BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

Découvre HPI, la première BD sur le Haut Potentiel Intellectuel

HPI, une vie haute en couleur, BD sur le Haut Potentiel Intellectuel Mel POINAS Nath Prioux

Aujourd’hui Suivez le Zèbre te propose une interview un peu spéciale puisque c’est Mel, fondatrice du blog qui se prête au jeu de l’interview aux côtés de son amie et illustratrice Nathalie Prioux pour la sortie de leur roman graphique le 10 novembre : HPI, une Vie Haute en Couleur.

HPI, une vie haute en couleur : la première BD dédiée au Haut Potentiel Intellectuel

Bonjour à toutes les deux ! Merci Nath et Mel d’avoir accepté cette interview. Avant de nous raconter l’aventure de ce beau roman graphique né au coeur des montagnes annéciennes, parlez-nous un peu de vous.

Qui se cachent derrière l’illustratrice et l’auteure de HPI ?

Nathalie PRIOUX, l’illustratrice de HPI, une Vie Haute en Couleur

Nath : Moi c’est Nathalie, j’ai 35 ans, je suis designer de chaussures de randonnée chez Salomon depuis 10 ans. Je suis parisienne à la base, enfin banlieusarde (rires), et un jour un de mes anciens collègues m’a dit, toi, il faut que tu ailles vivre à Annecy ! Je l’ai écouté, et je ne regrette pas.

Mel : Merci à ton ancien collègue, notre BD HPI n’aurait peut-être jamais vu le jour (rires).

Nath : J’ai plusieurs passions qui occupent une grande partie de mon temps libre et que j’essaie de partager au maximum avec mes filles et ma famille (et mon chien évidemment !) :

  • Dessiner des biches (rires) mais aussi des personnages, des paysages, des motifs… Tout ce qui me passe par la tête
  • Randonner (c’est la vie)
  • Regarder les fleurs et les plantes pousser
  • Prendre en photo tout et n’importe quoi mais surtout le ciel, la montagne et les fleurs
  • J’ai longtemps fait du basket
  • Je fais pas mal de danse
  • Les podcasts ! J’en écoute tout le temps sur tout et rien. Dès qu’un nouveau sujet ou une personnalité m’intriguent, hop je fonce m’informer via ce média.
  • Je couds assez fréquemment aussi, je confectionne à côté de mon travail de designer des petites choses pour les enfants, j’adore !

Mel POINAS, l’auteure de HPI, une Vie Haute en Couleur

Mel : Tout comme Nath, j’ai 35 ans, nous sommes nées la même année. Je suis enseignante dans l’enseignement supérieur en Management de Projets et Marketing Digital. J’accompagne également les entrepreneurs, managers et collaborateurs dans leurs projets quels qu’ils soient. Je suis aussi auteure depuis la sortie de Suivez le Zèbre, mon premier livre issu du blog, sorti en auto-édition en juillet 2020 grâce à une campagne Ulule.

On partage un peu les mêmes passions :

  • Léon, mon bouledogue amour de ma vie
  • La montagne et la nature (ski alpin, ski de fond, trail, randonnée, running)
  • Les livres, lire et écrire
  • Le football (qui a remplacé le basket)
  • La décoration, l’aménagement, le bricolage et le jardinage
  • La pâtisserie, le vin et la cuisine
  • Créer des projets en tout genre !

J’aime aussi profiter de mes proches, ma famille et mes amis.

Nath, tu as toujours souhaité devenir illustratrice ? 

Nath : Ma mère dit que je dessine depuis toujours et je souhaitais faire un métier en lien avec la création et l’illustration. Ça a vraiment évolué au fil des années : styliste, architecte, designer, dessinatrice…

Illustrer des BD ou du roman graphique, ça a toujours été un rêve.

Nathalie Prioux

Finalement, j’ai fait des études de design au sein d’une école d’Arts Appliqués (l’ENSAAMA – Olivier de Serres pour ceux qui connaissent) pendant 6 ans, et il n’y avait pas « Illustration ». J’ai longtemps hésité entre Communication Visuelle et Design Produit pour finalement choisir le Design Produit car l’aspect fonctionnel, les matériaux, l’objet en tant que tel, les mises en oeuvres industrielles me plaisaient beaucoup. J’ai toujours un peu regretté l’autre voie car l’envie profonde de faire de l’illustration m’a toujours collé à la peau.

Par un heureux hasard, mes choix de vie ont fini par me guider via des petits chemins de traverse au métier d’illustratrice.

Mel, est-ce que toi aussi tu voulais devenir auteure ? 

Mel : Enfant, je passais des heures dans ma chambre à lire la bibliothèque rose et verte, le club des 5, Fantômette, mais aussi des BD, Lucky Luke, Astérix et enfin les tragédies de Racine et Corneille, les poètes romantiques, Amélie Nothomb et puis des ouvrages de psychologie et développement personnel. Adolescente, c’est clair que je me rêvais écrivaine. Comme Nath, j’ai fait des études en lien avec ma passion, Lettres Modernes (littérature française et étrangère) à l’université.

Je m’imaginais dans un grand bureau au style baroque avec des tapis partout, une grande bibliothèque en noyer à boire des litres de café et fumer des paquets entiers de cigarettes. Je suis bien devenue auteure même si j’ai toujours du mal à réaliser.

J’écris la majorité du temps dans mon canapé sous un plaid avec Léon et de la tisane ou alors sur l’îlot de notre cuisine qui n’a rien de baroque ! Je ne fume plus depuis l’université. J’ai bien réalisé mon rêve mais loin du cliché d’auteure torturée que j’avais fantasmé à l’époque. (rires)

Extrait du roman graphique HPI, Une Vie Haute en Couleur

Avec deux parcours si différents, comment vous êtes vous rencontrées ?

Nath : Au basket à Annecy dans le club d’Épagny, au premier entraînement de Mel. Tu m’as dit que j’avais été la seule personne qui était venue te voir ce jour-là ! Comme j’étais arrivée peu de temps avant, je savais que ce n’était pas facile de s’intégrer dans une nouvelle équipe, surtout dans une ville où on ne connait personne !

Mel : Oui (rires), j’étais arrivée mi-septembre, l’équipe était déjà formée.

Nath : On n’avait pas le même niveau, je jouais en équipe 2 et Mel en équipe 1. Ça ne nous a pas empêchées d’être amies.

Mel : On s’entrainait beaucoup ensemble. J’ai quitté le club pour des raisons personnelles mais avec Nath on est restées très potes. On habitait toujours sur Annecy. On ne s’est jamais quittées et on a continué à se voir et faire des trucs ensemble.

Nath : Oui, on se voyait beaucoup !  Après t’es partie en Nouvelle Zélande mais quand t’es rentrée et on s’est revues comme si tu n’étais jamais partie.

Mel : Je suis rentrée fin 2018 puis il y a eu Suivez le Zèbre en 2020 où tu m’as beaucoup soutenue et enfin HPI, une Vie Haute en Couleur. Depuis ce projet, on s’écrit tous les jours ! Je pense que t’es la personne à qui j’écris le plus depuis un an (rires).

Nath : Toi aussi ! Notre conversation peut faire un livre à elle toute seule (rires).

Mel, tu as été détectée HPI à 30 ans, mais toi, Nath est-ce que tu es également zèbre ? 

Nath : Elle est difficile cette question (rires). Je ne sais pas si je le suis et je ne pense pas faire de test. Je suis entourée de zèbres, mon frère, ma belle-soeur, des amis. Je comprends certaines caractéristiques du HPI mais je me retrouve beaucoup plus dans celles des hypersensibles.

On m’a dit enfant que mon frère avait un QI plus élevé mais je ne comprenais pas trop ce qui se cachait derrière. C’est lorsque je me suis penchée sur les caractéristiques des HPI que je me suis dit : « Aaaah !!! Mais c’est ça mon frère ? ». Je le retrouve moins dans l’écueil de la gestion émotionnelle parce qu’il a réussi à bien s’adapter, il est facile, extraverti et il aime tout le monde. Ça a aussi aidé pour ce projet, car le sujet m’intéressait.

Comment est né ce projet de BD sur le HPI ?

L’objectif, c’est avant tout de démocratiser le HPI grâce à l’humour pour sortir des clichés.

Mel Poinas

Mel : J’ai été contactée par une apporteuse d’affaires littéraire située à Annecy. Elle m’a contactée pour adapter Suivez le Zèbre en BD. J’ai tout de suite pensé à Nath. Je connaissais son travail que je trouvais très cool, très poétique, à son image.

Mel : Nath c’est quelqu’un de rassurant et sécurisant qui me correspondait complètement pour ce projet. T’es une des personnes les plus faciles que je connaisse. T’es empathique et tu ne t’énerves jamais.

Nath : Un jour tu m’avais dit qu’on travaillerait ensemble. Et la preuve en est ! (rires).

Mel : Ahah, j’ai des dons de voyance ! J’avais envie d’écrire une histoire plus universelle que Suivez le Zèbre qui est un témoignage très autobiographique. On est reparties d’une page blanche. Nath avait toute la place pour la création. C’était vraiment un projet collaboratif. Ensuite on a proposé notre idée à la maison d’édition Vuibert. Ils ont tout de suite adoré le concept.

Émilie, notre éditrice et Ariane, notre chargée de projet nous ont accompagnées pendant plus d’un an. C’était vraiment chouette cette co-création à huit mains 100% féminine !

Pourquoi avoir privilégié ce format de roman graphique pour HPI ?

Mel : Contrairement à Nath, je n’avais jamais rêvé d’une BD alors au début c’était un peu l’inconnu. J’ai écrit du développement personnel, j’écrivais mon premier roman… Nath faisait de l’illustration sous forme d’affiches ou d’histoires illustrées pour les enfants.

Mel : Le format BD c’est très particulier, ça a été un véritable exercice. J’ai tendance à écrire des phrases longues, là, impossible ! Il a fallu travailler des discours rythmés et des bonnes punchlines en phase avec l’illustration qui vient soutenir les expressions des personnages et le contexte. Pour nous inspirer et apprendre, on a lu énormément de BD.

Nath : On n’avait pas un regard de lecteur mais d’analyste. D’ailleurs HPI, c’est un roman graphique plus qu’une BD car on est parties du scénario de Mel pour ensuite créer le storyboard. Si je l’avais fait seule, il y aurait eu 50% de textes en moins (rires).

Mel : Oui c’est vrai, et d’ailleurs on a beaucoup coupé même si pour moi le texte était nécessaire à la bonne compréhension du livre. Le HPI est un sujet complexe et je ne voulais pas le traiter à la légère. Finalement, on s’est fait happer par cet univers de la BD qui depuis nous passionne et ça nous a permis de découvrir de nombreux auteurs et illustrateurs.

Comment avez-vous travaillé à deux sur ce projet de roman graphique ?

Mel : J’ai pensé nos deux personnages principaux, Zoé, une jeune prof de Français qui enseigne dans un lycée à Annecy et Zola, son chien et fidèle acolyte. Nath les a dessiné. Dès le départ, on avait cette envie de mettre en avant Annecy qui est notre ville d’adoption à toutes les deux.

Nath : Dès que Mel m’a parlé des personnages, du chien, d’Annecy, l’univers m’a tout de suite inspirée. Pour la parenthèse, au début j’avais dessiné Zola comme mon chien qui est un renard, mais je pense que l’envie de Mel de faire Léon était trop forte (rires). Notre Zola a eu plusieurs formes, on s’est bien amusées à l’imaginer et ça nous a valu de gros fous-rires. Au final, nos univers et nos passions se sont toujours mixés, l’amour de la montagne, une histoire authentique et optimiste, tout était cohérent.

J’avais l’impression qu’elle décrivait autant ma vie que la sienne, c’était totalement complémentaire.

Nathalie Prioux

Mel : HPI, c’est une vraie collaboration. Le regard de Nath m’a énormément fait progresser sur le texte et je pense que l’inverse est vrai aussi. On s’est laissé à la fois beaucoup de liberté et on a co-construit à chaque étape. C’était super enrichissant.

Nath : Je n’ai pas l’impression que ce soit le process traditionnel dans ce genre de projet, je pense même que c’est plutôt rare de fonctionner comme ça, ensemble du début à la fin, tous les jours.

Mel : On a eu une méthode de travail vraiment basée sur la confiance à l’image de notre amitié. Il n’y a jamais eu de problème d’ego.

Nath : Même si on habite à 15 min l’une de l’autre, on s’est très peu vues (4-5 fois), on a beaucoup travaillé à distance.

Mel : C’était aussi la première BD d’Émilie et d’Ariane de la maison Vuibert. Emilie avait une vision globale du projet et gérait l’ensemble des parties prenantes là où Ariane était plutôt notre sentinelle. A la fin, elle connaissait le projet mieux que nous et voyait des détails sur lesquels on passait complètement à côté. Que ce soit sur la temporalité, la cohérence des personnages ou nos expressions savoyardes hasardeuses (on en a quand-même gardé quelques unes, rires). Par exemple, sur une des dernières scènes dans un concept store, on avait oublié les jambes d’un personnage qui est assis à une table. On voyait très bien le pied de la table mais pas du tout les jambes du gars. (rires).

Combien de temps aura duré ce projet de BD HPI ? 

Mel : Au total 18 mois. Stéphanie m’a abordée début mars 2021, j’ai commencé à réfléchir au scénario et j’en ai parlé à Nath en avril. En mai, on a eu les premiers échanges avec la maison d’édition. Le 7 juillet (07/07), on a eu la validation de Vuibert. Pour l’anecdote, au basket à Annecy, on portait toutes les deux le numéro 7. On a rendu la totalité des fichiers mi septembre. La BD est actuellement en impression. Elle sort en librairie le 10/11/22.

Nath : Pour la partie illustration, entre le scénario validé et le storyboard, le montage a pris beaucoup de temps. D’ailleurs, on ne se rendait pas compte que ça allait en prendre autant (rires). J’ai réalisé une partie en one-shot et le dessin au propre m’a pris 4 mois. Je me suis vraiment immergée ; j’ai carrément dessiné le plan de l’appartement de Zoé !

Nath : J’ai fait tous les métiers pendant le storyboard : architecte, paysagiste, styliste ! (rires). J’ai réalisé toutes mes envies de petite fille dans ce projet HPI Une Vie Haute en Couleur.

On sait que Zola est inspiré de Léon, est-ce que Zoé retrace ton histoire Mel ? 

Mel : Zoé est beaucoup inspirée d’anecdotes que je vis au quotidien. La place handicapée, c’est un grand classique vous verrez. Au final, ce personnage, c’est un mélange de nous deux en fonction des situations.

Ce qu’on a voulu, c’est que chacun à un moment de la BD puisse s’identifier à Zoé ou à un des personnages secondaires.

Mel POINAS

Mel : Zola, c’est mon personnage préféré dans la BD pour plusieurs raisons. Déjà parce qu’il dit tout ce qu’il pense avec une justesse incroyable. Il est drôle. C’est vraiment la touche d’humour dans la BD. J’ai pris beaucoup de plaisir à imaginer ce personnage et je pense que Nath aussi dans la créa et les mimiques. Zola, c’était no limit dans la BD. On pouvait lui faire dire et faire ce qu’on voulait même si au final il parle très peu !

Mel : En plus, c’est l’animal totem de Zoé, son alter ego tout comme Léon l’est pour moi. Comme l’a dit Nath précédemment, j’avais vraiment la volonté d’immortaliser Léon. Quand j’écrivais les scènes avec Zola, Léon était toujours avec moi et je me disais : si c’était Lui, quelles réactions il aurait ? Il s’exprime beaucoup, il boude (comme Léon), et il a un regard en coin très particulier que Nath a super bien retranscrit dans la BD. C’est un chien vraiment génial. Il est très humanisé à la maison. On le considère comme un membre à part entière de la famille et il nous le rend bien.

Nath, tes illustrations sont à couper le souffle, comment as-tu trouvé l’inspiration pour les créer ? 

Nath : Mel mettait l’intention dans le scénario, par exemple, balade dans Annecy, vieille ville ou randonnée / course dans la montagne. Je me souvenais que dans telle randonnée, il y avait tel point de vue et j’allais chercher dans mes photos persos, celles de mes amis ou bien des photos libres de droits pour avoir exactement le bon point de vue et pouvoir ensuite le dessiner. Pour le début de la BD, on voulait tout de suite donner une vraie place à la ville d’Annecy. Là, malgré les indications de Mel, j’ai dû donner de ma personne et je suis allée sur place pour retracer l’itinéraire de Zoé et que ce soit cohérent. (rires)

Pour les annéciens ou les amoureux d’Annecy, les décors sont réels. Vous allez retrouver le pont des amours, la vieille ville, le lac, le Veyrier, le Semnoz, des restaurants phares de la ville. HPI, c’est aussi un petit guide touristique d’Annecy.

Il y a des spots incontournables sur Annecy, notamment le col de la Forclaz, premier site de parapente au monde.

Mel : On aime beaucoup cette ville et la nature qui l’entoure. On avait envie de mettre notre région en valeur, de permettre aux annéciens de redécouvrir leur ville sous un nouvel angle et de donner envie aux gens qui ne connaissent pas la Venise des Alpes de venir la découvrir.

Est-ce qu’il faut être HPI pour lire cette BD ? 

Nath et Mel : Non, au contraire !

Nath : Être HPI ce n’est pas être rangé dans une case séparée de tout et de tous.

Mel : On traverse tous les mêmes questionnements et les mêmes doutes. La petite différence avec le HPI c’est certainement l’intensité avec laquelle Zoé vit ces situations et le décalage que ça peut engendrer avec son entourage.

Nath : HPI est un ouvrage qui décrit un fonctionnement qui, si tu t’y retrouves, peut te changer la vie, ça déculpabilise et ça rassure.

Mel : Exactement, le fait de savoir que t’es HPI, ça te permet d’avoir le bon mode d’emploi. Comme tu as une meilleure compréhension de toi-même, tu identifies mieux ce qu’il convient de faire. On espère que les personnes HPI vont se retrouver dans Zoé mais l’objectif c’est avant tout de démocratiser le HPI et sortir des clichés.

On traverse tous des périodes plus ou moins difficiles en couple, au travail, en famille…

Mel Poinas

Suivez le Zèbre est un livre auto édité, pourquoi la maison d’édition Vuibert pour HPI, une Vie Haute en Couleur ?

Mel : La réponse est finalement assez simple. À l’époque aucune maison d’édition ne souhaitait publier Suivez le Zèbre. Mais ça a aussi été ma chance car le livre a cartonné et ça m’a permis d’en vivre. En auto édition on touche 5 à 10 fois ce qu’on touche sur un livre en maison d’édition. Par contre, on réalise tout, tout seul. Être en maison d’édition, ça nous permet d’être concentrées que sur nos vrais métiers donc que sur la création, l’illustration et l’écriture.

Nath : C’était aussi intéressant de voir qu’on a pas tous la même vision d’un texte et d’une image en confrontant notre travail au regard de professionnels.

Avez-vous prévu une tournée de dédicace pour faire découvrir HPI ? 

Nath et Mel : Oui carrément. On démarre les deux premières dates à la maison à Annecy le 5 novembre à Cultura Épagny en prévente car le livre sort le 10 novembre. Puis le 12 Novembre on sera chez BD fugue à Bonlieu dans le centre d’Annecy.

On a déjà prévu :

Lyon, Toulouse, Paris, Ville la Grand et Strasbourg. Vous pouvez retrouver l’ensemble des dates et lieux de dédicace sur notre page dédiée et également sur nos réseaux sociaux 😊

  • Cultura Balma, 19/11, 11h-18h.
  • Cultura St Priest (Lyon), 03/12, 11h-18h.
  • Cultura Ville-la-Grand, 10/12, 11h-18h.

Pourquoi faut-il absolument lire HPI ? 

Mel : (Rires) Alors :

  • L’humour !
  • Le personnage de Zola.
  • La découverte du sujet HPI différemment
  • La gestion des émotions
  • L’Histoire de Zoé qui est vraiment universelle
  • Le décor dans Annecy
  • Le travail graphique de Nath

Nath : Pour rire et passer un bon moment !

Mel : Avant d’être une BD sur le HPI c’est une BD qui parle de l’être humain et de la difficulté qu’on peut tous avoir parfois à trouver notre place dans un monde qui devient de plus en plus complexe. Aussi parce que graphiquement, c’est un objet d’art.

C’est une BD qui est drôle et en même temps qui est juste. L’univers est magnifique, les décors sont à couper le souffle et on aborde ce thème sous un angle vraiment original. Annecy est une ville qui fait rêver, et sous le trait enchanteur de Nath, c’est une belle invitation au voyage.

On doit avouer qu’on aimerait beaucoup sortir un tome 2, on a déjà l’idée en tête, mais pour ça, il faut déjà que le tome 1 vous plaise et devienne, grâce à vous, un beau succès !

Merci Nath et Mel

Merci pour votre temps, l’équipe de Suivez le Zèbre espère que ce roman graphique vivra la plus belle des aventures.

Si tu souhaites découvrir le parcours de Zoé et Zola, les deux protagonistes de HPI, une Vie Haute en Couleur,
Rendez-vous sur la boutique Suivez le Zèbre ou en dédicace pour rencontrer Mel & Nath.

Pour commander la BD, une vie Haute en couleur de Mel & Nath, c’est par ici :

Tu peux aller plus loin dans ta compréhension avec le livre Suivez le Zèbre, l'histoire de Mel Poinas, la fondatrice du blog.

Livre Suivez le Zèbre Mel POINAS

Ou découvrir le HPI grâce à Zoé et Zola, les personnages du roman graphique HPI ! La première BD adulte sur le Haut Potentiel ou trouver un livre qui te plait sur la Boutique du Zèbre.

Rendez-vous sur notre page qui référence les livres qu'on trouve le plus sympa sur le HPI : Meilleurs livres sur le HPI

Merci ! À bientôt sur Instagram, Facebook et le blog
L'équipe de Suivez le Zébre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ?
Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page