BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

Alors, zèbre ou pas zèbre ? HPI ou non HPI ?

être identifié HPI Surdoué ou Zèbre

Comment être identifié HPI ?

Eclairez ma lanterne, Monseigneur !

(Article mis à jour  09/2021) par Mel POINAS

Si vous êtes là, c’est sûrement parce que vous êtes en train de vous poser cette question : et si j’étais une personne à Haut Potentiel Intellectuel (appelée aussi HPI, surdoué ou zèbre) ! Définitivement, il y a la vie avant et la vie après les rayures.

Sur la piste du HPI

Je me suis posée cette question il y a déjà plus de quatre ans. À l’époque, le HPI n’était pas un sujet à la mode comme aujourd’hui et je n’avais aucune idée de ce qu’était un profil à Haut Potentiel. Je connaissais le terme surdoué, mais comme beaucoup, j’y associais le cliché du petit génie un peu introverti qui réussit tout ce qu’il entreprend.

Pourtant, déjà à cette époque, je m’intéressais beaucoup à l’hypersensibilité, au développement personnel  et au bien-être au travail. J’envisageais même une reconversion de psychologue et je souhaitais reprendre mes études (j’ai fait un semestre en enseignement à distance à l’université de Clermont Ferrand mais je n’ai pas donné suite car je suis finalement partie vivre en Nouvelle- Zélande).

J’étais passionnée par les sciences cognitives. Je voulais absolument comprendre le fonctionnement du cerveau humain. Je crois surtout qu’inconsciemment, je cherchais des réponses à mon propre fonctionnement. Dans le feed d’actualité de mes réseaux sociaux, j’avais régulièrement des propositions d’articles en lien avec la psychologie, les sciences cognitives et le développement personnel. Un jour, je suis tombée sur un article intitulé : Découvrir que j’étais surdouée à l’âge adulte à changer ma vie ! (source : Mademoizelle)

Un peu piquée par la curiosité (et par mon coeur qui commençait sérieusement à s’emballer) j’ai découvert les caractéristiques du HPI. La révélation ! C’est comme si à la lecture de ce témoignage tout s’éclairait ! Je me reconnaissais en tout point dans cette description des personnes à Haut Potentiel et dans les caractéristiques associées !

découvrir qu'on est HPI

Je ne me sentais pas spécialement intelligente, encore moins surdouée ! Je n’avais « rien fait d’exceptionnel » dans ma vie. J’avais même redoublée deux fois… Je cherchais ma voie, à tous les niveaux, depuis de nombreuses années (depuis toujours) et je ne l’avais jamais vraiment trouvée ! Sans parler du manque cruel de confiance en moi que je cachais derrière de l’arrogance, de l’impulsivité, de la vulnérabilité et la peur des autres. J’avais du mal à me relier parce que je sentais qu’on ne me comprenait pas. A la lecture de cet article de Mademoizelle, la petite voie tapie au fond de mon coeur s’est réveillée et a enfin osé s’exprimer…

Mais oui c’est ça, fais toi confiance !

Avoir une réponse à mes questionnements perpétuels

Dans cet article, plusieurs pistes m’ont mis la puce à l’oreille. Comme beaucoup de zèbres, j’ai un parcours scolaire, personnel et professionnel très atypique ce qui, par déduction, fait de moi une personne atypique. Je ne laisse pas les gens indifférents, en général soit on m’adore, soit on ne me supporte pas. Même si c’est très difficile de ne pas plaire à tout le monde quand on est HPI (oui, on aimerait que tout le monde nous aime et on en comprend pas quand on ne nous aime pas !)… On ne peut pas plaire à tout le monde, c’est comme ça ! Finalement, tant mieux, plaire à tout le monde c’est finalement plaire à personne

Ensuite, il y a cette sensation de décalage et l’impression d’être toujours TROP ! Je ne sais pas si tous les zèbres ont ce côté too much mais en lisant d’autres témoignages j’ai quand même l’impression que oui ! Je crois que c’est parce qu’on prend énormément les choses à coeur ! On est trop sensible, trop émotif, trop rapide, trop visionnaire, trop lucide, trop exalté, trop attachant, trop attaché

Avec le recul, il est parfois difficile de suivre ou de comprendre une personne HPI. Ce qui se passe dans nos têtes, les montagnes russes émotionnelles…Mais aussi la détresse que l’on ressent face à certaines situations ou malentendus. Même si être zèbre est finalement une opportunité formidable, il faut apprendre à l’apprivoiser.

On m’a souvent répété : mais pourquoi tout te touche autant ? Pourquoi ça te mets les larmes aux yeux ? Pourquoi tu pleurs ? Pourquoi tu te mets en colère ? Pourquoi tu t’énerves ? Pourquoi tu t’impliques autant ? Sous entendu, tu devrais t’en foutre, tu devrais laisser glisser, lâcher-prise, ce n’est pas ton problème, ça ne te regarde pas, tu n’es même pas concernée… 

HPI et Injustice…

Mais parce que c’est INJUUUUUUUUSTE ! Injuste tu comprends ! ça n’a pas de sens, aucun sens !  Pourquoi je ne laisse pas couler ? Parce que j’en suis incapable ! Je ne sais pas m’en foutre ! Je ne peux pas… Et, on est tous concernés ! On vit tous sur la même planète, on est tous des êtres humains, on appartient au même navire et je ne comprendrais jamais pourquoi on sabote le bateau qui nous garde à flots ! Quand on est HPI, c’est comme si on avait une super conscience du monde avec une hyper lucidité qui deviennent facilement anxiogène.

C’est vrai que je n’habite pas en Afrique, je ne manque pas d’eau, et je n’ai jamais connu la misère, pourtant quand je pense aux conditions de vie dans certains villages, aux enfants, aux femmes, aux familles, j’en ai mal au ventre et ça tourne en boucle dans ma tête !

Quand je pense aux élevages intensifs, à la violence faite aux animaux et aux êtres humains, à ce monde qui marche sur la tête et tourne à l’envers, les attentats, les guerres, les gens qui se mettent sur la gueule pour des des équipes de foot ou un clignotant oublié dans un rond point, ça me dépasse !

J’ai qu’une envie quand je suis confrontée à toutes ces inepties, me terrer au fond d’une grotte et ne plus jamais en sortir ! Fermer les yeux sur l’absurdité du monde… Mais, soyons honnête, on ne peut pas vivre en autarcie, tout du moins pas entièrement ! 😉

Après, il est vrai qu’on a la critique facile sur nos congénères (et notre personnalité parfois destructrice) mais je me suis rendue compte il y a peu que les animaux pouvaient également être terriblement cruels entre eux ! En m’intéressant de plus près aux abeilles, j’ai découvert qu’elles tuaient les mâles ! (Promis, malgré la digression improbable des abeilles tueuses, restez par là, ça pourrait vous intéresser !).

L’abeille mâle est appelé faux bourdon. Il ne butine pas et ne crée pas de miel, il sert uniquement à la reproduction ! Quand l’hiver arrive, les abeilles femelles tuent les faux bourdons afin de préserver leur réserve et optimiser leurs chances de survie. Triste destin pour ces petits insectes ! L’être humain semble presque être un enfant de choeur à côté…

Mais, laissons la nature sauvage et revenons à nos moutons…

Être zèbre, la réponse aux attentes de toute ma vie.

Après avoir lu ce fameux article sur les surdoués, j’ai échangé avec ma psychologue de l’époque afin de valider un HPI potentiel. La puzzle commençait tout juste à prendre forme et moi à trouver du sens dans tout ce capharnaüm. Finalement, je n’étais pas folle, j’avais juste un fonctionnement différent non identifié !

À l’époque on disait encore adulte surdoué. Je ne me suis pas vraiment reconnue dans ce terme, je préfère celui de Zèbre, plus symbolique, d’où le titre du blog et du livre Suivez le Zèbre. J’aime bien HPI parce que c’est court, pratique et consensuel, même si j’ai du mal avec la notion de Haut Potentiel Intellectuel. On ne peut pas en vouloir aux gens de trouver ça prétentieux quand on entend : j’ai plus de potentiel que toi donc je suis plus intelligent que toi

Zèbre était plus neutre, plus facile à porter et surtout plus utile pour expliquer le concept du Haut Potentiel sans être confronté aux apriori des gens.

Le test du WAIS, la validation et le soulagement.

J’ai passé le WAIS IV. Ce n’est pas une fin en soi le test du WAIS, mais pour ma part je crois que j’en avais besoin. J’avais trop perdue confiance en moi pour me valider seule ! Et seul un psychologue peut faire passer le test dans de bonnes conditions.

Maintenant, je le sais, j’en suis sûre !
Je suis HPI, zèbre, surdouée, Haut Potentiel et tous les noms d’oiseaux que l’on nous prête.
QI >> validé ; Surefficience affective >> validée ; Hypersensibilité >> validée ; Optimisme inconditionnel >> validé

C’est beaucoup plus simple maintenant. Tous les jours j’apprends à vivre avec cette particularité et à en faire une force 🙂 ! Et cela depuis 4 ans déjà, joie et bonheur !

Grâce à cette identification, ma vie a bien changé ! Ces quatre dernières années ont été riches en rebondissements mais j’ai fini par trouver ce que j’ai cherché pendant 30 ans, ma place dans le Monde.
Je vous souhaite de trouver la vôtre. 🙂

Et vous alors ? Zèbre ou pas Zèbre ?

Si vous souhaitez découvrir les caractéristiques du HPI, je vous laisse lire l’article en cliquant ici.

Pour aller plus loin, lire aussi

Tu as aimé l’article ? Hésites pas à le partager 😊

  1. Bonjour et merci pour votre site !
    Diagnostiquée avec des rayures également il y a 2 ans (j’ai 28 aujourd’hui), je vis actuellement les mises à jour de ma vie pour effacer les fausses croyances limitantes, voire invalidantes ! A nous, petits zèbres, de vivre heureux et en harmonie avec nous mêmes en dépit du décalage !
    Et je m’interroge sur un détail : quel tatouage avez vous choisi de faire ? Enfin peut être est-ce trop personnel ?
    Belle continuation à vous !

    1. Bonjour Laura !
      Merci pour votre commentaire.
      Mon tatouage est une rose des vents, je ne me souviens même plus où j’en ai parlé dans le blog. 😉
      A bientôt,
      Mél

  2. Bonjour, Je suis en train de lire le livre de Jeanne Siaud « l’adulte surdoué » et je prend le temps de regarder aussi sur internet. Mon fils est un zèbre, mais je découvre que moi aussi. Je me suis toujours sentie différente et seule. J’ai fait aider mon fils par une psy spécialisée dans ce domaine. Mais pour moi, à 55 ans, je voudrais juste trouver des personnes comme moi pour parler de temps en temps. Juste faire partie d’une « famille ». A bientôt. Joëlle

  3. Bonjour,
    Je suis dans la même situation , je viens juste de me « découvrir » zèbre, alors que j’ai 67 ans….. je me sentais differente et pas a ma place, J’ai deployee beaucoup d’effort pour être intègree dans un groupe et finalement me sentir mal a l’aise. car je suis constamment en train de faire des liens, de réfléchir aux sens des paroles etc……bref, jamais au moment présent!
    Marie

  4. Bonjour,

    Je tombée sur ton blog parce que je me pose des questions justement… Il y a quelques temps j’ai compris que j’étais hypersensible. Petite je n’arrivais absolument pas à maîtriser mes émotions, mais les joies de l’adolescence obligent (Tu sens le sarcasme 😅), j’ai appris à ne plus laisser transparaître ou presque.
    J’ai regardé quelques vidéos et lu des articles sur l’hypersensibilité et parfois on y parlait aussi de haut-potentiel et de zèbre, ce qui est encore autre chose. Puis hier soir je suis tombée sur une autre vidéo où on citait des caractéristiques du zèbre. J’ai dû m’y reconnaître à peu près à 99,9%.
    Mais vraiment. Je ne pense pas être surdouée, j’ai toujours travaillé, avec certainement quelques facilités oui, mais j’ai souvent vu aussi bien meilleur que moi. Puis la confiance en soi ce n’est pas trop le délire de la maison non plus. Le seul test de QI que j’ai fait sur internet m’a donné un résultat comme ton père, dans les gens «  » »normaux » » » (J’ai bien mis 3 paires de guillemets) mais au dessus de la moyenne.
    Bref. Avec tout ça je ne sais pas où ça m’avance. Je ne sais pas si je veux savoir quoique ce soit. Je ne pense pas avoir un « haut potentiel » ni être surdouée, mais les caractéristiques me perturbent. Je vais aller lire les tiennes pour commencer. 😉
    Sinon merci pour l’article !

    1. Merci Popo ! La plupart du temps on imagine pas du tout qu’on puisse être haut potentiel !
      Puis y a un truc qui nous fait « tiquer », puis une deuième puis un troisième, des rencontres, des échanges…
      Pour les tests, je déconseille souvent les tests sur internet, parce qu’au final on sait jamais trop d’où ça vient ^^ mais plutôt de rencontrer des psys spécialisés dans la douance. Ils ont l’habitude de nos profils et détectent assez rapidement si ça peut-être intéressant de passer le WAIS IV.
      A bientôt et Merci à toi d’être passée par là 😉

  5. Bonjour Mél,

    J’ai découvert avant hier soir que j’étais zèbre, j’en ai pleuré (je suis un homme de 32 ans, Thomas divorcé 3 enfants).
    En te lisant, rebelote … Il y a des similitudes avec la mienne de vie, ma mère « hyper » sensible, mon père plus intelligent que la moyenne.
    A l’âge de 7ans, comme je ne faisais plus rien en CE1, alors qu’au cp j’étais premiers de la classe, l’école a proposer a mes parents de voir le psychologue de l’école pour moi. Suite à cela ils m’ont fait faire une test de QI, et 147 est tombé. Mes parents étaient jeunes et la psychologue de l’école leur a dis, que j’étais un enfant très intelligent mais pas plus lol.
    Ça m’a toucher de te lire. J’aurai vraiment apprécié, discuter avec toi, en savoir plus…
    A bientôt Mél
    Prends soin de toi.

  6. Bonjour,
    Voici mon histoire pour ceux que ça peut intéresser. 🙂
    J’ai été diagnostiquée à 7 ans, mais à l’époque, c’était plutôt tabou. Mes parents avaient peur de recevoir des critiques sous prétexte de mettre leur enfant en avant. Donc ni eux, ni moi n’en parlions avec les autres ou entre nous. Alors j’ai continué à « me fondre dans la masse », à m’adapter aux autres. D’ailleurs, on ne m’avait pas expliqué ce qu’était la douance. Je pensais juste avoir de la facilité à apprendre et à comprendre les choses, « grâce à un QI plus élevé que la moyenne » m’avait-on dit. C’est seulement il y a six mois, à 28 ans, par hasard, qu’une copine que je n’avais plus vue depuis longtemps m’a dit en m’observant: « Tu es hypersensible n’est-ce pas? Comme moi. Certains le sont parce qu’ils sont surdoués, mais moi je suis juste hypersensible. » Et BAM ! Ça a été comme un déclic ! J’avais oublié tout ce temps que j’étais surdouée… et apparemment il y aurait un lien avec la sensibilité, ah bon… ? En faisant des recherches sur internet et en lisant le livre «  Trop intelligent pour être heureux ? », j’ai réalisé que le QI n’était qu’une partie de la douance et qu’il y avait toutes ces autres caractéristiques dans lesquelles je me reconnaissais à 100% ! Wow, une vraie révélation ! D’abord une excitation, un soulagement, puis de la colère. Pourquoi ne pouvais-je pas être « normale », comme les autres ? Pourquoi dois-je supporter toute la souffrance que cette différence apporte ? En effet, l’année 2018 a été émotionnellement très rude. Je ne me suis jamais sentie aussi mal (sans même savoir pourquoi), ni aussi seule et incomprise (bien qu’entourée). Actuellement, je tente de comprendre pourquoi je me sens autant mal dans ma vie, alors que vu de l’extérieur on pourrait croire que j’ai tout (famille, amis, petit copain, travail,…) et tout réussi brillamment. Quelle est ma place dans ce monde ? A quoi suis-je utile finalement ? Pourquoi je n’arrive pas à être épanouie ni à aimer comme les autres ? Comment être authentique sans être blessée par les remarques des gens ? Bref, j’en suis là de mes réflexions.
    Je viens de découvrir ce site et t’en remercie, Mél, car il me donne de l’espoir. Je me dis que moi aussi j’arriverai à trouver ma voie et à être épanouie. Merci !

  7. J’ai adorée ton article merci beaucoup il ma vraiment aidé à comprendre et à me faire voir tout les bon coté de la vie à être un zèbre. J’ai 14 ans et je sais que je suis un zèbre depuis que j’ai 4 ans, mais j’ai jamais été à l’aise avec ça et j’ai énormément de misère à accepter ceux qui me félicitent sans que j’aille fournis d’effort même si techniquement c’était supposé être difficile ce que je devais faire. Merci encore!

  8. Bonjour. Puis je oser un clin d’oeil? de zèbre…

    Naissance ?

    Blanches, noires… soixante-quatre cases…
    Ai je ma place en ce formatage étroit ?
    Dans ces luttes de pouvoir 
    Ai je omis les forces de chacun
    Pour recevoir les faiblesses de tous ?
    Ai je ma place sur l’échiquier de ce monde?

    Et vous ?

    Le pion destiné à l’abattoir ? Et qui se tait…
    L’insaisissable et sûr cavalier ? Incapable de trouver son pas
    La majestueuse tour ? Tant, qu’en ses déplacement elle se trouve limitée.
    Le fou ? Cet atypique imprévisible et craint ?
    La reine ? Courant sans cesse, car sans roi elle ne le sera plus.
    Reste ce dernier, lui le premier, traqué par tous…

    Non, rien ne me plaît en ce monde là.
    Ses rôles attribués, ses cases et barrières
    Ses luttes intestines ou affichées
    Non, rien !

    Libertés, différences, à mon secours je vous en prie volez, vite.
    Cherchez, creusez, trouvez…

    Et vous, vous reconnaissez vous là ?

    Les incantations parfois ne sont pas vaines…
    Un jour le fou noir s’approchât du cavalier blanc
    En langage commun ils n’avaient que deux couleurs
    Qui dit on n’en sont pas…

    C’est pourtant de cette improbabilité
    Qu’ils décidèrent de faire œuvre.

    Ainsi naquit le zèbre
    Cette alliance non conventionnelle d’opposées.

    Dussé- je en rester pour toujours à la marge…
    Oui, faire le zèbre restera mon choix…

    D’avoir tout compris,
    De mes cendres…
    Puis je enfin renaître ?

    Oui !

    Et vous ?

  9. Bonjour Mel,
    Je viens de découvrir également que j’étais zébrée il y a quelques jours ..;Timbrée , je le savais déjà mais zébrée jamais …
    Je m’occupe d’enfants déficients mentaux depuis quelques années avec une faculté d’adaptation et une empathie très particulières .Ses prédispositions me laissaient presque présager que mon QI devait se rapprocher du leur . J’avais également enseigné en milieu ordinaire et décelé de nombreux élèves HP avec qui j’avais des affinités particulières .Mais c’est une personne dans mon entourage qui m’a poussé à passer le test et qui a confirmé mes rayures .
    je ne sais pas trop quoi en faire et j’ai du mal à y croire ..
    Merci pour vos témoignages et belles fêtes de fin d’année à tous
    Emmanuelle

  10. Hello 🙂 comme tous les commentaires ici, je mets tout juste un mot sur tout. J’ai 30 ans. Et permis les incessantes questions existentielles qui régissent ma vie, tout d’un coup et de manière très surprenante çà fait un bien fou de pouvoir se mettre dans une case. C’est une réponse simple comme bonjour, elle était sous les yeux tout au long mais les conversations et les remarques et les questions du type « pourquoi je ressens les choses comme ça et les autres non » ont enfin une réponse.
    Je lis aussi « trop intelligent pour être heureux » après avoir lu « je pense trop » et j’ai voulu approfondir les recherches car comme toi (et contrairement à ce que dit le livre) j’ai été une très bonne élève bien dans les rangs qui adorait prendre les cahiers de vacances de deux années plus tard, j’ai cette intelligence scolaire aussi qui va un peu à l’encontre de tout le reste, donc ma question était peut on avoir les deux et il semble que oui, l’effervescence et la suranalyse permet peut être une certaine adaptabilité à l’environnement. En tout cas, j’ai l’impression de quitter l’apnée dans laquelle j’ai été toute ma vie et j’apprends à ne plus culpabiliser de penser comme je pense, de connecter comme je connecte de ressentir comme je ressens, c’est une clé énorme en plus de tous les outils de développement personnel, car effectivement le développement personnel c’est génial, mais si on part pas sur les bonnes bases, c’est à dire sur qui l’on est vraiment, c’est un peu à perte!
    En tout cas continue ton blog c’est super 🙂

  11. cocotte zèbre

    Hello je crois que je suis en train de faire le même chemin de découverte des rayures….j’aimerais bien en parler car je bouillonne à l’intérieur et j’ai peur d’exploser…et reconversion dans l’enseignement sup aussi!
    A+

  12. Je viens de lire cette article, j’ai vu que vous citiez Sense8.
    Je suis HP et j’adore Sense8 je pense que cette série parle de douance j’ai écris cela il y a quelques années si ça vous intéresse :
    Nous souhaitons brièvement vous faire part d’une réflexion sur la série
    Sense 8 des sœurs Wachowski, ou plus précisément une analyse sur le lien
    entre la série Sense 8 et le fonctionnement des personnes dites à Haut
    Potentiel Intellectuel (HPI).

    Cette série se construit autour de la croyance qu’il y aurait des personnes
    dites « sensitives ». Leur fonctionnement serait atypique. En effet, ils
    auraient le pouvoir de ressentir les choses avec une très forte intensité
    et une finesse impressionnante. Il s’agirait en quelque sorte d’empathes !
    Ces empathes sont interconnectés. Au départ, ils n’en n’ont pas conscience.
    Ils font partis du même « cercle », c’est-à-dire d’un groupe de personnes
    identiques et qui seraient nées le même jour (le 8 août).
    Aussi, ces personnes sont liées indépendamment de leur volonté, et attirées
    mutuellement tels des aimants et ce tant sur des aspects émotionnels
    qu’intellectuels. Le cercle sense 8 est né d’une « mère », Angelica qui les
    aurait fait renaitre en quelque sorte.
    Les adultes à HPI ont un fonctionnement dit « atypique » qui ressemble
    étrangement à celui des fameux « sensitifs » de la série ; en voici
    quelques exemples :

    1. Leur grande capacité d’empathie.

    Le sensitif est un empathe au sein de son cercle. Il ressent les émotions
    des autres, il les partage, il les vie comme si elles étaient les siennes.
    Il peut même communiquer directement avec les autres sensitifs – dépassant
    par la même la barrière de la langue.
    Quant au surdoué (ou HPI) il est décrit par les psychologues comme une
    personne qui ayant une sensibilité accrue aux émotions des autres. Il se
    met affectivement à la place l’autre et de ce fait, le comprend. En
    réalité, il réagit autant aux excitations internes (lui) qu’externes
    (l’autre). En effet, il a une sensorialité toute particulière, une vraie
    sentinelle !

    2. Leurs émotions fortes et leur sensorialité importante.

    Capheus, Nomi, Riley, Lito, Sun, Will, Kala et Wolfgang, tous semblent
    avoir une émotion qui prime dans leur personnalité : Sun et sa colère,
    Capheus incarnerait la joie, Riley la mélancolie, comme les parties d’un
    tout. Le HPI peut être en difficulté pour gérer ses émotions qu’il ressent
    de façon vive et intense, ce qui lui vaut souvent la qualification d’hyper
    sensible.
    Dans la série, les émotions des uns et des autres se cumulent et de ce fait
    sont débordantes.

    3. Leur sentiment de décalage par rapport aux autres.

    Tous les personnages de la série se sentent différents de la « norme ».
    Lito n’assume pas son homosexualité, sensible aux injonctions de la société
    et de la culture mexicaine. Will n’est pas un flic comme les autres, il est
    plus empathique, plus sensible ce qui l’amène à faire des choix qui vont à
    l’encontre des attendus (il sauve un jeune d’un gang quand les autres
    l’auraient laisser mourir), Riley, qui s’isole, vit la nuit et cherche à fuir les autres. Kala qui ne comprend pas, alors que toutes rêves d’épouser
    Rajha pourquoi elle, n’est pas si enthousiaste. L’adulte HP qui n’a pas
    encore été identifié ressent souvent un décalage inexpliqué par rapport à
    la norme. Il n’a pas les mêmes centres d’intérêts, il a une pensée dite
    « divergente » qui peut l’amener à se sentir « décalé », « bête » et
    renvoyer aux autres une image d’une personne étrange, bizarre.

    4. Leur capacité d’adaptation et « faux-self ».

    Le sentiment de décalage nécessite de trouver des stratégies adaptatives
    pour se fondre dans la masse et ne pas être catalogué comme fou. C’est Will
    qui comprend le premier dans la série que le mensonge est nécessaire pour
    se protéger (il ment à son thérapeute et nie ses propres visions concernant
    Sara Patrell).
    Mais c’est aussi Lito, qui accepte de jouer le rôle de « el caïdo » dans sa
    vraie vie ou encore Kala, fiancée à un homme dont elle n'est pas amoureuse.
    Le « faux self » est une des caractéristiques du HP non détectés. Il
    apparait nécessaire pour réduire ce sentiment d’écart qui existe entre soi
    et les autres. Ce « faux-self » amène la personne à mentir aux autres mais
    surtout à se mentir à elle – même !

    5. Des proies idéales pour les pervers narcissiques (PN)

    Comme le HP, le sensitif est une proie parfaite pour le PN. Whispers (et
    son organisation BPO) utilise sa grande intelligence pour faire du mal. Il
    traque les sensitifs, veut extraire leur pouvoir, leur soustraire leur
    force.
    Il a compris comme le pervers qu’il fallait isoler sa victime. Pour ce
    faire, il tente des les dévitaliser en rompant le cercle pour les rendre
    fragiles et vulnérables. Ensuite, il harcèle sa victime : lui attribue des
    pensées qu’elle n’a pas : Dans la série Whispers comme les PN fait
    intrusion dans l’ esprit de sa victime et tente de la manipuler ! Comme un
    PN, il veut s’approprier les qualités et les pouvoirs de sa victime en la
    vampirisant.
    Les psychologues s’accordent à dire que les HP sont des victimes idéales
    pour ce genre de personnalité.

    6. Le rapport au sexe et aux drogues.

    Au coeur de cette série les questions du sexe et de la drogue sont traitées
    d’une façon toute particulière : La drogue semble être une échappatoire.
    Angelica, tout comme Will se droguent pour échapper à l’emprise de
    Whispers. Mais c’est aussi un moyen d’entrer en relation avec soi et les
    autres de son cercle : Riley rentre en contact avec un de ses « sois »
    (autres de son cercle) lors d’une prise de drogue. Il y a, nous pensons
    ici, une nécessité et une recherche de lâcher prise pour le sensitif comme
    pour le HP. L’Hyper intellectualisation du HP ne lui permet pas aussi
    facilement de lâcher prise. Aussi, les HP seraient plus vulnérables aux
    addictions et auraient un rapport particulier au sexe. Sense 8 représente
    le sexe comme permettant un état dans lequel il n’y a plus de mental !
    Les corps sont entremélés, et les sensations sont brutes et tout simplement
    pures. »

  13. Bonsoir,

    Incroyable, j’ai l’impression de lire le récit de ma vie…

    Même petite fille, même « chute » à partir du collège etc.

    J’ai fait un test à 20 ans qui ne s’est révélé ni positif ni négatif. J’étais dans une phase dépressive et la psychologue m’a dit que j’avais sûrement fait exprès d’échouer pour me voiler la face et garder cette impression d’être dans la norme.

    Même si je me suis toujours sentie hors-norme, je faisais tout pour m’intégrer. Je voulais faire partie d’un groupe même si nous n’avions pas grand chose en commun.

    Quelques mois plus tard, j’ai décidé de me tatouer un zèbre sur l’avant-bras. Il me rappelle que ma façon de penser est totalement unique et qu’elle est belle. Il m’a aidé à accepter cette différence. Par rapport à la norme.

    Bref, j’ai rencontré un merveilleux zèbre il y a quelques années, et nous vivons enfin une vie commune qui nous correspond à tous les deux. On ne se sent plus seuls. On se comprend en un regard, on sait ce que l’on est, on n’en parle pas forcément mais ça nous apaise. Quand on a besoin de distance, on se laisse tranquille, pour pouvoir nous retrouver avec nous-mêmes et laisser nos idées couler à flots dans nos cerveaux ! Lui a eu besoin de plus de 2 ans passé avec moi pour comprendre son fonctionnement et pourquoi il était comme il est. Cela l’a soulagé !
    Nous attendrons quelques années avant de (re)faire un test si cela nous semble vraiment nécessaire.

    Nous sommes partis à 800km de nos familles, vivre dans un petit village perdu du Sud de la France, un village qui était fait pour nous ! Un peu en marge de la société avec de vieilles valeurs.
    Et de vieux voisins avec qui l’on adore discuter !

    Niveau professionnel, je touche à tout. Mon conjoint aussi. Je suis toujours dans l’action et travaille presque tous les jours de la semaine : garde d’enfants, cours particuliers, animations, locations d’un de nos appartemments, vendeuse en boulangerie, travail auprès des enfants atteints d’autisme, secrétariat… Je n’arrête pas !

    Toutes ces expériences m’ont poussé à une réelle réflexion sur la surdouance, la zébritude, et j’ai rencontré pas mal d’enfants qui eux aussi, avait cette intelligence et cette sensibilité toute particulière. J’ai pu aidé certains parents à comprendre qui étaient vraiment leurs enfants, et qui ils étaient eux aussi. En règle générale, l’un ne va pas sans l’autre 😉

    Une vie bien remplie mais épanouissante 🙂

  14. Bonjour,
    Je me reconnais aussi dans ce qui est dit ici, mais moi je ne trouve pas ma voie et cela me rend triste de vivre avec le reste d’humains qui me semblent très loin de moi. Si certains veulent échanger, je me permets de laisser mon adresse mail ici: kikad2001@yahoo.fr

  15. Bonjour et merci pour cet article et ces mots qui me parlent. Je me soupçonne d’être zèbre. J’ai tous les symptômes… sauf la haute intelligence. Et j’hésite beaucoup à passer le test car je me dis que je vais juste découvrir que je suis normale et que je me prends pour ce que je ne suis pas = imposteur.

    Savez-vous auprès de qui il est possible de passer le test ?

  16. Bonsoir,
    Je me reconnais depuis longtemps dans toutes les descriptions et tous les ressentis. Mais j’ai une terrible peur de découvrir que je suis peut être capable de mieux et que j’ai tout loupé, ou inversement, que je n’arriverais jamais à rien car je n’en suis pas vraiment capable.

    Ma fille a fait des tests et son haut potentiel est gêné par un tdah. Elle me ressemble tellement mais j’ai souvent peur de ne pas réussir à lui permettre à aller loin. Je ne veux pas qu’elle se bloque comme moi, je suis remplie de blocages dans la vie et c’est hyper compliqué..

  17. Bonjour Mel,
    A 43 ans, je viens de découvrir que je suis hpi à la suite d’une « sortie de piste » plus grave que d’accoutumée qui m’a menée jusqu’à une dépression grâce, entre autres, à une psychothérapeute très à l’écoute qui m’a suggérée cette possibilité au fil des séances. L’ensemble de ma vie écoulée prend enfin sens et je me permets de ne plus culpabiliser d’être trop ou différente. Le chemin a été long, la route sinueuse mais je revoie de nouveau la vie positivement et ça fait un bien fou. Merci pour ce site, pour le blog, pour les livres sur le sujet qui nous permettent de nous sentir moins seuls et de trouver des réponses. A mon tour, je partage une chanson écrite avec mon mari sur le sujet. Même si nous avons tous nos histoires, peut-être certains d’entre vous se reconnaîtront.
    https://soundcloud.com/julien-de-156943912/lalbatros

  18. Bonjour Mel,
    J’ai 48 ans et une vie un peu cahotique. J’ai un psychologue extraordinaire qui m’a parlé de mon hypersensibilité et de ma façon différente de voir les choses. De fil en aiguille, elle m’a parlé de haut potentiel (hpi/hpe). Tout comme vous pouvoir mettre un terme sur ce que je pensais être seule à vivre m’a fait du bien. J’ai cherché, j’ai fouillé pour comprendre ce que cela signifiait et je suis tombée sur votre blog. Quand je vous ai lu, j’avais l’impression de me lire. Tellement de similitudes dans les ressentis que j’ai dévoré chaques articles. Je me sentais non seulement moins seule mais aussi face à quelqu’un qui me permettait de mieux me comprendre. J’ai acheté votre livre que je dévore aussi et où je me reconnais, c’est même flippant autant de similitudes. Mais que ça fait du bien de passer du stade de « je me sens tellement seule et différente » à « je fais partie d’une communauté atypique mais je ne suis pas seule ». J’ai conscience que le chemin de l’acceptation sera long mais l’appartance est un salut pour mieux me comprendre et m’accepter tel que je suis.
    Merci pour votre blog et pour votre livre.
    Au plaisir de vous lire.
    Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog Collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ? Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance-toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page