BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

Êtes-vous plutôt HPI ou HPE ?

HPI ou HPE ?
Qu’est-ce que c’est ? Quelles différences ? Quelles
Caractéristiques ?

Depuis que le HPI (Haut Potentiel Intellectuel) devient à la mode, une nouvelle notion a fait son apparition : le Haut Potentiel Emotionnel. Le HPI est caractérisé par un QI très proche ou supérieur à 130 et une vision du monde particulière liée à la transmission neuronale. La vitesse d’information transite à une vitesse de 3,5m par seconde dans le cerveau d’un HP (pour un QI de 130) contre 2m par seconde chez une personne avec un QI de 100. Plus la vitesse de transmission neuronale augmente plus le QI augmente (ça semble logique en fait) ! Ceci a été mesuré lors d’expériences scientifiques et même si la douance n’est toujours pas une science exacte, les neuropsychologues ont des pistes.
Voir interview Fanny Nusbaum : ici
Article : science et vie

Concernant le HPE, il n’existe rien, aucune étude, aucun fondement. Il est uniquement basé sur les intuitions de certains psys ou personnes ou groupe de personnes. On a tous des intuitions mais si on ne les démontrent pas, ça peut vite partir en dérive sectaire. 

Pour conclure, le HPE (à l’heure où j’écris ces mots) ça n’existe pas (cliniquement parlant, psychologiquement parlant) bref ça n’existe pas ! (J’avoue que chaque fois que le mot apparaît sur un site où un réseau social, je commence à avoir des tics nerveux ^^).

Si un psy vous fait passer des tests pour démontrer un HPE, je veux bien que vous m’adressiez l’intitulé du test en commentaire ! (Comme le WAIS pour le HPI)

Mais alors, d’où vient la légende du HPE ? Et le HPI ?

Plutôt que parler HPI et HPE, parlons QI (quotient intellectuel) et QE (quotient émotionnel) !

Comment on a dérapé du HPI au HPE ?

D’un côté, on a une notion d’intelligence avec le QI de l’autre l’émotion avec le QE… Pourtant l’intelligence peut venir de l’émotion et l’émotion créer de l’intelligence ! Le HPI exprime un haut potentiel intellectuel lié à des facultés cognitives. Et la cognition ce sont aussi les émotions ! (On arrête de se planquer derrière ce terme tout pourri de HPE par peur de l’intelligence et on assume son potentiel !)

Quelle est la différence entre le QI, quotient intellectuel et le QE, quotient émotionnel ?

L’équipe du site web ça m’intéresse explique que :

Ce sont les psychologues français Alfred Binet et Théodore Simon qui ont les premiers introduit cette notion, en 1905. À cette époque, le quotient intellectuel est le rapport entre l’âge mental et l’âge réel du sujet multiplié par 100, l’âge mental étant évalué en utilisant une série de tests. Mais aujourd’hui, ce calcul n’est plus pertinent, surtout chez les adultes.

En France, pour les adultes, on utilise essentiellement l’échelle WAIS du psychologue Wechsler qui s’est inspiré des travaux de Binet et Simon pour identifier le Haut Potentiel Intellectuel. Le maximum atteignable sur l’échelle de Wechsler est 160.

Pour rappel, le niveau du quotient intellectuel moyen est de 100.

Quand le chiffre est inférieur à 71, il traduit une débilité mentale. Au-dessus de 130 de QI (parfois 125), il indique un niveau d’intelligence supérieur ou largement supérieur à la moyenne… »
courbe et echelle de Wechsler

Le QE, quotient émotionnel, une nouvelle forme de mesure de l’intelligence

La notion de QI, on vient de le voir, remonte a plus d’un siècle déjà alors que le QE est un concept carrément récent !

C’est dans les années 1990 que deux psychologues américains Peter Salovey et John Mayer théorisent le concept de l’intelligence émotionnelle. La définition du Quotient émotionnel repose sur « une forme d’intelligence qui suppose la capacité à contrôler ses sentiments et émotions« .

Mais c’est le psychologue Daniel Goleman qui rendra le concept de QE populaire. Poursuivant les recherches de ses deux contemporains, il publie 1995 les résultats de son étude dans son livre Emotional Intelligence.

Cet ouvrage lui permet de démontrer les avantages d’une intelligence « sociale » basée sur la gestion de ses émotions. Il démontre notamment que les grands dirigeants d’entreprise ne sont pas forcément dotés de facultés cognitives supérieures à la moyenne (ils ne sont pas forcément HPI). Pas de QI de 125, 130, 140 etc…

En revanche, ils possèdent une intelligence émotionnelle plus développée (mais ça ne veut pas dire non plus qu’ils sont HPE !). Pour valider sa théorie et évaluer cette forme d’intelligence particulière, Goleman et ses confrères ont mis en place différents tests psychométriques donnant naissance au fameux « QE« . La notion de HPE est une interprétation (infondée) des travaux et du livre de Goleman mais lui n’a jamais utilisé ce terme en tant que tel.

Pour reprendre notre ami Wikipédia, voici les conclusions des travaux de Goleman sur l’intelligence émotionnelle :

Le modèle de Goleman et ses collègues propose 4 grandes sphères de l’intelligence émotionnelle11:

  1. La première, la conscience de soi, est la capacité à comprendre ses émotions, à reconnaître leur influence à les utiliser pour guider nos décisions.
  2. La deuxième, la gestion de soi, consiste à maîtriser ses émotions et impulsions et à s’adapter à l’évolution de la situation.
  3. La troisième, l’intelligence interpersonnelle, englobe la capacité à détecter et à comprendre les émotions d’autrui et à y réagir.
  4. Enfin, la gestion des relations, correspond à la capacité à inspirer et à influencer les autres tout en favorisant leur développement et à gérer les conflits (Goleman, 1998).

Goleman inclut un ensemble de compétences émotionnelles correspondant à chacun de ces concepts. Les compétences émotionnelles ne sont pas des talents innés, mais plutôt des capacités apprises qu’il faut développer et perfectionner. Ces compétences sont organisées en « grappes » ou « groupes de synergie » qui se complètent et se renforcent réciproquement (Boyatzis, Goleman et Rhee, 1999).

Je crois que c’est ce que nous devenons retenir de Goleman :

Les compétences émotionnelles ne sont pas des talents innés alors que le HPI oui… On naît HPI et on meurt HPI. Le HPI c’est pour la vie !

Je vous vois venir avec votre question, et quand on est HPI, surdoué, zèbre, les émotions comment ça se passe ?

Être zèbre, est-ce que ça veut dire avoir un quotient émotionnel développé ?

Je crois qu’on est capable de ressentir les émotions des autres. Oui on est capable d’être bienveillant et très empathique. Mais, on a quand même souvent du mal à les gérer ces émotions… C’est d’ailleurs ce qui nous met souvent en décalage par rapport aux autres…

Par analyse et expérience, je dirai que non ! Ce n’est pas inné chez nous mais plutôt un acquis. Ce qui confirme les travaux de Goleman.

On est les rois du faux self et du mode caméléon, on sait finalement faire ce qu’on attend de nous ! Je crois que c’est pas vraiment de l’intelligence émotionnelle de s’inventer une autre personnalité pour essayer de plaire…

Par contre, je suis persuadée que quand on est identifié comme surdoué, ou zèbre, ou HP, et qu’on apprend à gérer nos émotions, à les maîtriser, les contrôler, alors on peut devenir plus performants sur le QE.

La cognition, la puissance du cerveau

Encore une fois, le HPI, surdoué, zèbre est une personne qui a été détectée et qui a des capacités cognitives plus développées que la norme.

La cognition représente l’ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l’apprentissage, l’intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l’attention

Les HPI ont une facilité avec tous ces processus, ce qui les aide également à ressentir les émotions de manière très forte. Je pense que lorsqu’on est HPI on est forcément émotionnellement très performants. Je ne parle pas ici d’hypersensibilité mais d’intensité ! Et l’intensité est liée à la puissance du cerveau à un instant T. C’est ça l’intelligence.

Je vous le rappelle, je ne suis pas psychologue, j’essaie de proposer des pistes de réflexion. Je n’ai pas la prétention d’avoir raison. Mais de ce que je connais de la douance, l’un et l’autre sont étroitement liés.

Le QI comment ça fonctionne ?
Est-ce que c’est stable ?
Est-ce que ça peut varier au cours d’une vie ?

Génétique et QI !

On ne décide pas d’être zèbre, c’est génétique ! On dit merci à nos parents, nos grands parents et ceux d’avant pour le patrimoine génétique et la mémoire cellulaire, et aussi pour la part de chance liée à l’environnement !

Environnement et QI

Parce que oui, l’environnement peut influencer également nos capacités cognitives notamment en ce qui concerne la partie verbale, (voir étude proposée ici) même si l’impact de l’environnement sur le QI global reste faible… Mais par exemple une maladie comme le saturnisme (intoxication au plomb) peut impacter fortement le QI.

Vu et lu sur le site de Passeport Santé : « Selon une étude pour chaque 10 microgrammes de plomb par décilitre de sang (10 µg/dl), on observe une perte d’environ 4 points de quotient intellectuel (QI). On ignore pour l’instant si cet effet se maintient à moyen et à long terme. »

Bon ce qui me chagrine c’est que cette fameuse étude n’est pas citée, et que je ne l’ai pas trouvée en essayant de faire des recherches… On doit potentiellement croire Passeport Santé sur parole.

Maladies et QI

En même temps ça ne m’étonne pas que certaines maladies aient un impact sur le QI et de manière générale sur les fonctions cognitives, ça semble logique.

Les maladies infectieuses ont aussi une influence sur le système nerveux et sur les fonctions cérébrales… En général dans le mauvais sens… Du coup, forcément, si le cerveau est enrhumé, il fonctionne un peu moins bien et surtout, un peu moins vite !

Le QI finalement contrairement à ce que l’on pense ne mesure pas l’intelligence d’une personne, mais établit des comparaisons sur ses capacités par rapport à une population de référence. En fait le QI c’est un chiffre qui correspond à un test qui analyse et détermine les aptitudes cognitives.

Les différents types de QI

Il existe plusieurs types de test de QI, élaborés par des chercheurs, le WAIS, le WISC, le Stanford-Binet, le Cattell…

Les enfants avant leur 6 ans passent le WPPSI et les 6 ans à 16 ans passent le WISC V.

Selon le test de QI que l’on choisit, on n’obtiendra pas le même résultat. Un 150 au Weschler correspond ainsi à un 180 au Cattell.

Le psychologue et le mood du moment influencent-il le test de QI ?

Quand au QI déterminé, il est calculé suite à un test analysé par… un être humain ! Si l’humain était infaillible ça se saurait ! Il faut donc relativiser ce chiffre de QI, même s’il n’est pas censé varier de 15 points en 10 ans, je crois qu’il doit rester anecdotique…

L’échelle de Weshcler mesure quoi exactement ?

Le test de QI via l’échelle de Weshcler va porter sur 4 grandes composantes intellectuelles de même importance.

  • La compréhension verbale 
  • Le raisonnement perceptif 
  • La mémoire de travail 
  • Indice de vitesse de traitement 

C’est à l’aide de ces subtests que le psychologue détermine votre façon de penser, d’analyser etc… Certains profils sont très hétérogènes à l’issue de ce test. C’est pour cela qu’il reste un repère, le seul aujourd’hui ! Mais il est relatif et malgré tout et perfectible.

Le test de QI et le syndrome de l’imposteur !

Je me souviens quand je l’ai passé, je ne voulais pas savoir ce que c’était et de quoi ça parlait. J’avais toujours le syndrome de l’imposteur.  Je me disais que si j’allais voir avant, alors ça fausserait le test et on me dirait peut-être que j’étais zèbre, alors que ça aurait pu être parce que je m’étais renseignée avant !

Bref, psychose et parano géantes, du coup j’ai préféré tout passer à l’aveugle, juste pour être sûre…

Je vous laisse faire votre propre choix, allez chercher plus d’info, où vous arrêtez à cette bref définition.

Quoiqu’il en soit, même si je ne vais pas faire consensus avec cet article en affirmant que le HPE n’existe pas je souhaite surtout attirer votre attention. Ce n’est pas parce que vous lisez des définitions, des articles sur internet (et c’est valable pour Suivez le Zèbre), qu’elles sont vraies ! Croisez les informations, cherchez d’autres sources… Si vraiment cette notion de HPI et de QI vous intéressent, lisez des ouvrages de neuropsychologues connus qui font des expériences fondamentales avec des groupes test etc…

Merci pour votre confiance, vos commentaires et vos partages.

Pour aller plus loin, lire aussi

Tu as aimé l’article ? Hésites pas à le partager 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog Collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ? Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance-toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page