BIENVENUE SUR SUIVEZ LE ZÈBRE
LE BLOG DE MEL POINAS

Ici, on souhaite que chacun découvre et apprenne à vivre sereinement en étant HPI.

Découvre nos articles et outils concrets pour appréhender ces merveilleuses caractéristiques en toute simplicité.

Peut-on être HPI et Pervers Narcissique ?

Peut-on être HPI et Pervers Narcissique ?

Est-ce qu’un HP peut aussi être un manipulateur pervers narcissique ?

Des bons tu n’apprendras rien que de bon, mais, si tu te mêles aux méchants, tu perdras même ce que tu avais de sens.
Théognis DE MÉGARE

On pourrait penser que si les personnes zèbres sont des personnes très empathiques et sensibles, il serait inimaginable de penser qu’un zèbre puisse lui-même être pervers narcissique.

Pourtant, je ne peux pas m’empêcher de l’envisager. 

Les points communs entre zèbre et pervers narcissique

Le pervers narcissique tout comme le zèbre, a généralement un QI supérieur à la moyenne. C’est ce qui lui permet de faire autant souffrir l’autre. Il se sert de son intelligence pour manipuler et décerveler.

La différence entre un zèbre et un pervers narcissique tiendrait donc à la seconde grande caractéristique, la partie émotionnelle. Le pervers narcissique ne serait pas doté d’une sensibilité particulière puisqu’il est dénué d’empathie et de bienveillance.

L’hypothèse du zèbre qui devient pervers narcissique

Je crois que le zèbre qui devient pervers narcissique est un zèbre qui a subi un meurtre psychique lors de sa construction d’enfant. C’est une intime conviction basée uniquement sur mon expérience personnelle.

Pendant plusieurs années, j’ai pu observer plusieurs personnalités perverses narcissiques. Ce qui m’a marqué, dans chaque cas, c’est leur intelligence, leur pouvoir d’adaptation, leur analyse et leur facilité à changer de visage en fonction des personnes présentes. Ils sont habiles avec les mots, ils arrivent à décrypter les comportements des autres pour mieux les manipuler.

Tout comme les zèbres, ce sont de très bons caméléons et ils ont de grandes facilités d’adaptation. Ils ont le même fonctionnement que les zèbres hormis l’empathie, la remise en question et la culpabilité. Ils savent parfaitement lire les émotions des autres et les imiter. Ils ont un grand pouvoir de mimétisme.

Un acteur né : l’aisance scénique et une créativité débordante

De la sphère privée à la sphère publique, ils changent de rôle et de posture avec une aisance déconcertante. Ce sont des acteurs incroyables et ils aiment jouer. Ils excellent dans le jeu de rôle, passant de l’un à l’autre de leurs personnages en fonction des spectateurs qui le regardent. 

La vie est une gigantesque salle de spectacle pour le pervers narcissique. Son entourage lui donne la réplique mais il les traite toujours comme des marionnettes qu’ils dupent pour revaloriser son image. Une immense mise en scène de l’égo dans laquelle seule l’image qu’il renvoie dans le miroir des yeux de l’autre compte. Il a ce besoin viscérale d’être au centre de toutes les attentions.

Je lis et entends souvent qu’ils n’ont aucune créativité, pourtant quand on vit à leur côté, on ne peut que constater leur ingéniosité à échafauder des plans aussi dingues que machiavéliques. Pour avoir une double vie, voire une triple vie, il faut quand même être sacrément imaginatif et créatif surtout pour ne pas se faire attraper !

Colère, frustration et peur de l’échec 

Comme les zèbres, ils ont un énorme problème de frustration et un besoin important de tout contrôler. Pour les zèbres qui ont grandi dans une famille qui valorise l’image, il est très difficile de se détacher du regard des autres. D’ailleurs, les zèbres qui ont évolué dans un environnement sain, aimant et sécurisant seraient moins attirés par les PN.

Les zèbres qui manquent de repères affectifs et qui ont manqué d’amour sont plus sujets à la dépendance affective de peur d’être rejeté ou abandonné. Les risques d’être attirés par un PN sont alors beaucoup plus importants. 

Avec un zèbre qui s’est coupé de ses émotions, l’attirance semble quasi inévitable car tout comme le zèbre en manque affectif, ce que recherche le pervers narcissique, c’est exister dans le regard de l’autre.

Le lien entre l’image que l’on doit renvoyer à l’extérieur et la blessure narcissique semblent relativement corrélées même si je n’ai fait aucune étude pour le prouver.

Comment un zèbre peut-il devenir pervers narcissique ?

Un pervers narcissique est une personnalité que l’on a tellement violentée, rabaissée, humiliée ou au contraire protégée jusqu’à l’en étouffer, qu’on a fini par la détruire.

La souffrance ou l’amour deviennent tellement insupportables qu’il préfère rejeter et se couper définitivement de toute émotion.

Le pervers narcissique, victime puis bourreau 

Sa nouvelle cible apparaît lors de la lune de miel comme son sauveur. Sa technique de séduction est généralement toujours la même, se positionner en victime. Le pervers narcissique est intimement persuadé qu’il va enfin pouvoir revivre, se sentir aimé, important et combler ses failles grâce à cette nouvelle personne.

Pour moi, le pervers narcissique a vraiment été une victime. Cependant, pour lui, cette situation de victime est inacceptable car il n’a pas dépassé le stade de l’ego. Lorsqu’il se rend compte que sa nouvelle cible ne pourra pas le sauver, les seules choses qu’il lui reste sont la colère et la frustration. Pour se déposséder de cette colère, il va rejouer le rôle du bourreau qu’il a subi plus jeune.

Dans l’image qu’il a de lui-même, il préférera toujours être un bourreau plutôt qu’une victime. Le pervers narcissique est incapable de dépasser ce qui l’a traumatisé dans son enfance et d’affronter son véritable bourreau.

Pervers Narcissique, le refus de la dette

Pourtant, il faut que quelqu’un paie. Et celui qui va payer, c’est sa nouvelle victime. Pour se donner bonne conscience, le pervers narcissique va alterner les rôles de bourreau et de sauveur. C’est sa façon de dealer avec sa conscience.

On retrouve le schéma classique du triangle de Karpman : persécuteur – sauveur – victime.

Pour briser quelqu’un dans son essence, il faut être un manipulateur brillant et avoir de solides bases en sciences cognitives. Ce qui différencie un pervers narcissique d’un psychopathe, c’est que le pervers narcissique est instable, impatient et a du mal à maîtriser ses émotions.

L’intensité, l’impulsivité, l’impatience sont des caractéristiques qui font clairement écho à la personnalité des zèbres.

Le lien indéfectible qui unit les zèbres et les pervers narcissiques

Je ne dis pas que tous les pervers narcissiques sont des zèbres qui ont mal tournés. Je dis juste que, si on coupe un zèbre de ses émotions, de son empathie et sa bienveillance, alors il peut, tout comme un non zèbre, devenir un pervers narcissique. Un pervers narcissique redoutable puisqu’il aura un fonctionnement et une vision du monde qui lui permettront de faire encore plus de mal.

Je suis également persuadée que, tout comme l’on est capable de se reconnaître entre zèbres, on résonne avec le pervers narcissique comme si on reconnaissait en lui une brebis égarée du troupeau. 

L’impuissance que l’on ressent face à un pervers  narcissique

J’ai été confrontée plusieurs fois à certains d’entre eux.

D’abord dans mon milieu professionnel. J’ai subi aux côtés de mes collègues pris pour cible ce type de manager despotique, manipulateur et intransigeant. J’ai vu des collègues bouleversés, cassés en deux, abasourdis par ce qui leur arrivait.

Les même mots qui revenaient en boucle étaient toujours les mêmes : l’incompréhension et l’impuissance. S’en suivait la pression, le stress, la tension, les arrêts maladies et les démissions.

Comment lutter face à ce fléau quand le top management est complice ? Je n’ai pas la réponse… Fuir ? Lâcher Prise ? Se battre ?

Accepter qu’on n’aura jamais les réponses

J’y ai également été confronté dans ma vie personnelle. Peu importe les milliards de questions que je me suis posée pendant et après certaines relatons, là encore, je n’ai toujours pas les réponses.

Finalement était-ce bien une relation avec une personnalité perverse narcissique ? Est-ce moi qui ai cette vision de ma relation passée ou était-ce réellement le cas ? Quelle est ma part de responsabilité dans ce qui est arrivé ? Je ne saurai jamais et je n’aurai jamais la preuve ou la certitude d’avoir raison ou tort.

Je crois que la seule solution c’est d’accepter que c’est arrivé. Accepter que ça c’est passé et accepter que maintenant c’est terminé.

Mon conseil pour la suite c’est d’apprendre à les repérer, comprendre les mécanismes de manipulation et pour moi, bien préparer son départ pour fuir au plus vite.

Je n’ai jamais vu un pervers narcissique ni se remettre en question ni changer et je suis convaincue qu’on ne peut ni aider ni modifier le comportement d’un PN.

Quand deux forces se rencontrent, le seul moyen d’éviter la collision c’est de changer de trajectoire

Tu peux aller plus loin dans ta compréhension avec le livre Suivez le Zèbre, l'histoire de Mel Poinas, la fondatrice du blog.

Livre Suivez le Zèbre Mel POINAS

Ou découvrir le HPI grâce à Zoé et Zola, les personnages du roman graphique HPI ! La première BD adulte sur le Haut Potentiel ou trouver un livre qui te plait sur la Boutique du Zèbre.

Rendez-vous sur notre page qui référence les livres qu'on trouve le plus sympa sur le HPI : Meilleurs livres sur le HPI

Merci ! À bientôt sur Instagram, Facebook et le blog
L'équipe de Suivez le Zébre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ?
Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page