10 Clichés autour du syndrome autiste Asperger

10 clichés sur les personnes autistes syndrome asperger TSA Autisme

Bienvenue sur Suivez le Zèbre, le premier blog dédié à la neurodiversité en France. Ici, tu trouveras des informations sur les personnes HPI (Haut Potentiel Intellectuel), sur l’hypersensibilité, les troubles du spectre autistique (y compris le syndrome d’Asperger), les troubles DYS et le TDA/H.

Un rappel sur le syndrome d’Asperger et le TSA en général

Depuis 2013, les professionnels de la santé n’utilisent officiellement plus le terme Asperger mais celui d’autiste. Toutefois, il est toujours ancré dans le langage grand public. Notre site s’adressant au grand public, tu retrouveras le terme Asperger dans nos différents articles.

Le syndrome Asperger est un trouble neurodéveloppemental compris dans le spectre de l’autisme qui se traduit par plusieurs caractéristiques :

  • Des difficultés de communication
  • Des difficultés pour socialiser
  • Un attachement aux routines
  • Une sensitivité particulière

Ayant des difficultés sur leurs capacités à communiquer, les personnes Asperger restent encore mal comprises par beaucoup de personnes. Il y a un certain nombre d’idées reçues et clichés qui sont des incompréhensions de la réalité du syndrome Asperger, confondant souvent des difficultés à communiquer avec une absence voir un refus de se socialiser.
Penser que les personnes Asperger n’aiment pas les câlins, ne peuvent pas être dans une relation de couple ou qu’elles pourraient apprendre à se concentrer sont des idées reçues et c’est à rectifier.

Revenons donc en 10 points sur ce que n’est PAS une personne Asperger.

10 clichés autour des personnes Asperger

1- Elles ont des retards d’apprentissage

Un cliché répandu chez les enfants Asperger est qu’ils ont des retards pour apprendre par rapport aux autres élèves. C’est bien une idée reçue mais qui se base sur une réalité qui est que les enfants Asperger ont besoin d’une attention particulière dans une classe.

Important

Un autre cliché veut que les enfants Asperger doivent forcément être dans des écoles particulières, mais le syndrome d’Asperger est un spectre large et les élèves peuvent parfaitement se développer dans une école primaire publique.

L’enjeu est surtout de pouvoir avoir un accompagnement attentif pour ne pas être en marge du reste des élèves.

2 – Elles ont des retards de langage

L’idée reçue selon laquelle les personnes Asperger ont un retard de langage vient des mêmes problématiques que le cliché sur le retard d’apprentissage. Les personnes Asperger ont des difficultés de communication mais pas d’expression.
Cela se constate particulièrement quand il s’agit d’apprendre une langue étrangère, les enfants Asperger apprennent au même rythme que n’importe quel élève. Cela peut aussi être dû à une confusion avec de la dyslexie ou de la dysortographie.

3 – Ce sont des personnes asociales et sans émotions

Ce stéréotype provient d’une incompréhension de la mentalité des personnes Asperger ; elles ont des difficultés pour appréhender les signaux non-verbaux donc autant pour les comprendre que pour les utiliser. Les personnes Asperger ont donc des difficultés pour exprimer leurs émotions qui peuvent être faussement perçues comme une absence d’émotion.
C’est surtout que ces difficultés peuvent mener à un isolement et vers un désintérêt des interactions sociales.

4 – Elles vivent dans leurs bulles

Les personnes Asperger font très attention aux détails, et elles possèdent une perception atypique ce qui, couplé avec les difficultés sociales peut mener à des décrochages. D’où cette impression que les personnes Asperger n’écoutent pas ou ne sont pas attentives alors que c’est plutôt qu’elles ont une attention qui peut être plus facilement perturbée par des stimuli extérieurs.

5 – Elles ont des capacités extraordinaires

Un cliché que l’on doit principalement aux représentations dans les films et séries serait que les personnes Asperger auraient des talents de mémoire photographique ou une capacité mathématique incroyable.
Il est vrai que les personnes Asperger ont une perception des détails qui peut être propice à avoir ce genre de facilités. Mais tous ces personnages restent des cas particuliers et surtout fictionnels qui ne sont pas du tout une représentation du syndrome d’Asperger dans sa très large majorité.

6 – Ce sont des génies

C’est un autre cliché des personnages Asperger dans la fiction. Les personnes Asperger ont souvent des intérêts spécifiques, des obsessions sur certains sujets qui les fascinent au point que certaines de ces fixations ne les lassent jamais.
Cela mène évidemment les personnes Asperger à devenir des experts pour parler de domaines spécifiques mais ce n’est absolument pas une garantie d’être un génie.

À retenir

Les représentations dans la fiction de personnes Asperger et atypiques en général sont importantes car c’est un moyen pour les personnes neurotypiques de mieux comprendre et appréhender les différentes formes de neurodiversité.
Ça rend la neurodiversité plus commune dans le quotidien.

Il ne faut juste pas rentrer dans le piège et considérer des personnages comme représentatifs de l’ensemble de la communauté Asperger.

7 – Les personnes Asperger ne supportent pas le contact physique

Vivre avec un syndrome d’Asperger implique une sensitivité particulière et souvent de ne pas supporter le contact avec certaines matières. Ne pas supporter le contact physique n’est donc qu’un exemple et surtout pas une généralité.
Cela peut aussi être dû à une crise d’hypersensibilité sensorielle de la part d’une personne Asperger, dans ce cas beaucoup de textures y compris le contact physique peuvent devenir désagréables.

8 – Tout le monde serait un peu Asperger

Avoir certains comportements qui se rapprochent de celui des personnes Asperger est extrêmement commun.
Le problème qui fait de ce constat un stéréotype, c’est quand il sert à minimiser la difficulté que peut représenter la condition d’Asperger. Tout le monde ne trouve pas toujours ses mots, peut parfois être sensible à la lumière ou peut avoir besoin de s’isoler en cas de pression, mais vivre avec un syndrome d’Asperger c’est avoir beaucoup de ces comportements à la fois avec une intensité et une fréquence qui affecte beaucoup la vie quotidienne.
Dire à une personne Asperger que tout le monde est un peu distrait mais qu’elle doit se concentrer, c’est penser qu’elle ne fait pas déjà des efforts pour rester attentive.

9 – « Ça se voit »

Le syndrome Asperger n’a aucune influence sur le physique. Le version la plus plausible serait que si tu côtoies régulièrement une personne, que tu voies ses comportements et ses habitudes tu pourrais supposer qu’elle fait partie du spectre autistique et potentiellement Asperger, et encore cela peut très bien correspondre à une autre forme de neurodivergence qui transparait de manière similaire.

10 – Asperger est une maladie

C’est peut être le cliché le plus daté sur le syndrome Asperger, il est heureusement de moins en moins présent mais toujours existant pour certaines personnes.
Il est important de rappeler que le syndrome Asperger n’est pas une maladie psychiatrique ni une affliction, c’est un trouble du développement neurologique et donc ça ne se soigne pas. C’est un syndrome qui représente un handicap. Ce qu’il est possible de faire c’est d’accompagner les personnes pour qu’elles puissent mieux comprendre leur propre fonctionnement et les soutenir pour qu’elle puissent vivre en assumant leur condition.

Mot de la fin

Cette liste de clichés n’est bien sûr pas exhaustive, il existe malheureusement d’autres à priori autour du TSA et du syndrome Asperger.
Le plus important à retenir est que le syndrome Asperger est un spectre d’individus qui sont tous uniques et que vivre avec une personne Asperger c’est avoir plus ou moins de ces comportements, avec plus ou moins d’intensité et qu’ils sont tous plus ou moins apparents.
Il n’y a pas besoin qu’une personne ait l’air Asperger pour la respecter en tant que telle.

Tu peux aussi trouver plus d’infos, de ressources et d’outils sur le Haut Potentiel dans le livre témoignage de Mel POINAS. Avec beaucoup d’humour, Mel raconte la découverte de son Haut Potentiel et les routines qu’elle a mis en place pour enfin trouver sa place !

Le livre

Écrit par une HPI !
Un témoignage et des solutions concrètes pour découvrir, comprendre et apprendre à vivre en étant HPI.

Pour aller plus loin sur ce thème, lire aussi :

Tu as aimé l’article ? N’hésite pas à le partager 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog Collaboratif

Et si le futur, c'était le partage ? Envie de témoigner et nous raconter une histoire ? Lance-toi sur Suivez le zèbre !

Les bonnes nouvelles

Pour ne rien rater de nos actus, inscris-toi !

On se retrouve sur nos réseaux sociaux

La presse parle de nous et on leur dit merci

Retour haut de page