BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

C’est quoi un zèbre ?

c-est-quoi-un-zebre

Dit Tatie, c’est quoi un zèbre ?

Alice, ma filleule ado m’a posée cette question un Noël lorsqu’elle avait 11ans alors que j’étais en train d’écrire un article sur le blog.

Comment expliquer, aujourd’hui, sans prétention, ce qu’est un surdoué et ce que c’est d’être une personne surdouée ? 

Je trouve qu’il est beaucoup plus simple de l’expliquer à un enfant. Les enfants ont encore une ouverture d’esprit qui n’a pas été « normée » par la société. Et ils sont aussi moins dans le jugement ce qui les rend plus ouverts d’esprit.

Alors c’est quoi un zèbre ?

Le terme zèbre est officiellement entré dans le dictionnaire français en 2020 et sera présent dans les éditions imprimées. Jeanne Siaud-Facchin a utilisé ce terme pour décrire et identifier les personnes surdouées, à haut potentiel ou encore philo-cognitives (Fanny Nusbaum).

Un zèbre est une personne qui a un QI supérieur à 130 et une sensibilité au Monde exacerbéePour être zèbre il faut cumuler les deux caractéristiques, la sensibilité émotionnelle à elle seule n’est pas suffisante.

Une personne surdouée a un cerveau qui a des capacités d’analyse qui lui sont propres. La pensée serait en arborescence ou divergente (terme plus scientifique), une idée en entraînant une autre puis une autre etc.

La vitesse de déplacement de l’information dans notre cerveau serait beaucoup plus rapide, jusqu’à trois mètres et demi par seconde contre deux mètres par seconde chez les personnes non-zèbres.

Cette rapidité du flux de l’information permettrait aux personnes à haut potentiel d’avoir un champ de vision plus vaste sur une situation donnée et capter certains détails plus facilement et plus rapidement. On est dans un fonctionnement purement cognitif lié à des connexions neuronales (synapses) très développées.

Ce fonctionnement atypique a permis de regrouper un certain nombre de caractéristiques qui s’expriment chez tous les individus ayant ce fonctionnement : découvrir ces caractéristiques.

On nait zèbre, on ne le devient pas.

Est-ce que je suis un zèbre ?

Pour le savoir officiellement, vous pouvez passer le test du WAIS. Évidemment, avant de passer le test, il y a d’abord le diagnostique d’auto évaluation. C’est en allant lire des livres ou des articles sur le Haut Potentiel qu’on peut déjà avoir quelques pistes sur son propre fonctionnement.

HPI : Entre auto évaluation et test officiel

Même si l’auto évaluation est nécessaire pour trouver la piste des rayures, la seule manière d’être identifié comme zèbre c’est de passer le test avec un psychologue certifié. L’être humain est plein de biais cognitifs qui faussent son jugement, surtout lorsqu’il s’agit de sa propre personnalité. Pour éviter l’effet barnum, je vous conseille de vous faire tester. Bien-sûr libre à vous d’en avoir envie. Ce n’est pas une obligation. Cependant vous ne pouvez pas affirmer être zèbre tant que vous n’avez pas été testé.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un psychologue spécialisé dans la douance. La bonne nouvelle c’est qu’ils sont de plus en plus nombreux donc il y a moins de délai.

Pas de panique, ça va bien se passer

Je souhaite plutôt vous décomplexer par rapport à la découverte, ou au possible questionnement du : est-ce que je suis un zèbre ?

La première peur est souvent lié au test. Je tiens enfin un bout de réponse, Et si je rate le test du WAIS ? Et si, finalement ce n’est pas cela ?  Et puis comment on peut vraiment évaluer un cerveau ? Est-ce que si on est surdoué, on ressemble à tous les autres surdoués ? En plus, je ne suis pas vraiment intelligent…

L’incroyable univers de la douance

Toutes ces questions sont tout à fait légitimes. Lorsqu’on commence à être « confronté » à l’univers de la douance. Chacun y va de son avis sur la question. Parfois on se sent un peu noyé par le flux d’information. Il y a des profils différents : laminaire et complexe (Fanny Nusbaum), il y a des personnes très sensibles et émotives qui parle de haut potentiel émotionnel, d’autres uniquement d’intelligence et de QI.

Quand j’ai débuté le blog, en 2017, je me suis mise en mode exploratrice. J’ai fait plein de recherches sur le sujet. Je voulais tout comprendre sur la douance, les surdoués, les zèbres, les HP etc… C’était devenu mon nouveau sujet passion. Mon approche aujourd’hui est différente.

Comment identifier le vrai du faux ?

Je me rends compte que même les professionnels ont du mal à se mettre d’accord. Il n’y a pas de consensus entre les psychologues, les médecins, les professionnels de la santé pour qualifier avec certitude ce qu’est une personne à haut potentiel.

En même temps, on ne peut pas leur en vouloir, le cerveau est tellement plein de surprises ! Par contre, ce qui est positif c’est que le sujet fait débat. Il y a de plus en plus d’études scientifiques et concrètes qui sont mises en place pour essayer de trouver des réponses. Fanny Nusbaum est Olivier Revol ont déjà identifié deux types de fonctionnements chez les profils zèbres : les laminaires et les complexes. Un début de piste.

Prendre du recul pour ne pas se perdre : chaque être humain est unique

On essaie de définir ce qu’est un profil zèbre ou une personne à haut potentiel (synonymes), il y a encore du chemin. Nous sommes tous différents et nous sommes influencés par notre hérédité, notre environnement, notre éducation, notre parcours de vie… Gardons cela en tête pour éviter les dérives, le communautarisme et la mise en avant de l’intelligence comme critère de valeur.

Je suis persuadée qu’il n’y a pas de vérité. Que la seule vérité que nous avons c’est la nôtre, celle de nos émotions, celle de notre vision, celle de notre interprétation… surtout dans les relations / interactions humaines.

Je le répète souvent parce que je pense qu’il faut être capable de prendre du recul et d’avoir nos propres opinions, en pleine conscience et ne pas faire de généralités à partir d’une expérience personnelle. Je suis un zèbre parmi des milliers d’autres et ce que je dis c’est uniquement la manière dont moi ej vis ma douance.

Malgré tout, on va essayer de répondre à quelques questions pour tenter de mieux appréhender ce qu’est un zèbre.

Est-ce que tous les zèbres se ressemblent ?

Bien-sûr, quand on est surdoué, on partage des caractéristiques communes avec d’autres zèbres. Être zèbre, ou surdoué, ou HP, ou doué, ou peu importe comment vous souhaitez vous définir, c’est pour moi, avoir un rapport atypique au Monde, à la société, aux règles (à l’autorité notamment), aux gens, aux animaux, à la conscience, et avoir des capacités d’analyse et de résolution des problématiques très rapides.

Il y a des choses que l’on fait très vite… Et il y a aussi beaucoup de choses qu’on ne comprend pas parce qu’elles ne nous semblent soit pas logiques soit injustes. On ne cautionne pas toujours le monde dans lequel on vit. Un monde dénué de logique et de bon sens qui nous pose très souvent des difficultés d’adaptation. Ce qui peut expliquer qu’on ait un rapport relationnel aux autres qui est parfois compliqué.

Le sentiment d’incompréhension

On se sent incompris. Un peu comme si on n’était pas câblé de base pour bien comprendre les codes relationnels : ce que l’on peut faire et ce que l’on ne doit pas faire. On a aussi beaucoup de mal à comprendre que l’autre ne comprend pas…

Après, l’intelligence relationnelle ou sociale, ça se travaille. On a l’habitude de s’appuyer sur notre inné plus que sur notre acquis, avec un peu de persévérance, on peut arriver à gérer et à maitriser nos émotions. Heureusement, tous les zèbres ne sont pas seuls, incompris et sans amis. Comme les gens qui ne sont pas zèbres peuvent être seuls et sans amis. Il y a des surdoués hyper sympas, et je suis sûre qu’il y en a des moins sympas, à l’image de l’être humain et de la société dans laquelle ont vit.

Encore une fois il n’y a pas de règle, pas de vérité générale.

Être zèbre, comme si la vie était plus colorée !

Mais parfois, cette intensité, ce débordement émotionnel va aussi nous rendre plus vulnérables. Vulnérable à l’hypersensibilité, aux addictions, aux manipulateurs, à la remise en question. Parfois on bloque complètement sur un événement ou une situation qui nous a fait ressentir une trop grande émotion.

Notre entourage ne comprend pas pourquoi ça nous préoccupe autant. Pourquoi on n’arrive pas à relativiser la situation ? Cela nous donne un petit côté toqué !  Quand un truc me prend vraiment la tête, que je bloque, que j’arrive pas à passer au dessus, je dis que j’ai mon petit vélo qui tourne dans ma tête.

Le WAIS est-il un test fiable ?

Vous me demandez souvent si le test du WAIS est fiable et suffisant.

Pour les plus sceptiques (que je comprends), la question est souvent peut-on évaluer l’intelligence émotionnelle  autant que l’intelligence cognitive grâce à un test ?

Je ne sais pas si on peut évaluer l’intelligence émotionnelle mais l’émotion vient d’une réception et d’une interprétation de notre système cognitif.

Tout est lié :
– Nos pensées
– Nos émotions
– Nos comportements
– Les réactions de notre corps

Je pense qu’il y a un lien indéfectible entre nos émotions, nos pensées et nos comportements et que tout ça c’est l’intelligence cognitive.

Ce qui est sûr c’est que le test peut évaluer les capacités de raisonnement et la vitesse du traitement de l’information ainsi que les facilités d’adaptation que l’on possède.

Pourquoi le WAIS ?

Le WAIS (Version IV actuellement) est à l’origine un test qui a été créé pour évaluer les personnes souffrant de déficit intellectuel. Mais, les spécialistes se sont rendus compte qu’on pouvait également l’utiliser dans l’autre sens et évaluer les personnes qui avaient des facilités d’analyse.

Personnellement, je crois qu’il faut quand-même prendre un peu de distance avec les résultats du test. Bien sûr, c’est rassurant quand on a cherché une partie de sa vie, pourquoi on se sentait un peu décalé, d’avoir enfin une réponse.

De mon côté ça a été un grand soulagement de comprendre que non, j’étais pas folle ! Par contre, ce que je relativise, c’est le chiffre qui m’a été donné. 120 / 130 / 140 / 150 / 160… Est-ce que l’on veut vraiment se définir qu’avec un QI ? Et continuer cette société de l’hyper-performance ? Moi, non ! C’est à dire que si on a 130, on vaut moins que quelqu’un qui à 160 ? Et les non-zèbres alors ?

On les considère comme inférieurs parce qu’ils ont 110 ou 102 de QI ? Oui c’est aberrant quand on le lit… Alors, ne tombons pas là-dedans. Ne nous définissions pas uniquement par ce chiffre et ne considérons pas les autres par rapport à cela. 

Gardons en tête que ce test est là pour nous aider à comprendre qui nous sommes en nous permettant de découvrir notre fonctionnement cognitif.

Un test ne définit pas qui vous êtes ni votre valeur

Pour ma part, j’avais juste besoin de comprendre. Mettre le doigt sur cette différence.

Maintenant que j’ai compris, je ne veux pas m’enfermer dans ce simple et unique « rôle » de zèbre. J’en ai eu besoin à un moment. J’étais rassurée de voir que je n’étais pas seule et qu’il y avait une explication rationnelle à mon comportement parfois décalé.

Ou en tout cas pas me définir uniquement via ce prisme. Je suis et vous êtes, bien plus riches et complexes que cela !

Le test ne fera que vous mettre une étiquette de plus, vous collez dans la case : plus doué que la norme. Si tant est que la norme existe ! Parce que finalement, il y a beaucoup de zèbres sur terre.

En France on estime que 2% à 10% de la population est surdouée. Pourquoi un tel écart ? Eh bien car 2,3% c’est le chiffre officiel mais il y a tellement de personnes non détectées qu’il ne peut pas être 100% fiable.

Quoiqu’il en soit, aujourd’hui, on n’a rien trouver de mieux pour détecter le fait d’être surdoué que ce test.. 

Conclusion, un zèbre c’est quoi ?

Finalement c’est très difficile de définir ce qu’est un surdoué. D’ailleurs il y a des surdoués très empathiques, d’autres moins, d’autres qui sont des génies des maths, d’autres de l’art… Nos potentiels ne s’expriment pas dans les mêmes domaines.

Difficile de vraiment nous catégoriser, et c’est tant mieux.

Je crois que la vitesse à laquelle on pense et à laquelle on fait des associations d’idées ou de projets, sont assez caractéristiques de nos fonctionnements. Si on n’est pas stimulé on s’ennuie très rapidement. C’est d’ailleurs notre pire ennemi en tant que zèbre : l’ennui !

Il y a aussi le fait que notre système cognitif démarre au quart de tour, ce qui nous fait ressentir les choses rapidement et intensément.

Être zèbre, c’est une caractéristique de plus mais cela ne définit pas TOUT ce que vous êtes. Surdoué ou pas, le plus important c’est d’être bien dans ses baskets et d’être soi-même. 

J’ai découvert le développement personnel en même temps que le fait d’être surdouée, ça m’aide vraiment au quotidien, notamment à relativiser et à faire taire le petit vélo dans ma tête.
Je travaille aussi sur les notions de pleine conscience et de lâcher prise et ça m’apaise beaucoup. 

L’essentiel c’est de trouver sa place dans un monde
qui nous en laisse que très peu.

Vous pouvez retrouver une liste des caractéristiques de zèbres dans cet article : caractéristiques de zèbre.

Tu peux aller plus loin dans ta compréhension avec le livre Suivez le Zèbre, l'histoire de Mel Poinas, la fondatrice du blog.

Livre Suivez le Zèbre Mel POINAS

Ou découvrir le HPI grâce à Zoé et Zola, les personnages du roman graphique HPI ! La première BD adulte sur le Haut Potentiel ou trouver un livre qui te plait sur la Boutique du Zèbre.

Rendez-vous sur notre page qui référence les livres qu'on trouve le plus sympa sur le HPI : Meilleurs livres sur le HPI

Merci ! À bientôt sur Instagram, Facebook et le blog
L'équipe de Suivez le Zébre

  1. Michaël COTTIER

    Un deuxième blog que j’aime beaucoup avec Rayures et Ratures. Je suis en pleine découverte que, potentiellement, mon pelage soit un peu rayé. Et la lecture de vos expériences, les retours dans certaines vidéos youtube, des lectures me permettent de mieux comprendre certains de mes fonctionnements. Et aussi, d’expliquer aux autres certains fonctionnements. Donc, merci pour ces lectures qui font du bien.
    Il n’y a plus qu’à attendre de voir pour le test WAIS, d’ici peu je pense en ce qui me concerne.
    Bonne journée et encore merci 🙂

  2. Bjr, à 54 ans je découvre que je suis très certainement un zèbre. Peut-être pas « doué ou sur doué » quoi que… mais en tout cas je me reconnais dans la description, la relation à autrui personnelle ou professionnelle.
    C’est un éclairage particulièrement appréciable qui me permets de mieux comprendre ce que j’ai vécu.
    Je vais suivre régulièrement le blog et très certainement le partager avec mes 2 fils qui me semblent eux aussi être des zèbres.
    Enfin, je trouve que le zèbre multicolore reflète bien la multitude de profils qui existent.
    Merci pour ce blog, bon anniversaire et qu’il en fête encore de très nombreux.
    Éric

  3. Frédérique LE CROM

    J’apprécie les nuances avec lesquelles vous tenter de cerner un profil dit de zébre;;
    Je voudrais ajouter qu »un zébre entourés de zébres,, élevé par de zébres se vivra mieux que celui qui comme moi, né dans un bled, n’a pas de « grain à moudre, s’ennuie et se morfond de la tristesse du monde et de la déséspèrance de son entourage.

  4. Renaître à 53 ans, un choc, une révélation, comme avoir été une chenille durant toute ces années puis, entré en chrysalide en lisant suivez le zebre.
    Je suis impatient de devenir papillon.
    Merci de m’avoir guidé.
    J’ai décidé d’être enfin moi même.
    Palatine est le titre de mon livre.
    Je suis un enfp-t
    Et je commence enfin à me comprendre !
    Merci à vous.

  5. Je ne passerai pas de test. Je me reconnais très largement dans les descriptions qui en sont faites (surtout dans l’enfance ) et les ressentis exprimés sur les forums, mais bien qu’on m’ait longtemps affirmé le contraire (j’avais un qi de 130 à l’age de 8 ans parait il, je me souviens avoir passé un test) et que je soie plutot hypersensible, ma scolarite a ete un ratage complet ma vie pro n’en parlons pas, j’ai atterri chez les intouchables :p, les difficultes relationnelles n’ont certes rien arrangé. et j’ai une fort mauvaise sante mentale, suis quelqu’un de tres angoissé, si j’ai ete curieuse je ne le suis plus, uen experience traumatisante m’ayant rendue exagerement circonspecte dans ce domaine, j’ai connu plusieurs depressions aussi, j’ai respiré des solvants dans ma jeunesse (et arrete à temps en realisant que ça ne me ren,drait aps moins malheureuse, mon mode de pe,sée serait le meme, je predrais juste en capacites – effectivement par rapport à mon fonctionnement dans l’enfance j’ai limpression de me trainer parfois mais la pensee en arborescence est toujours là, je lis plusieurs livres à la fois une idee en entraine uen autre ça par t dans tous les sens c’est grisant 😀 ), bref si je l’ai ete un jour il es probable que ce ne soit plus le cas en tout cas pour ce qui est du QI. J’aurais trop peur de payer une fortune que je n’a pas pour apprendre que je suis devenue normale après avoir eu tant de difficultés à me sentir comme un martien,. Je me contente donc de retenir ce qui me concerne et d’essayer de faire avec.
    En tout cas c’est fort interessant et grace à des personnes comme vous je m’affirme beaucoup plus, et le fait de savoir que je ne suis pas la seule (ou plutot n’tais) dans ce cas me challenge pas mal et m’evite de trop me laisser aller ce qui est souvent le probleme quand on a du mal à se situer et que, pendant l’enfance on seentend repeter quon est intelligent sans pour autant que qui que ce soit se donne la peine de vous apprendre à vous en servir et vous donne le gout de leffort.
    Donc bref je ne suis sans doute pas un zebre mais j’ai assez de traits en commun pour avoir connu la plupart du temps les memes difficultés.

  6. Bonjour,
    En lisant, tout ce qui ce décrit je vois mon fils de 13 ans et toute sa souffrance et la complication existentiel de l’école!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ?
Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page