de plus je ne sais plus sur quelle planéte je suis, bien que je me retrouve dans vos écrit
    damien

  80. Bonjour,
    J’ai 49 ans et cela fait plusieurs années que je me pose la question à mon sujet. C est par le biais de ma 1ere fille diagnostiquée HP il y a 20 ans que je me suis intéressée a la question mais pas trop trop par rapport à moi. Mon fils 10 ans vient d etre diagnostiqué HP aussi et je me retrouve beaucoup en lui. Mais en faisant les tests en ligne je panique, ne réfléchis pas, et me dis finalement que ma difficulté d etre au monde est juste liée à une hypersensibilité et à des nevroses. Pourtant c est fou ce que je me retrouve ds pratiquement tous les descriptifs.
    Je trouve que mes compétences cognitives ont baissé dramatiquement avec l age alors que j avais une mémoire exceptionnelle avant. J ai peur de faire le wais et de m’apercevoir que je ne suis pas « intelligente » voire même en deça de 100.
    Voilà.

  81. J’adore ! Vous racontez si bien ce que je vis tous les jours que j’ai explosé de rire à plusieurs reprises.

  82. HPI heureux

    Malheureusement, toutes ces observations ne sont valables que pour des HPI ayant des comorbidités. Les HPI n’en ayant pas vivent parfaitement normalement. Tous ces livres sur les HPI sont basés sur des observations de patients qui vont mal et c’est bien le problème. Etre HPI veut seulement dire avoir une très haute intelligence. Lisez plutôt les études récentes faites de manière scientifique et non pas « au feeling ». En outre, on ne peut établir des critères en se basant sur sa seule personne. Bref, sachez que tous ces livres sont considérés comme farfelus par tous les psychologues qui travaillent sur le sujet de façon scientifique.

  83. MOREAU-BLANC

    Bjr, moi personnellement je pense être zébrée mais je ne crois plus en les autres depuis que j’ai compris qu’ils ne me comprennent pas du tout. Moi je dis toujours ce que je pense mais les autres font des suppositions qui n’ont aucun rapport avec ce que je souhaite faire passer comme message. Aussi, je ne supporte pas l’autorité surtout quand elle est mal placée. Je crois que l’on est dans un monde qui ne tourne pas rond pour qui quiconque. L’on nous demande de faire des concessions à qui nous sommes réellement. Exemple je suis malade et l’on me dit au travail de faire attention à mes absences sous peine évidemment de me faire licencier mais si je dis que je suis peut être cas contact et qui plus est malade alors ne serait ce pas de mise de me demander de mes nouvelles si je vais bien etc… je trouve que le monde et sa société et faussé par la contrainte de nous côtoyer alors que nous n’en avons tour simplement pas envie. Il faut constater que certaines personnes ne s’entendent pas et ne pourront peut être jamais le faire c’est pour cela que je crois que le fait de nous forcer à nous rencontrer par le biais pro ou autre est trop complexe. Du coup je mène ma vie tranquille en essayant de faire l’ENA. Pas évident dans ce monde de brutasse.

  84. Bonjour
    Mon fils de 24 ans est HP avec des troubles du comportement. Il a été diagnostiqué à 18 ans après un bilan chez une psychothérapeute. Depuis il n’a pas de suivi. Actuellement sans emploi, il passe ses journées sur les jeux vidéos en ligne les volets fermés. Il sort très peu. Il me dit aller bien. Mais je m’inquiète de sa situation.
    Comment pourrais-je l’aider ? Vers qui se tourner ? Sachant qu’il est adulte, comment lui dire les choses sans le froisser ?
    Merci beaucoup
    Sandrine

  85. Bonjour,
    Merci pour toutes ces bonnes pensées ! J’aime à penser et j’ai pensé aimer ce monde. Je me reconnais bien dans votre article. Si je puis dire, je ressent le Monde, parfois cela fait mal de le voir sombrer dans l’ignorance.Alors il me faut écrire, super exutoire!, le rire aussi est une autre façon de lâcher prise. La méditation apaise l’esprit.Marcher dans les bois réveil l’état naturel . Pour un monde plus juste en devenir , unissons-nous et partageons cette énergie créatrice. C’ est un peu présomptueux de ma part de vous écrire cela sur votre blog, m’a sensibilité m’emmène souvent très loin. Une énergie dévorante à vouloir tout changer .Mais je vois que je ne suis pas seul dans ce cas alors encore merci !

  86. Bonjour,

    J’hallucine en lisant vos caractéristiques et votre expérience de vie.
    Cela me semble si similaire. Ma psy l( le hait potentiel ) ‘a évoqué une fois mais j’ai des doutes à cause du biais cognitif (plus on sait de choses sur un sujet plus on croit vraiment savoir ou correspondre à cela). Mes filles et mon mari ont beaucoup de caractéristiques comme moi et nous semblons à part dans les différents milieux dans lesquels nous évoluons.

    Merci pour votre témoignage.

  87. Regen Erika

    J’aiiiiiiime !!!!!! Je pensais être la seule golgote à me comporter d’la sorte!!!! C’est super!!! Avant le diagnostique, j’avais une vision totalement erronée d’une personne à haut potentiel, le mythe, le calme, le gentil qui ne fait jamais un pet de travers alors que je faisait la pitre en permanence, donc forcément j’avais du mal à m’y retrouver…! Merci merci merci pour se moment de bonheur et pendant lequel je me suis moins sentie rejetée! Pour ma part, ça à toujours été : le 12 tu sors ! Je ne sais pas la boucler quand il le faut, je suis remonter comme une pendule quand quelque chose que je vois, perçois, entends, me sors par les yeux et j’explose le fond de ma pensée et la c’est le drame…
    Ou, au moment où tu le monde ce tait, il n’ y a que moi pour sortir ma connerie. Bref, c’est l’histoire de ma vie! Je m’appelle Erika(tastrophe), je suis enchantée et je vous remercie pour cette superbe lecture !

  88. Juste un petit bémol, si vous le permettez? Vous ne parlez pas du HPE qui est tout aussi important que le HPI. Par exemple, je suis diagnostiquée HPE et je pratique le chant justement et l’art sous toutes ses formes et je suis une boule émotionnelle. A contrario, je suis extrêmement nulle en ce qui concerne les sciences, les échecs, les maths, etc… Le HPE est plus tourné vers l’art et les émotions en eux même. Il EST émotion. Je trouvais important que l’on puisse en parler car le fait de ne parler que du HPI, sème la confusion, pour qu’un HPE puisse se reconnaitre également. Sinon il erre pendant des années car il ne se reconnait pas chez l’intellectuel et que son état ne correspond à aucuns autres troubles psychiques. Je vous en fait part car j’ai moi même galérer, pour savoir quel était mon problème. Ce n’est que le diagnostique qui l’a identifié et mit un mot sur mes maux causés par la différence. Quand bien même le diagnostique étant poser, j’ai mis et je mets encore en doute et du temps à l’accepter car ce n’est pas si simple, à cause du côté mythique du Haut Potentiel Intellectuel (celui dont on parle) et la non informations suffisantes, voir absentes, sur le Haut Potentiel Emotionnel. Vous rajoutez à cela des traumatismes multiples et tout cela devient, un joyeux bordel à comprendre 😉 Voili voilou ! Je trouvais important de le souligner 😉 Je vous souhaite une belle et bonne soirée!

    1. Bonjour RIK, je ne parle pas du HPE et c’est volontaire car à l’heure actuelle aucun test ayant eu des résultats concluants sur le thème scientifique n’a démontré le HPE. Seul le HPI est bien identifié.
      Merci pour votre commentaire

  89. D’accord, autant pour moi! Merci pour votre réponse. Il m’a pourtant semblée que sur paris, ils avaient déjà bien avancer sur le sujet du HPE (test Wais +test de personnalité + émotionnel) et bien évidemment le vécue de chacun qui peut causer une énorme différence, qu’un haut potentiel est vécue beaucoup de traumatismes ou non, l’environnement dans lequel il a grandit, ses schéma familiaux et si ça différence a été brimer, réprimer, punit, chaque fois qu’elle se manifestait et si la personne HP a développé une maladie psychologique ou non. Ex: vous subissez énormément de traumas mais vous avez un QI plus élevé que la moyenne, sachant qu’un seul traumatisme enlève déjà environ 40 points de QI au global. De là, ils peuvent savoir que vous n’êtes pas lambda. Vous êtes bien HP mais qui c’est suradapter et qui a fait passer sa survie avant l’apprentissage donc pour finir vous finissez mauvais HP car suradapter et interdit dans sa différence. C’est ce que m’expliquais le professionnel que j’ai rencontré, qui m’a diagnostiqué ainsi que ma psy en haut potentiel. En tout les cas, votre livre est très enrichissant et j’aime beaucoup ce que vous faites 🙂 Je vous souhaite une très belle journée !

  90. Bonjour,
    J’ai eu un choc émotionnel terrible, il y a un peu plus d’un mois. J’ai pris une décision perso qui pensais-je me soulagerait et ça a été tout le contraire, ma vie s’est écroulée d’un coup, je suis tombé au fond du fond du seau sans comprendre pourquoi…
    J’ai eu des réactions totalement disproportionnées à certaines situations et je me suis enfoncé dans des situations pas possible où je ne me reconnaissais pas, comme si je réagissais comme un enfant de 3 ans (j’en ai 37…).
    Après avoir vu différents psy, la dernière a fait tilt. Seriez-vous HPI ?
    Peut-être, mais alors quelle angoisse ! Ferais-je parti de ces gens bizarres, différents, en décalage, dont je me moquais quand j’étais jeune ? Et plus j’écoute des conférence de Monique de Kermadec, plus je me reconnais… Peut-être bien que je suis zèbre finalement ! Mais c’est dramatique ! Moi qui est un rapport au regard de l’autre si compliqué, moi qui ai passé ma vie à faire le caméléon pour qu’on m’aime et ne pas être rejeté.
    Là, tout de suite, je suis perdu, empli en nouvelles peurs et de nouvelles angoisses sur moi face au Monde. Comment va être mon avenir désormais ? Vais-je arrêter d’être joyeux et prendre la vie avec légèreté, ce que je pouvais faire avant le choc dont je parlais au début ?
    Je n’ai pas encore fait le test.
    Heureusement que je tombe sur ce blog qui me donne un peu d’espoir pour pouvoir vivre cette potentielle « différence » comme un atout plutôt qu’un handicap.
    Je continuerai à vous lire…

  91. Salut,
    J’ai 44 ans, on vient de m’annoncer que j’étais hpi et c’est très dur de l’entendre et de le croire, et pourtant je me reconnais totalement dans les différentes descriptions que j’ai lu sur l’adulte hpi, je suis en burn out et en arrêt de travail depuis bientôt 2 ans, j’espère que maintenant cela m’aidera à avancer. Ma sœur vient aussi d’être détecter hpi ainsi que sa fille, un vrai troupeau de zèbres. J’ai lu votre article avec plaisir, merci pour cet élan de positivité.

  92. Je me suis totalement reconnu dans vos écrits, ça été une vraie révélation pour moi et ma beaucoup aidé à comprendre les raisons de mes comportements et compétences sur la vie et les rapports au autres. J’ai 44 ans et n’est jamais poussé les portes de professionnels mais essayer de vivre avec. Merci beaucoup .🙂

  93. J’en pleure… Car on a demandé à la mère de me faire passer des tests quand j’avais 15 ans et elle a refuse en disant que ça n’était.oas possible car je n’excelais pas… Ma fille l’est sans doute aussi mais elle a refuse le test l’année passée et a demandé à le passer l’année prochaine. Elle ne veut pas savoir si elle est différente. Je lui ai juste dit que ça m’aiderait avec les autres. J’essaye de lui expliquer que ce qu’elle ressent est normal mais elle a du mal se rendant compte que.les autres ne réfléchissent pas où ne ressente pas les choses comme elle. J’ai 45 ans et j’ai toujours du mal à comprendre les autres… Merci dans tous les cas

  94. Bonjour ! Alors je ne suis pas du tout zèbres (enfin je crois pas) mais je me reconnais totalement dans les caractéristiques des zèbres ! Je ne supporte pas les règles idiotes, je trouve en général les gens cons et ca m’énerve au plus au point, j’ai le cerveau qui tourne très vite et tout le temps, je suis non écoutée au travail et je m’ennuie énormément en règle général ce qui fait que j’ai déjà changé plusieurs fois.. donc comme quoi ce n’est pas forcément des caractéristiques de zèbres mais plutôt un type de caractère bien affirmé ? Je ne sais pas.. en tout cas me dire qu’il y a des gens comme moi me rassure 🤣

  95. Bonjour,

    Merci pour cet article rassurant… parce que, honnêtement, j’aurais apprécié qu’une planète Zèbre existe ! Et donc, à défaut… merci d’exister !

  96. Insomnie pourtant je dors bien. Je ne sais pourquoi (en fait je sais) j’ai cherché sur le net HPI (j’ai des caractéristiques je crois mais je ne pense pas avoir un gros qi. Bizzare on me dit intelligent et les tests de l’école armée etc m’ont toujours dit qi de base. Je digresse mais je désire être vrai – cette introduction est écrite en fait aprèsavoir écrittout le reste. Besoin constant de me justifier. Pour être compris ? Ou simplement être juste ?) En te lisant j’ai souris, l’impression souvent d’être à la maison. Puis envie de pleurer à la fin. Là en ce moment où j’écris. J’ai l’impression d’être en famille et peur de ne pas en faire partie. Peur du test depuis tant d’années. J’ai voulu me faire accompagner. J’ai testé plein de trucs (psycho, psy, hypnose etc) mais très souvent je trouve que cela manque de fond et que finalement la seule finalité et de te facturer. On me dit que je pense différemment, je ne trouve pas. Tout m’intéresse ou beaucoup de choses (si tout t’intéresse c’edt que rien ne t’intersse au fond non ? – pas certain !) J’aime partager. Je donne mon avis c’est plus fort que moi, aider, alors j’agace. On me trouve arrogant, souvent, pretentieux probablement alors que je veux juste aider avec ce que je ressens. Je veux être comme les autres, mais je constate que je suis décalé. Je me lie très facilement et avec peu de barrières mais j’ai du mal dans la durée. On me trouve attachant mais j’agace car il faut semble t il que je me distingue. Ce n’est pourtznt pas mon intention. Je pense avoir beaucoup d’empathie immédiate, mais j’ai du mal à être en distance et je suis très souvent déçu de la relation car au fond je ne sais pas comment faire et peu comblent mon besoin de beaucoup (je voudrais dire de tout mais ce n’est pas juste). J’ai travaillé avec 3 hpi diagnostiqués bien après et là c’est vrai que c’etait du bonheur, simple, dense. Pour le reste c’est compliqué. Alors je constate que je m’isole et ce depuis longtemps. Visiblement, comme j’aime participer, donner échanger, que je suis curieux, que beaucoup de choses me passionnent sur le coup (pas forcément dans la durée, je zappe mais peu revenir sur les sujets plus tard) et que j’ai quelques idées je crois, je prends beaucoup d’espace notammenten groupe ou en réunions. Bref quand je m’isole et me tait les autres me disent que je suis super, voir quelque fois brillant (cela me flatte mais au fond c’est creux car non approfondi) mais moi je meurs (ma créativité me semble en berne, mon énergie explose ou me quitte, je me sens exclus etc) et quand je suis moi on me dit que je pars dans tous les sens, qu’on a du mal à me suivre etc. J’essaie d’expliquer et en parlant les idées et les connections se font et s’auto alimentent (comme au moment où j’écris, là maintenant). Dans ces moments, le sourire me vient aux lèvres, je suis bien, les choses s’enchaînent (les idées mais aussi le ressenti) j’ai le sentiment d’être connecté (à quoi je ne sais pas mais cela me rends heureux comme si je comprenait quelque chose)- en écrivant ce soir j’arrive de façon fluide et d’une traite à décrire un mécanisme que j’ai tant de mal habituellement à expliquer…. amusant. Bref quand je suis moi beaucoup des autres « meurent ». Et pourtant on me trouve attachant. Donc, j’ai beaucoup de mal à me positionner et ce depuis énormément d’années – peut être depuis toujours (je suis relativement 🙂 assez âgé). J’essaie pourtant constamment de progresser, de changer, de m’adapter. Cela crée des doutes et deviens ingerable. Alors je me mets en hermite.
    Pour conclure j’aimetais savoir comment faire. Lire sur les Zèbres, ton blog, avidement d’une traite, il y a 3 ans m’a fait beaucoup de bien et pleurer comme rarement (là les larmes remontent – dingue) puis j’ai rejeté et j’ai en partie oublié jusqu’à ce soir (insomnie 2h du mat). Yout cela pour dire que j’ai envie de savoir et d’accepter mais j’ai peur du non et du rejet, peur de ne pas avoir de clé (on dirait un enfant !) Peur aussi d’être à nouveau déçu de devoir payer pour rien ou juste satisfaire mon ego sur le court terme… pour finir encore plus seul au fond. Compliqué…. j’écris cela car j’ai l’intuition (ou simplement l’envie) que tu comprendras et que peut-être tu sauras me dire quoi faire… ou pas. Ps je viens de constater sue cela sera public… Pas certain que j’ai envie que d’autres lisent ce message assez intime au fond, mais bon, j’ai un pseudo après tout Ps bis ami autre lecteur à part cela je vais très bien et suis sain d’esprit 😉🙂

  97. Bonjour à tous,
    Merci Mel pour cet article et plus généralement pour ce site. Je me reconnais tout à fait dans la plupart des termes que tu mets en avant (justice, honnêteté, confiance …) et pour tout te dire « Ne fais aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse » est l’un de mes 3 principes si ce n’est le premier. 🙂

    J’ai 50 ans et j’ai découvert ma potentielle zébritude il y a 6 jours maintenant.

    Ma fille la plus grande est clairement – diagnostiquée – un zèbre majoritairement complexe. C’est lorsque mon épouse et moi nous sommes posés des questions sur ses « différences » que nous avons découvert le mot « zèbre » et tout ce qui allait avec.
    Personnellement, je ne m’identifiais pas du tout à ses particularités et nos quelques points communs étaient pour moi plutôt dus à mon éducation et à la sienne (« les chats ne font pas les chiens »).
    Puis une ancienne collègue m’a adressé un sous-entendu il y a quelques semaines. Passé la surprise, je pensais au mieux (ou au pire ?) être l’étape d’avant le zèbre : une sorte de cheval tacheté. Pour un « Philippe », ça matchait bien. 😉

    Vendredi dernier, je conte cette anecdote à une très bonne amie et elle me répond : « fallait me le demander j’aurais pu te le dire plus tôt » / « franchement t’avais un doute » / « tu n’y avais jamais pensé ». Note : je coche 19 des 20 caractéristiques HP de l’article.
    Ca m’a retourné. Le fameux voile qui se déchire. Ou plutôt « Et le miroir se brisa » car si le voile s’est déchiré c’est parce qu’un 35 tonnes se précipitait sur moi à vive allure.

    Le week-end dernier n’a pas été simple, surtout après avoir relu des pans entiers de « L’enfant zèbre ».
    Une autre amie m’a reconfirmé le fait mardi, hier.
    J’avoue avoir craqué : la pression du week-end avait été trop forte. Surtout la simple pensée que ma seconde fille – le portrait craché de son papa – puisse vivre certaines expériences émotionnelles très désagréables, se sentir seule même entourée, « avoir moins de facilité que sa soeur » (dixit ma chère maman me concernant …), être ulcérée par l’injustice, se poser des questions sur sa place en permanence, se trouver nulle, d’avoir l’impression d’être la seule à voir certaines choses … a fait sauter les digues. L’effet miroir. Brisé donc.

    Enfin, j’ai (re)découvert ce site et je me suis retrouvé dans la quasi totalité des articles. Il semble que je sois zèbre majoritairement laminaire, ce qui explique que je ne me sois pas reconnue en ma fille la plus grande (toujours en retard et une vraie pipelette 😉 ).

    Alors se découvrir zèbre à mon âge n’est pas simple. L’impression d’avoir gâché une bonne partie des 50 – allez 40 – dernières années. Mais enfin comprendre pourquoi telle chose avait été super et telle autre avait été mal vécue. Savoir que maintenant je sais pourquoi et que je saurai mieux gérer telle ou telle situation.
    Et puis, malgré ce « foirage dans les grandes largeurs », j’ai la chance maintenant de mieux me comprendre et de mieux comprendre mes proches. Si je suis un Marty, j’ai la chance d’avoir rencontré mon Alex (ma chérie). Je vais pouvoir plus aisément aider mes filles à grandir.
    Encore merci. :-*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog Collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ? Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance-toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page