BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

Peut-on être un adulte surdoué heureux ?

Zèbre, Surdoué, Haut Potentiel, Adulte et heureux ?

Vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre, et c’est vraiment très cool. J’ai souvent, en off, cette fameuse question : est-ce qu’on peut-être détecté surdoué tard, et arriver à être heureux, à trouver un équilibre en tant que zèbre ?

Aujourd’hui, en ce jour du 20 avril, je suis un zèbre particulièrement heureux ! Je me suis dit que c’était le moment idéal pour partager cet article avec vous.

Le cliché du surdoué

Je pense qu’il y a deux énormes clichés concernant les surdoués en France :
1- Les adultes surdoués sont des personnes exceptionnelles qui réussissent tout, qui sont des Einstein, des Steve Jobs, jouent aux échecs toute la journée et sont passionnés par les maths et la physique. 
2- Les adultes surdoués sont des inadaptés de la société toujours en décalage, incompris et malheureux comme les pierres, qui n’ont pas d’ami, pas de vie sociale, et sont incapables de garder un travail.

Dieu merci, non, nous ne sommes pas ça, ou en tout cas, pas tout le temps et pas que ça !

Comment gérer sa douance ou zébritude ?

En fait, beaucoup de zèbres n’arrivent pas à gérer ce qui fait justement qu’on est surdoué :
émotivité
sensibilité
– quête de sens dans un monde de non sens
– justice absolue dans un monde rempli d’injustice
– lucidité
– peur du rejet donc tendance à se transformer en caméléon et à devenir adepte du faux-self

– pensée rapide et en arborescence
– résilience
– résonance accrue aux autres (êtres humains, animaux, végétaux, nature) en mode éponge
– intolérance à la médiocrité, la stupidité, l’irrespect
– problème avec l’autorité (surtout quand elle est considérée comme illégitime)
– regard des autres
– image de soi et confiance en soi
– remise en question et doutes perpétuels
– syndrome de l’imposteur
– ennui profond quand on n’est pas stimulé ou pas intéressé
– réactions intenses et excessives (qui peuvent parfois sembler démesurées)
– sentiment de persécutions et de paranoïa
– humour premier degré malgré une grande finesse d’esprit
– mauvaise compréhension du second degré ou tout simplement des blagues pourries !
– pas toujours ok avec les lois, surtout si elles datent de Napoléon…

Bon je vais m’arrêter là même si je suis sûre qu’il y en a d’autres !

En fait, si on arrive à gérer ce qui fait de nous des surdoués, mais sans tomber dans le faux-self, en s’acceptant comme on est, et en acceptant aussi que tout le monde ne voudra pas être ami avec nous, ou nous embaucher dans son entreprise, on peut avoir une vie plutôt sympa.

Trop intelligent pour être heureux ?

Des fois, je me dis que je suis peut-être pas assez surdouée !

Des questions, encore des questions !

Et le pire c’est que je me pose vraiment cette question. Parce que finalement, je râle souvent, mais j’adore être zèbre. Du coup, je ne peux pas m’empêcher de me remettre en question et d’avoir moi aussi le syndrome de l’imposteur !

Mais en fait, vu que j’aime bien être zèbre et que normalement les surdoués, ils n’aiment pas être surdoués, alors peut-être que je ne suis pas vraiment zèbre ? Je suis peut-être une fausse zèbre ? Genre le faux positif du WAIS IV (oui parce que je l’ai passé quand même, et un monsieur m’a dit qu’il pensait que si j’étais bien zèbre et visiblement mon cerveau et mon QI aussi…).

Donc, bon il semblerait que je sois quand-même bien zèbre

Bien-heureux les simples d’esprit ?

J’ai souvent l’expression « bien-heureux les simples d’esprit » en tête… Et c’est vrai qu’ils doivent être heureux à ne pas se poser des questions… Mais en fait, la notion de bonheur, le fait d’être heureux, n’est pas une question de QI

Je pense souvent au titre du livre sur les surdoués adultes de Jeanne-Siaud Facchin, « trop intelligent pour être heureux« . Il est à la fois super pertinent ce titre, et un peu cliché. D’ailleurs #J, qui partage ma vie, m’a dit mais ça veut dire quoi, que si on est surdoué on est forcément malheureux ?

Et cette question elle m’a fait tilt !

Plus on a un QI élevé, plus on a de chance d’être malheureux ?

Ben en fait, quand on lit le titre de Jeanne Siaud-Facchin, on peut se dire qu’effectivement, on est « trop intelligent pour être heureux »

Et malheureusement dans notre société occidentale et française du zapping, où on s’arrête au titre, sans jamais lire le contenu de l’article. On peut penser que oui, plus on a des aptitudes cognitives élevées, plus on a de chance d’être dépressifs et malheureux.

Bien évidemment, non, ce n’est pas lié ! Ou alors j’en reviens à ma première théorie, je ne suis pas zèbre parce que je suis bien dans ma vie.

Par contre un ensemble de facteurs m’ont aidé à bien vivre le fait que je sois surdouée. De la découverte, à l’acceptation, et bien-sûr à la connaissance ! Ensuite, même si on est zèbre et qu’on partage un ressenti du monde similaire, on a des personnalités différentes.

Je suis une optimiste, alors, je prends chaque événement dans ce qu’il a de plus positif. J’ai donc pris la découverte de mon haut potentiel comme une chance !

 

Être heureux c’est savoir rester fort face à la critique !

Être un zèbre, en France, plus difficile qu’ailleurs ?

Je crois qu’une des clés pour être heureux, qu’on soit zèbre ou non, c’est de s’assumer et de s’accepter parce qu’on ne peut pas lutter contre le jugement des autres. On est dans un pays très critique. Les Français sont perpétuellement dans le jugement, les pays anglo-saxons ou même les Allemands ont une culture différente là-dessus. En France, on juge, on a un avis sur tout, on aime la polémique… et on manque cruellement de bienveillance et d’humanité !

On est capable de se rassembler que pour des trucs improbables ! La cathédrale Notre Dame, la coupe du Monde de Foot (et encore, seulement quand on est champion du Monde).

Je crois qu’un des travers de notre pays (que pourtant j’adore et dont je suis très fière), c’est qu’on a un problème avec la réussite, quelle qu’elle soit, financière, intellectuelle, sportive, professionnelle, personnelle, artistique ce qui me fait penser qu’on est un peuple de frustrés, parce qu’on est jaloux ! Et la jalousie mène à la malveillance et au jugement… 

Et je pense aussi qu’on a un énorme problème d’éducation, mais c’est un autre débat ! C’était la minute, « pas content pas content ». Revenons aux zèbres heureux !

L’importance de se détacher du regard et du jugement des autres

Donc ceux qui jugent, ceux qui ne comprennent pas, ceux qui n’ont surtout pas envie de comprendre, ben tant-pis. Je suis une fille qui vit avec une fille depuis 15 ans, donc les intolérants, les frustrés et les abrutis, j’ai déjà donné bien avant de découvrir que j’étais surdouée !

Et ça m’a vacciné contre la bêtise humaine, l’intolérance, la violence, l’ignorance… Même si parfois c’est dur, et ça l’est encore, même en 2020. 

Bien-sûr que ce sont des comportements et des actions que je ne comprends pas et que je ne comprendrai jamais, mais je les relativise. Je ne suis pas et je ne me sens pas responsable du manque d’éducation et du manque de bienveillance des gens.

Par contre j’ai choisi un métierj’essaie de sensibiliser les jeunes à la différence et à la diversité sous toutes ces formes, et aussi à les rendre plus tolérants

C’est pas toujours gagné, mais certains me donnent beaucoup d’espoir pour la suite, et sont déjà, de super belles personnes.

Pourquoi être surdoué ou zèbre est une chance incroyable ?

J’aime être surdouée pour plein de raisons.

En fait ce que j’aime le plus dans le fait d’être zèbre, c’est de le savoir, d’en avoir conscience et de pouvoir l’utiliser quand bon me semble, comme un super-pouvoir…

Aujourd’hui je n’ai plus peur d’essayer des nouvelles choses. Si je réussis tant-mieux. Si j’y arrive pas, tant pis, ça veut juste dire que j’ai du potentiel pour certains trucs, et j’en ai pas dans d’autres… Mais en tout cas je n’ai plus peur de l’échec.

Et surtout, je me fous complètement du regard des Autres (avec un grand A) et de ce que me demande la société : ses normes, ses valeurs etc… J’ai pas envie d’avoir honte d’être surdouée parce qu’en France on a une vision des surdouées qui est mauvaise, erronée, et qu’on se sent coupable d’un truc dont on est même pas responsable

En quoi le fait de découvrir qu’on est surdoué change notre regard sur les autres et le monde.

Quand je ne savais pas que je faisais partie de ces personnes à haut potentiel, je détestais être surdouée… Parce que je ne comprenais pas. Quand je comprends pas ça m’énerve. Du coup j’étais tout le temps énervée et tout le temps à fleur de peau.

Et puis quand j’ai compris pourquoi je me sentais bizarre tout le temps, et ben tout s’est éclairé… Je crois que de manière générale quand on comprend les choses, on les accepte plus facilement.

Être surdoué, une vision extra-lucide du Monde et des autres

Si on me disait que j’avais le choix entre rester surdouée, et ne plus l’être, je choisirais évidemment de rester celle que je suis. Par contre, si on m’avait demandé ce que j’aurais aimé changé dans ma vie il y a quelques années, j’aurais cité toutes les caractéristiques précédentes qui rendaient ma vie hyper compliquée !

Le fait de savoir pourquoi je fonctionne comme ça m’a permis de l’apprivoiser. J’ai travaillé sur la partie émotionnelle et sur mon hypersensibilité. Je suis toujours hypersensible, et je ressens tout toujours super fort, mais je trouve ça cool maintenant. Cela me permet de capter des choses que tout le monde ne voit pas.

Par exemple, maintenant je fais confiance à mon intuition, quand je sens pas quelque chose ou quelqu’un, je me dis que c’est pas le bon moment… Je ne réfléchis plus, je prends le temps de vivre !

Mon job parfait de zèbre, en avoir plusieurs.

Je ne suis pas un bon salarié d’entreprise. J’ai un profil d’entrepreneur. Je voulais monter ma propre entreprise et je vais le faire très prochainement même si je suis professeure vacataire dans l’enseignement supérieur. Je veux continuer d’être prof car j’adore ce job mais je ne veux pas être que ça car c’est un poste assez énergivore.

Être un zèbre décomplexé au travail

Dans le groupe d’écoles pour lequel je travaille, ils savent que je suis zèbre. Ils connaissent l’existence du blog. J’en parle à mes étudiants et je leur explique ce que c’est d’être surdoué. J’aime  la transparence. Je trouve que ça simplifie beaucoup de chose. Il y a une zone à trouver entre la transparence et la nudité mais quand on reste authentique je crois que ça fonctionne. J’ai un super rapport avec mes étudiants. Ils ne me prennent jamais de haut et ne me reproche jamais ce côté atypique, preuve qu’ils sont tout à fait en capacité de comprendre la différence sans la juger.

Une représentation des zèbres dans l’enseignement supérieur

Je suis très fière d’être prof et de représenter le haut potentiel dans l’enseignement supérieur. Cela me permet de pouvoir aider les étudiants en difficulté, ou différents ou peu importe et aussi et surtout pour les ENCOURAGER à devenir eux-mêmes en leur montrant et prouvant qu’on peut être différent par rapport à une norme établie et que finalement, ce n’est pas un problème. On peut quand même trouver un travail, ou plusieurs, avoir une vie sociale, être appréciée, être recommandée etc… Trouver sa place dans ce monde même !

Pour la première fois, je peux dire que je suis zèbre et je peux aider des étudiants à bien vivre leur scolarité dans l’enseignement supérieur en étant un soutien en cas de difficultés et ça donne énormément de sens à ma vie.

Zèbre, un atout lors du recrutement ?

Je suis persuadée que j’ai été recruté en tant que formatrice parce que je suis zèbre ! Et pour une fois, ça n’a pas été un handicap dans le processus de recrutement et ça ne l’est plus. Au contraire maintenant les écoles me contactent justement parce que j’ai des méthodes d’enseignement un peu disruptive. C’est quelque chose qui m’aide naturellement à me démarquer. Ce n’est évidemment pas la seule raison. Bizarrement je dois beaucoup des mes nouveaux cours à cette vision bienveillante et tolérante qu’ont les jeunes sur ma manière d’enseigner et qui en parlent autour d’eux.

Le monde évolue. Les jeunes générations qui arrivent en sont la preuve vivante. Les surdoués existent et ils peuvent être intégrés et reconnus dans leur travail sans avoir à se planquer !

Gardez confiance, ça va venir.

nous allons changer le monde

Des cabinets de recrutement spécialisés pour les profils atypiques, y compris les zèbres.

Je m’intéresse beaucoup au marché de l’emploi, au marketing RH, aux nouveaux types de management. Sachez qu’ils existent des cabinets de recrutement spécialisés pour les personnes à haut potentiel.

Donc, aujourd’hui, on peut vraiment le mettre en avant comme une force dans son CV et nous considérer comme des vraies opportunités pour les entreprises qui souhaitent intégrer des profils comme les nôtres pour booster leur innovation et leur efficience.

 

Être heureux quand on est zèbre : je dis OUI ! 🙂

Être heureux, c’est personnel. Et je ne pense pas qu’on ait plus de difficulté à l’être quand on est zèbre. Il y a des gens qui verront toujours le verre à moitié plein, d’autres à moitié vide…

Il y a ceux qui prennent le haut potentiel comme un super pouvoir et ceux qui le voient comme un fardeau… On est comme on est… Grand, petit, brun ou blond, français ou étranger, HP ou neuro-typique. 

Je vais finir cet article sur une citation de Raphaëlle Giordano que j’adore :

Je rêve que chacun puisse prendre la mesure de ses talents et la responsabilité de son bonheur. Car il n’est rien de plus important que de vivre une vie à la hauteur de ses rêves d’enfant…

Faites vous confiance, c’est en assumant nos forces comme nos faiblesses que nous arriverons tous à trouver un équilibre !

Tu peux aller plus loin dans ta compréhension avec le livre Suivez le Zèbre, l'histoire de Mel Poinas, la fondatrice du blog.

Livre Suivez le Zèbre Mel POINAS

Ou découvrir le HPI grâce à Zoé et Zola, les personnages du roman graphique HPI ! La première BD adulte sur le Haut Potentiel ou trouver un livre qui te plait sur la Boutique du Zèbre.

Rendez-vous sur notre page qui référence les livres qu'on trouve le plus sympa sur le HPI : Meilleurs livres sur le HPI

Merci ! À bientôt sur Instagram, Facebook et le blog
L'équipe de Suivez le Zébre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ?
Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page