BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

Trouver sa place en entreprise quand on est HPI

HPI se sentir bien dans son entreprise et son job

Quelle place pour les profils HPI en Entreprise ?

Le thème du travail est souvent abordé lorsqu’on échange sur le HPI (Haut Potentiel Intellectuel).

Les profils HPI ont-ils plus de mal à trouver leur place en entreprise ? Sont-ils plus sujets au burn-out ? La quête de sens est-elle une condition sine-qua-none pour les profils HPI ?

 Il y a encore quelques années, les profils HPI étaient méconnus du grand public. On parlait plus volontiers de zèbres (d’où le titre du blog) ou encore de HP pour haut potentiel et éventuellement de personnes surdouées ou précoces. Mais, la série à succès de TF1, HPI, avec Audrey Fleurot en actrice principale, a tout change.

Cette série a été vue par plus de 10 millions de Français, soit près d’un Français sur 6. Le terme HPI est devenu la référence pour identifier et nommer ces profils aux caractéristiques si particulières.

La forte médiatisation du HPI

Au-delà de l’engouement du grand public pour cette série, de nombreux médias spécialisés dans les RH s’affairent à démocratiser le sujet.

Il y a 4 ans, quand j’évoquais la douance en cours avec mes étudiants de 20 – 25 ans, très peu d’entre eux connaissait le sujet du HPI. Aujourd’hui, la majorité d’entre eux, si ce n’est tous, connaissent cette thématique.

L’avantage des médias de masse, c’est la vitesse à laquelle ils sont capables de transmettre une information. depuis que le sujet du HPI passionne voire déchaine les foules, les chefs d’entreprise, les managers et les collaborateurs ont su dépasser les vieux clichés sur les profils HPI.

On n’imagine plus la personne surdouée comme un ingénieur un peu perché, yeux rieurs et cheveux hirsute, même si on adore tous cette photo d’Albert Einstein. Le profil HPI suscite toujours des fantasmes mais ils sont différents.

Profil HPI, une opportunité pour l’entreprise ?

Si chaque profil HPI est unique par son individualité, les personnes à haut potentiel se caractérisent dans l’ensemble par de grandes capacités à analyser une situation. Il y a également cette facilité à faire des connexions, ce que certains appelle la pensée en arborescence, chaque idée en engendrant une autre. Tous les êtres humains ont une pensée divergente, la particularité des profils HPI c’est la vitesse à laquelle transite cette information et un tissu neuronale plus dense.

En entreprise, une personne HPI aimera le challenge des situations complexes. Comme Sherlock Holmes, il aime les énigmes et les mystères à résoudre. Pas étonnant qu’on retrouve beaucoup de HPI dans les métiers d’ingénieurs, bureau d’études ou gestion et amélioration de l’efficience en production.

Beaucoup de HPI ont une intuition développée, une grande créativité, une hypersensibilité émotionnelle et une très grande exigence parfois catégorie d’excès de perfectionnisme. Chaque détail a son importance. d’ailleurs, ce sont des profils qui sont très attentifs aux détails.

Malgré ces atouts indéniables, le profil HPI possède quelques écueils ! La communication avec un profil HPI peut s’avérer complexe. Persuadé qu’il a toujours raison, le respect de l’autorité n’est pas vraiment son fort. Il respectera un manager qui l’inspire et en qui il a confiance. Le respect, avec un HPI, ça se mérite. Le manager, l’entreprise, le dirigeant devra être à la hauteur pour retenir un HPI.

Les exigences des profils HPI en entreprise et leurs attentes professionnelles

Si je vous parle de ma propre expérience, je ne peux pas affirmer que mon passage en entreprise a été un long fleuve tranquille, même s’il m’a beaucoup apporté. Je fais partie des profils qui ne sont pas faits pour être salariés en entreprise.

Pourquoi ? Parce que comme beaucoup de HPI, mon côté « syndicaliste », idéaliste, passionnée et aussi mes capacités, étaient souvent pointés du doigt par mes employeurs. Ils ne savaient pas comment me gérer . J’étais un peu comme une bombe à retardement. J’excellais dans mes missions mais j’avais un comportement qui n’était pas en phase avec mon statut.

En même temps, je ne comprenais pas l’énoncé ! On m’embauchait souvent pour mes compétences en innovation et ma capacité à avoir un regard disruptif sauf que c’est impossible de mettre de côté m personnalité, mes émotions et mes valeurs.

Je ne peux séparer mon cerveau de ma personnalité. Les profils HPI sont entiers.

Mon témoignage de HPI en entreprise

Pendant des années, j’ai pensé que j’avais un problème parce que je changeais d’entreprise tous les ans. Les raisons ont été multiples :

  • l’ennui

  • les missions redondantes

  • un désaccord sur le top management

  • un manque d’alignement avec les valeurs prônées par l’entreprise

  • une mauvaise gestion vie pro / vie perso

  • des contraintes horaires trop importantes

  • les objectifs souvent financiers, peu souvent humains

  • le manque de reconnaissance et de considération pour mon travail et celui de mes collègues

Aucun de mes employeurs n’a réussi à capter que j’étais un profil à haut potentiel.

Je ne peux pas leur jeter la pierre, ne le sachant pas moi-même. 

Mais l’ennui n’était pas mon seul obstacle. Il y avait aussi les valeurs de l’entreprise, ce qu’elle dégageait. Puis les dirigeants qui incarnent ces valeurs, le management, la prise en compte de nous, êtres humains, en tant que salariés.

S’identifier aux valeurs de l’entreprise quand on est surdoué.

Est-ce que j’arrivais à m’identifier à cette entreprise ? Finalement est-ce que je me sentais en résonance avec ses valeurs, son dirigeant, ses managers, etc…

Longtemps j‘ai pensé qu’aucune entreprise n’était faîte pour moi. Aucun poste dans lequel je serai vraiment épanouie. Que, finalement, si je voulais ce poste idéal dans cette structure idéale, je devrais me le créer moi-même, sur mesure…

Je suis un profil atypique, je suis zèbre, haut potentiel, surdouée. J’ai été soulagée de l’apprendre. Mais même si je le sais, ça ne m’a pas pour autant permis de m’épanouir dans mon poste, au contraire, j’ai démissionné 40 jours après la validation de mon test.

J’ai démissionné car, en tant que zèbre, j’ai besoin de liberté ET de trouver du sens dans ce que je fais ET d’être en résonance avec les personnes pour lesquelles je travailleMaintenant je me connais et je m’accepte ! Merci le développement personnel ^^. 😀

 

Du coup, pour moi, travailler 35h / 39h / 42h c’est difficile sur la durée

Le respect des horaires de travail définis du type 8h30/18h, tous les jours, avec (seulement) 5 semaines de vacances par an, ça ne me convient pas. Ce serait même me mettre sur un faux rythme… Un peu comme quand on court avec quelqu’un avec qui on n’a pas la même foulée, on peut vite faire une contre performance !

J’ai un rythme qui va énormément varier. Certains jours je vais être capable d’abattre l’équivalent de 3 jours de boulot sur une journée. Par contre, ça m’aura tellement épuisée, que les 4 jours suivants, je vais tourner au ralenti.

Un surdoué à un rythme de vie qui lui est propre.

J’ai besoin de travailler à mon rythme et quand je le sens. Et puis, je fais jamais qu’un seul truc, j’ai toujours 15 000 projets en tête, notamment dans ma vie perso… Le blog par exemple en est un, mais ce n’est pas le seul…

Je veux tout faire, tout mener de front, et je m’épuise, parce qu’en fait, je travaille tout le temps, en tout cas mon cerveau travaille clairement tout le temps ! C’est ça être zèbre. Être parfois capable d’oublier de manger tellement on est à fond dans un truc… 

Du coup la formule Métro, boulot, dodo… C’est pas pour moi. J’ai de la chance, je vis avec quelqu’un qui me soutient dans le fait de ne pas avoir une vie « normée » et qui ne me prend jamais la tête avec ça. Et je l’en remercie souvent pour ça, parce que ça me permet une grande liberté dans ma vie et surtout, ne pas culpabiliser ! (article : relation amoureuse avec une personne non zèbre)

Mais, soyons honnête, quel patron accepterait qu’on se pointe au travail à 11h et parte à 15h ? Ou qu’on vienne un jour a 8h et reparte à 2h du mat mais qu’on ne vienne pas le lendemain ?

Oui ça semble assez utopique ! 😉

Surdoué, haut potentiel, zèbre : des profils disruptifs et innovants non-identifiés.

J’ai toujours rêvé d’innovation parce que ça me fait vibrer ! C’est un véritable challenge qui s’inscrit complètement dans ce que je recherche en tant que personne à haut potentiel.

Mais est ce que nous sommes dans une société qui favorise et encourage l’innovation et le côté disruptif  ?

C’est marrant parce que j’ai énormément entendu ces termes quand j’étais moi-même en école de commerce, et plus récemment dans le monde professionnel, via des conférences ou même, une demande de la part de mes employeurs ! 

Quelles possibilités pour être heureux au travail quand on est surdoué ?

Je crois qu’il y a encore énormément de chemin a faire entre la théorie et la réalité des entreprises !!!  Un peu comme l’école… même si heureusement il y a toujours des belles surprises. 😉

Alors en entreprise, quelle pourrait-être la solution pour les zèbresÊtre rémunéré uniquement sur objectif ? Faire évoluer soi-même sa mission au sein de l’entreprise ? En parler dès l’entretien d’embauche ? 

Je crois que les réponses dépendent de chacun… L’important c’est de comprendre et savoir qu’il n’y a jamais qu’une seule solution possible. A chacun de choisir celle qui lui parle le plus, qui lui convient et dans laquelle il se sent à l’aise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog Collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ? Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance-toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page