BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

C’est quoi le bonheur pour vous ?

c'est-quoi-le-bonheur

Comment être heureux chaque jour ?

30 conseils pour trouver le bonheur en soi
Mes petits bonheurs quotidiens

C’est votre attitude bien plus que votre aptitude qui détermine votre altitude.
Zig Ziglar.

Comment trouver le bonheur en soi !

Après un burn out d’écriture suite à la sortie du livre Suivez le Zèbre, j’ai souhaité aborder un thème qui me tient à coeur depuis la découverte de mes rayures : être heureux et la notion de bonheur.

C’est quand le bonheur ?

Je me suis longtemps posée cette question : Quand est-ce que je serai enfin heureuse ? Elle m’a hantée dès mon enfance et toute mon adolescence. Dans ma petite tête de zèbre, j’étais persuadée que je pourrais être heureuse uniquement quand je serai grande. 

Je vivais l’enfance comme un piège. J’avais envie de vivre plein de choses mais j’étais trop jeune… Le décalage entre l’enfant zèbre que j’étais et l’adulte surdoué que je voulais devenir. Si seulement j’avais su ce qui m’attendait à cette époque, j’aurais peut-être été moins pressée…

J’attendais l’âge adulte avec l’impatience d’un enfant la veille de Noël. La seule différence c’est que Noël on sait que c’est tous les ans alors qu’être adulte, c’est un peu moins précis. Je savais que ça finirait par arriver mais quand ? Comme la grande majorité des zèbres, j’associais l’âge adulte à la liberté et à la délivrance, la possibilité d’être enfin moi-même et de gérer ma vie comme je l’entendais.

En attendant, je devais gérer la frustration liée au fait de ne pas pouvoir tout choisir et tout décider seule.

C’est quoi le bonheur et comment y accéder ?

Enfant, malgré ma défiance naturelle, je croyais naïvement tout ce que les grandes personnes me disaient :

– Pour être heureux il faut être bon à l’école
– Pour être heureux il faut être intégré 
– Pour être heureux il faut être sage 
– Pour être heureux il faut être d’accord
– Pour être heureux il faut réussir
– Pour être heureux il faut qu’on t’apprécie
– Pour être heureux il faut gagner beaucoup d’argent
– Pour être heureux il faut être en couple
– Pour être heureux il faut être bien élevé
– Pour être heureux il faut être beau

– Pour être heureux il faut être célèbre
– Pour être heureux il faut faire des enfants

Je me suis donc attelée pendant mon enfance et mon adolescence à mettre des choses en place pour respecter cette doctrine du bonheur. J’ai fait des études. J’ai essayé d’être sage. J’ai essayé d’être à la mode et de plaire aux autres pour me faire des amis. J’ai fait du sport à haut niveau parce que c’était quand même classe de pouvoir le dire aux autres et ça faisait bien pendant les diners. J’ai fait six ans d’études supérieures. Je suis enfin devenue adulte. Le graal du zèbre, ce que j’attendais depuis des années.

La désillusion de l’âge adulte et du bonheur

J’avais 27 ans et j’étais toujours à la recherche du bonheur parce que je n’étais pas vraiment épanouie. Pourtant, je cochais pas mal de cases du soi-disant bonheur qu’on m’avait inculqué :

– J’étais indépendante
– J’avais mon appartement
– J’étais en couple
– J’avais un très bon travail (qui ne me plaisait pas plus que ça)
– Je faisais toujours du sport
– J’avais des amis
– J’étais (enfin) adulte, responsable et censée être libre

Malgré cela, je sentais que quelque chose clochait. Si le bonheur c’était ça alors j’avais dû rater quelque chose !

Finalement, je m’étais vraiment sentie heureuse que lorsque j’étais étudiante. Insouciante, fêtarde, entourée par des gens avec qui je me sentais bien, aucune responsabilité, aucun stress, aucune pression… Ne jamais penser au lendemain… Avoir du temps libre (les joies de l’Université).  Faire ce que je voulais quand je voulais. C’était ça mon bonheur à moi.

Mais on ne peut pas vivoter comme ça toute une vie… en tout cas, moi, je ne peux pas. Et, avec le recul, c’était une liberté un peu précaire. Les petits boulots à droite, à gauche, les lendemains de soirée difficiles, les exams de fin de semestre, la colocation ou vivre dans 20m2… Sans parler des questions existentielles ! Non finalement, le bonheur n’était peut-être pas là non plus.

C’est où le bonheur ? Chacun doit trouver sa place

J’étais pas mieux avancée.
Euh, s’il vous plaît ? Est-ce que quelqu’un pourrait m’indiquer où se trouve le bonheur ?

Lassée de me prendre des murs, j’ai décidé de le chercher et surtout de le trouver toute seule ce bonheur ! A force de questionnement, je me suis dit que l’idéal c’était sûrement de repartir de zéro, feuille blanche, stylo. Qu’est-ce qui me rend heureuse moi ? Pas ce que la société aimerait que je sois, pas ce que mes parents ou mes amis attendent de moi mais seulement mes désirs, mes envies, mes besoins et ce qui me fait du bien. 

La quête du Graal, être heureux chaque jour

Cela fait six ans que je cherche la recette magique du bonheur, ma pierre philosophale, mon bonheur éternel. Je dois vous l’avouer, je ne l’ai toujours pas trouvé ! Par contre à force de recherches et de détours, je me suis découverte et redécouverte.

Ce qui était au départ un petit chemin un peu broussailleux et tortueux est devenu un magnifique sentier bordé de toutes sortes d’espèces animales et végétales, avec parfois quelques cailloux qui trainent encore par-ci par-là.

J’ai arrêté de vouloir cocher les anciennes cases et je me suis offert un nouveau listing sur mesure.


Mes petits bonheurs au quotidien, une vision optimiste du quotidien

Apprécier ce j’ai (au lieu de penser à ce qu’il me manque)
Être optimiste (tant qu’on est en vie, il y a de l’espoir !)
S’entourer de belles personnes (et bien les choisir 🙂 ) Celles qui permettent de réaliser ses rêves, ses projets et de se réaliser personnellement.
S’accorder du temps (faire une pause, s’apaiser, arrêter de courir et de stresser)
Apprendre à respirer (pratiquer la sophrologie, la cohérence cardiaque pour s’ancrer dans le moment présent)
Écouter son corps (oui, notre cerveau est directement relié à notre corps. Quand vous ne vous sentez pas bien, il y a une raison, essayez de comprendre pourquoi).

Se promener quotidiennement (marcher, profiter de ce qui nous entoure, suspendre le temps pendant quelques minutes, se recentrer sur soi, le bonheur quoi)
Accepter les imprévus (votre vie n’est pas parfaite, vous n’êtes pas parfaits, tout le monde a toujours des merdes à gérer, même le dalaï Lama, ce qui change c’est la manière dont on n’aborde les problèmes… Dernière en date, j’ai laissé ma fenêtre de voiture ouverte pendant une semaine alors qu’il a plu quasi non stop (avec le COVID je m’en sers pas car je sors peu). Résultat, la voiture a été un peu (beaucoup) inondée et j’ai grillé tout le système électronique de l’allumage des feux. Et le chien me fait crise urinaire sur crise urinaire alors, prostate oblige, opération et castration (ce serait lié à ses hormones mon pauvre bébé).  Bon, à deux semaines des vacances soit on se dit que le sort s’acharne, soit on se pose les bonnes questions. Peut-être qu’à l’avenir je serai moins étourdie (non, c’est une utopie, ça n’arrivera jamais alors je l’accepte, ce n’est pas grave, c’est que du matériel et j’aurais des feux tous neufs ! Pour le chien, certes il sera castré mais au moins il aura plus de douleur et d’infections chroniques alors c’est mieux pour lui. Pour l’aspect financier, on ira moins au resto pendant les vacances, on fera plus de pique-niques et on profitera de la nature. Voilà, imprévus acceptés, check
Boire de l’eau régulièrement (le vin et la vodka n’ont bizarrement pas le même effet sur l’organisme). Mens sana in corpore sano
Sourire plusieurs fois par jour (parce que ça fait du bien, à nous et aussi aux autres !)
Écouter de la musique (parce que ça me met la pêche et le smile et que je chante et danse comme une folle, pour moi et juste pour moi). GOOD MOOD PARTY assurée
Embrasser ses imperfections, (je vous le redis, vous n’êtes pas parfaits, moi non plus, personne ne l’est. Oui j’ai pris des petits kilos, Covid apéros obligent, et puis flemmingite aiguë aussi, mais c’est beau aussi un bidon tout rond, non ?).
Anticiper (parce qu’anticiper c’est éviter les problèmes, et le stress, et la pression et les remarques, et l’urgence, et les boulettes, les découverts, la panique et les accidents, oui rien que ça !)
S’énerver ne règlera rien (c’est fait, est-ce que vous pouvez remonter le temps ? Non. Respirez, lâchez et trouvez des solutions. Un problème sans solution est un problème mal posé.)
Voir le verre à moitié plein (parce que sinon la vie est juste relou)
Apprendre à ne rien faire (très difficile quand on est zèbre et qu’on a le cerveau qui tourne à plein régime, pourtant c’est tellement génial de recharger les batteries et prendre du temps pour soi !)
Arrêter de culpabiliser (travers des zèbres, vous n’êtes pas responsable de tout, vous êtes responsable de vous, culpabiliser si vous êtes une mauvaise personne… Non je plaisante, les mauvaises personnes ne culpabilisent pas sinon elles deviendraient forcément gentilles…)
Adopter des plantes (c’est vert (l’espoir), c’est beau, ça parle pas et ça peut même dépolluer votre intérieur, à tous les niveaux)
Se moquer du regard des autres (parce que l’enfer c’est les autres)
Échecs = prémisses de réussites (vous croyez vraiment que vous avez tenu debout du premier coup ? Maman vous a menti)
Se faire plaisir (parce qu’on a qu’une vie alors croquez-la à pleine dents)
Dire Oui (vous avez le droit)
Dire Non (vous avez le droit aussi)
Être patient (parce que le temps est un ami et il n’y a que lui qui peut nous dire si on avait raison ou si on avait tort…)
Se rappeler que tout arrive pour une raison (sinon ça n’arriverait pas)
Respecter ses valeurs (elles sont uniques, ce sont les vôtres, c’est ce qui vous définit dans ce que vous avez de plus authentique alors restez vous-même, les autres sont déjà pris.)
Être sincèrement heureux pour les autres (parce que leur bonheur n’empêche pas le vôtre, bien au contraire, la joie c’est communicatif.)

VIVRE AUJOURD’HUI ET MAINTENANT (parce que demain, on ne sait pas si on sera toujours là…)

Et vous, c’est quoi vos habitudes du quotidien pour être heureux en (presque) toutes circonstances ?

Tu peux aller plus loin dans ta compréhension avec le livre Suivez le Zèbre, l'histoire de Mel Poinas, la fondatrice du blog.

Livre Suivez le Zèbre Mel POINAS

Ou découvrir le HPI grâce à Zoé et Zola, les personnages du roman graphique HPI ! La première BD adulte sur le Haut Potentiel ou trouver un livre qui te plait sur la Boutique du Zèbre.

Rendez-vous sur notre page qui référence les livres qu'on trouve le plus sympa sur le HPI : Meilleurs livres sur le HPI

Merci ! À bientôt sur Instagram, Facebook et le blog
L'équipe de Suivez le Zébre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ?
Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page